Connect with us

Societé

Faranah : la première édition du forum préfectoral de ‘’Touraman Sii’’ tenue, à Bouran

Créer et consolider un climat de rapprochement et d’unité entre les vingt six (26) familles du nom Touraman, tel est le motif de la création de l’association internationale de Touraman Sii. Pour l’édition 2019, c’est le secteur de Bouran, dans le district Dalafilany relevant de la sous-préfecture de Sankaran Beindou qui a abrité l’événement.

Pour conférer à l’événement tout son caractère solennel, les participants sont venus de plusieurs préfectures du pays ainsi que des zones rurales de Faranah. Chasseurs, guérisseurs traditionnels, musiciens, historiens et grands maîtres de l’art aratoires étaient aux rendez-vous.

Dans son discours de bienvenue, Fankawa Traoré a souligné : « Mesdames et messieurs, à cette occasion pleine de souvenir, c’est le lieu et le moment utile à mettre en œuvre pour renforcer et pérenniser les liens d’amitiés et de fraternités établis par nos ancêtres il y a des années. C’est dans cette optique et avec l’autorisation des bureaux (international et national) de Touramansi que l’association préfectorale de Faranah a bien voulu organiser de telles retrouvailles… »

Présent à la cérémonie, le parrain, Cherif Haïdara a parlé le caractère spécifique de Touramansi en ces termes : « L’association dont-il s’agit, est une association d’abord fondée sur l’unité de tous les Traoré. Ensuite, l’unité de toute la nation et enfin l’unité de l’Afrique. Pour mieux comprendre ce que recouvre et ce que sous entend Touraman sii, il faut d’abord comprendre que Touramansi signifie l’unité, c’est l’unité culturelle, unité économique. Pour comprendre ce fait également, il faut que Touramansi se dépasse en créant lui même des écoles pour pouvoir initier les éléments de la société et agir économiquement pour assoir l’homme noir, sa plénitude, sa dignité et son savoir. C’est ainsi que je comprends le ‘’Touraman sii ». Les Touraman sii qui se trouvent en Afrique et même en Europe doivent d’abord savoir que quand on est Touraman Sii, on doit d’abord aimer le progrès. Quand on est Touraman Sii, on doit aimer l’homme noir et la patrie. Quand on est Touraman Sii, on est guerrier pour sauver et secourir la patrie », a laissé entendre Chérif Haïdara.

Cette première édition qui a connue une forte mobilisation des différents noms Traoré a commencé vendredi 26 et a pris fin ce dimanche 28 avril 2019, à Bouran dans le Sankaran profond.

Lanciné Keita Faranah, correspondant régional

+244 628 464 659 

 

Print Friendly, PDF & Email
Publicités
Continuer la lecture
Advertisement
Cliquer ici pour Commenter

Laisser un commentaire

Publicités

Suivez-moi sur Facebook