Faranah : Mohamed Lamine Kaba de Fidel, candidat aux communales, retenu hier à la gendarmerie

Print Friendly, PDF & Email

Le leader de Fidel (Force des Intègres pour la Liberté et la Démocratie) et candidat aux élections communales du 4 février prochain à Faranah Mohamed Lamine Kaba a passé hier l’une de ses plus longues nuits. Pendant qu’il préparait avec ses partisans sa caravane qui a lieu ce mardi dans la ville natale du président guinéen, Kaba sera surpris et amené à la gendarmerie. Vous savez pour quoi ? Une affaire d’argent ne dépassant pas trois millions de francs guinéens. Le leader, contacté, confirme la nouvelle et ajoute qu’il est menacé depuis qu’il a mis pied sur les terres de Faranah pour les locales. Réaction…

« Vous savez la campagne est organisée au niveau de la commune urbaine de Faranah. Aujourd’hui, mardi, c’est notre tour. C’est compte tenu  de cela,  il y a les gens qui nous ont appelé qu’il y a Tata Vieux [Moussa Condé, ancien ministre de la Pêche et du tourisme] qui voudrait avec les Donzos faire une sortie parallèlement à notre jour-là. Nous avons dit que nous ne sommes pas d’accord et que nous n’accepterons pas. Compte tenu de cela, par d’autres choses et acrobaties, la nuit, j’avais rendez-vous avec d’autres militants dans le quartier, et j’étais parti juste pour pouvoir les rencontrer, soudain pendant que j’étais en train de les rencontrer, ce sont les gendarmes qui débarquent-là [aux environs de 23 heures selon l’interviewé, ndlr] en me demandant de partir

Vraiment, il y a eu des accrochages entre les gendarmes  parce que, c’était la nuit et il n’y a pas eu de convocation et je ne sais pas de quoi il était question. Arrivé à la gendarmerie, on me dit que j’ai été garant d’une affaire avec quelqu’un et que je devrais pouvoir le faire. Ils m’ont dit que c’est une affaire comme ça de voiture, de garantie. Mais le gars quand j’ai été porté garant, le gars a dit qu’à la fin du mois quand je vais me retourner de l’autre côté de pouvoir lui donner. Maintenant, j’ai dit si c’est pour cela, il n’y a pas de problème. Je suis resté directement à la maison, j’ai appelé pour m’amener de l’argent, c’est juste 3 millions et je suis venu déposer tout de suite. Le gendarme ne s’était pas arrêté là, il dit non, demain encore tu viens, il faut que tu restes ici. Je dis, je reste ici pourquoi ? Mais je dis : vous parlez d’une garantie de voiture, c’est-à-dire un achat de voiture de 33 millions. Sur les 33 millions les 30 millions ont été payés et les 3 millions qui devraient être payés à la fin de ce mois, c’est-à-dire après la fin de la campagne, c’est ce qui était convenu. Mais, l’objectif réel était de m’empêcher à tenir mon meeting, ma caravane et ma sensibilisation d’aujourd’hui. Mais quand cela a été fait, j’ai mis ça sur la table, ils m’ont dit qu’il faut rester pour que demain matin tu reviennes pour qu’on puisse discuter. J’ai dit ce que vous faites comme ça, il n’y a pas de sérieux dans ça. Vous voulez m’empêcher de tenir ma campagne comme il y a eu une forte mobilisation encore au niveau de la gendarmerie, donc finalement, ils étaient obligés de me relâcher. Cette affaire était juste une histoire de garantie alors sur les 33 millions et les 30 millions ont été déjà payés. Le véhicule était à Conakry et le gars aussi est à Conakry. Donc, l’instruction a été donnée depuis Conakry. C’est mon téléphone qui est sur écoute. Comme, ils ont su que je suis en affaire avec quelqu’un donc, ils ont passé par celui-là un monsieur qu’ils ont corrompu et ce dernier maintenant a porté plainte. C’est un revendeur de véhicule là pour qui j’ai été garant. C’est après la campagne que je devrais me retourner pour pouvoir restituer cette somme. Maintenant, on a conclu. Je suis en campagne comme aujourd’hui mon meeting devrait  se tenir, donc, ils sont passés par ce monsieur parce qu’ils m’ont dit de ne pas le faire pour permettre à ces donzos de sortir pour faire la manifestation. J’ai dit que je refuse. Donc, ils sont passés par ce monsieur pour dire, il faut l’emmerder. Sur le coup, j’ai mis l’argent sur la table, j’ai dit il n’y a pas de problème mais avec ça, ils disent encore qu’ils me retiennent là-bas de ne pas sortir. Je fus finalement libéré plus d’une heure après.

Je n’irai nulle part, en tout cas pas à la gendarmerie. Mon meeting, c’est toute la journée de ce mardi et déjà  il y a les sonorisations partout dans les quartiers. Je suis candidat à Faranah. Je suis le candidat du parti FIDEL, tête de liste à Faranah. On a pu présenter encore des candidats dans d’autres quartiers, à Sangardo qui est à Kissidougou et ailleurs. Mais, ils négocient pour que j’annule mon meeting. Jamais !

Propos recueillis par Yaya Dramé

  1. Guinée 3 ans il y a
    Repondre

    Même l’ufdg ne croit pas a tes explications

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.