Faranah : les jeunes de Tiro exigent la mise place d’une délégation spéciale

Print Friendly, PDF & Email

Le différend entre l’équipe de la mairie et les citoyens n’a encore pas connu son épilogue. Le maire de Tiro et son équipe sont accusés d’une ingérence des fonds par les jeunes. C’est pourquoi, les jeunes de cette sous-préfecture se sont fortement mobilisés lundi dernier pour fermer les locaux de la mairie de cette commune rurale située à 40 km de la ville de Faranah. Au cours de leur manifestation, les jeunes ont exigé un audit et au cas où les responsables seraient coupables, de les démettre de leurs postes afin de mettre en place une délégation spéciale. C’est dans ce contexte qu’une commission d’audit préfectorale s’est rendue à Tiro jeudi 29 janvier 2021. 


Joint au téléphone, l’un des meneurs de ce mouvement de protestation Kabinet Kaba Secrétaire administratif de la section du RPG Arc-en-ciel de Tiro, explique : « Ils ont fait l’audit hier. C’est le Directeur des microréalisations, le Directeur préfectoral du plan et un membre de la préfecture qui sont venus. Les recettes propres des deux ans et deux mois c’est deux cent seize millions huit cent quatre-vingt-dix-neuf mille quatre cent francs guinéens (216 899 400 fg). Selon les mis en cause, (maire et son équipe ndlr), ils ont dépensé Cent vingt-deux millions quatre cent trente-sept mille quatre cent francs guinéens (122 437 400 fg). C’est leur dépense ça selon eux. Le code des collectivités dit que les 60% c’est pour l’investissement et 40% c’est le fonctionnement. Donc, 216 899 400 x 60 / 100 = 130 139 514 fg pour l’investissement. Pour le fonctionnement, c’est Quatre-vingt-six millions sept cent cinquante-neuf mille huit cent-soixante-seize francs guinéens (86 759 876 fg. Leur dépense est supérieure à leur fonctionnement. Ils ont dépensé plus que leur fonctionnement. Ils sont rentrés dans l’investissement en prenant quelques montants. On ne sait pas où sont les 130 139 514 (cent trente millions cent trente-neuf mille cinq cent quatorze). Dans le premier montant qu’elle (équipe de la mairie) a fait sortir, ils ont dit qu’ils ont fait l’ouvrage des pistes rurales à huit millions deux cent mille francs guinéens (8 200 000 fg). La population a témoigné sur place que cela est archi faux. Parce que les pistes rurales qui sont au village ici ont été élaborées par les districts centraux avec la contribution de la population. Donc, nous avons compris que le mandat est faux et archi faux. Nous voulons que les médias de Faranah se déplacent pour venir par ce que les gens ne veulent pas la vérité. Nous venons vers les médias pour nous sortir de ce trou. Nous voulons le développement de notre village. Les dépenses dites ne sont pas contrôlées et ne sont pas réelles. La commission d’audit a relevé les chiffres. Elle (commission d’audit) a dit qu’il y’a une autre mission en route, on les attend. On est content avec les recettes là. Ils ont menti dans les dépenses, il n’y a pas eu d’investissement aussi et la population n’est pas d’accord pour leurs dépenses. Après avoir finalisé les opérations, on ne veut pas des gens comme ça là. Es- ce qu’on peut accepter des gens comme ça ? Un patriote ne peut pas accepter ça. Nous demandons à l’autorité supérieure de faire une délégation spéciale. » 


De son côté, le préfet de Faranah, Elhadj Ibrahima Kalil Kéita, a félicité les jeunes manifestants, et leur a demandé de de rester calme pour rechercher la vérité afin de savoir qu’est-ce qui s’est réellement passé. Pour lui, il reste à savoir si la dépense a été faite ou et non.  

Lancinè Keita, correspondant à Faranah

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.