Faranah : ”PDG” Barry, fédéral de l’UFDG réagit aux cas de démission…

Print Friendly, PDF & Email

À la veille de la présidentielle, des cas de démissions se font sentir dans les rangs de l’UFDG de Faranah. Après celles du secrétaire administratif du parti et du coordinateur du FNDC, Elhadj Boubacar BARRY, “PDG Barry ” secrétaire fédéral de l’UFDG à Faranah, nous fait sa lecture par rapport à ces démissions : « Notre parti n’est pas un petit parti qu’on doit oublier, c’est un parti qui est né depuis qu’il y a eu la démocratie en Guinée. Ce parti a participé à toute les élections, à commencer par Bâ Mamadou, c’est l’UNR qui a évolué aujourd’hui jusqu’à être UFDG. Donc si vous voyez que nous ne sommes pas partis aux élections législatives, c’est toujours à cause de ce fichier électoral qui est très mal façonné, le recensement boycotté, les résultats qui sont sortis n’étaient pas valables. Donc, pour ne pas aller pour aller, nous avons jugé nécessaire de patienter pour les élections législatives, mais un parti, ce sont les militants. Après les législatives, nous avons dit qu’il faut prendre du courage, se préparer pour mieux sauter. C’est pourquoi de concertation en concertation par la base, le bureau politique national de l’UFDG Conakry a envoyé des messages à toutes les fédérations de l’UFDG en Guinée, de se prononcer librement. Nous aussi, nous avons convoqué des réunions pour écouter les militants à la base.  À Faranah nos militants et sympathisants ont demandé d’aller à l’élection car rester seulement à côté pour parler, ton adversaire parlera tout sur toi. Mais si vous luttez ensemble le peuple va vous juger. C’est dans ce cadre-là que la fédération de Faranah a dit ‘’oui’’ allons à l’élection. Qu’on nous accompagne ou pas il faut que notre leader parte à cette élection. C’est ainsi qu’il a accepté de se présenter pour l’élection présidentielle. » 
Poursuivant, PDG Barry s’interroge sur la fiabilité de ce fichier électoral. 

« Mais tout le monde voit ce que la CENI fait, si nous prenons Mandiana qui est érigé en préfecture ça ne fait même 10 ans ou 15 ans de 80000 habitants, si on dit que Mandiana est à 200. 000 et quelques électeurs mais c’est dérisoire ou quand on prend avec la population, la région de Kankan ce n’est pas la haute Guinée entière, cette région est composée de Siguiri, Mandiana, Kérouané, Kouroussa et Kankan centre. Comment celles-ci peuvent faire 1 million et quelques d’électeurs ? C’est pour montrer déjà la fausseté de la CENI qui est chargée de piloter cette élection. Regardez les élections communales, il fallait installer les districts et les quartiers après le scrutin mais on reçoit des documents officiels du ministère de la sécurité et de l’intérieur pour installer les structures (districts et quartiers) à la base de la démocratie. Tout le monde commence, on donne une date moratoire de 6 jours, maintenant que tout le monde est engagé, banalement comme ça avec une réunion à Kankan on dit de surseoir à ça, quelle démocratie ? Il pense qu’ils ont touché l’opposition mais même leurs éléments sont touchés. Chacun est mécontent de ça. Ce qui reste clair, cette élection présidentielle là encore, c’est pour créer la mésentente entre la population. Regarde comment on compte la basse Guinée, la haute Guinée, la moyenne Guinée et la Guinée forestière, c’est pour nous diviser mais comme la Guinée est bénie Dieu va nous sortir de cet état-là », a-t-il prédit. 

Cependant, le secrétaire administratif du bureau fédéral de l’UFDG de Faranah Ansoumane Mory Oularé a démissionné au profit du RPG. Le mardi 15 septembre dernier, il a présenté sa lettre d’adhésion aux adeptes du parti au pouvoir. Pour El hadj Boubacar Barry, c’est un non-événement. 

« M. Oularé est l’un des secrétaires administratifs. Je ne peux pas dire que M. Oularé n’a pas servi l’UFDG mais il n’est pas indispensable. C’est à travers la radio que je l’ai suivi après avoir reçu un coup d’appel m’informant que quelqu’un parle de l’Ufdg à la Radio. Il dit qu’il a démissionné de l’Ufdg, il ne m’a pas averti, c’est à la radio que j’ai appris. Et le lendemain, il m’envoie deux jeunes dans mon bureau, eux ils m’ont présenté une enveloppe qui ne portait pas d’adresse, j’ai demandé qui vous a envoyés ? Ils disent que c’est M. Oularé. Je dis pourquoi ? Que de me remettre l’enveloppe. J’ai dit que je l’ai entendu parler hier à la Radio, si c’est cette lettre qu’il a écrite vraiment, ce n’est pas comme ça qu’il devait envoyer. Fallait envoyer avant de parler ou lui-même il vient me déposer. Il n’a même pas besoin d’intermédiaires. Je dis, je ne prends pas. Nous, on n’a rien à lui reprocher et je pense que lui aussi n’a rien à nous reprocher. S’il a vu un autre parti, il n’a qu’à partir, notre parti vie et vivra Inch’Allah. 
Nous ne sommes contre personne, nous continuons à créer la légalité. Notre électorat à Faranah, on continuera toujours à l’avoir et nous allons protéger les résultats que nous allons obtenir. D’ailleurs, sa démission ne nous fait rien sauf que ça nous arrange parce qu’il y a toujours les petites discussions lors de l’assemblée. Franchement nous le remercions et nous lui souhaitons bonne chance dans son choix. Je demande aux militants, sympathisants, partisans et amis de l’Ufdg de soutenir Elhadj Cellou Dalein Diallo pour que nous soyions à Sèkhoutouréya après l’élection. Nous souhaitons que l’élection se passe dans les bonnes conditions parce que dire que haute Guinée, base Guinée, moyenne Guinée, la forêt ce n’est pas ça, pour nous c’est le Guinéen qui compte. Tu ne peux pas trouver un rayon de ce pays où tu ne peux pas trouver ces grandes ethnies là. Partout où il y a au moins 4 maisons, tu trouveras les forestiers, les peuls, les malinkés et les soussous. Personne ne peut discuter cela. Tu ne peux pas dire que le fleuve qui commence ici ne peut pas aller vers Labé, celui de Labé ne peut ravitailler Siguiri, donc les gens qui parlent de régions ou ethnies c’est parce qu’ils viennent de naître. Ils ne connaissent pas ce pays-là, quelqu’un qui veut diviser ça, il se trompe. C’est notre démocratie qu’on n’a pas exploitée encore, c’est ce qui nous manque parce qu’on a tout : le minerai, l’eau, la végétation, l’intelligence mais ce sont ceux qui incarnent le pouvoir qui n’ont pas de décisions. Si Aujourd’hui c’est blanc demain c’est noir, vice versa, c’est comme l’installation des quartiers et districts-là. Ceux qui cherchent à manger, ce sont eux qui manigancent tout, ils vont partir mentir à Conakry qu’ils ont le monde derrière eux alors qu’ils ne peuvent même pas mobiliser les gens sincèrement si non que de partir dans les cafés s’il y a l’argent, les gens viennent faire ho ! ha ! et puis ils quittent. Ce qui reste clair, personne ne vit éternellement, regardez le Mali, si on cite les chefs d’Etat qui sont passés à la tête du pays, c’est cela la démocratie. Mais s’éterniser au pouvoir n’est pas bon pour la démocratie. Nous, on ne tient pas forcément que c’est Cellou qui soit Président mais qu’il permette aux autres aussi de tenter leur chance »
, a t- il souligné.

Lancinè Keita, correspondant à Faranah

 

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.