Faranah : silence, on reboise les bordures de la mare sacrée de Toro

Print Friendly, PDF & Email

Longtemps considérée comme un lieu mythique par les premiers occupants de Faranah, la mare sacrée de Toro se trouve de nos jours dans un état piteux. Tendant à une disparaître définitivement, il a fallu le financement du ministre Moussa Condé ‘’Tata Vieux’’ à hauteur de 65 millions GNF pour sauver cette mare située sur la bordure du fleuve Niger, au quartier Mosquée.


Pour participer à la survie de cette mare, les jeunes de la coordination du RPG Arc-en-ciel et les étudiants de l’ISAV de Faranah ont lancé des activités de reboisement des berges de la mare sacrée de Toro. Sur l’objectif de cette activité, Mohamed Mansaré, coordinateur de la jeunesse RPG de Faranah, souligne : « nous avons choisi ce site de Toro parce que c’est un site sacré et historique. Nous connaissons son importance par rapport à la vie des citoyens de Faranah. C’est cette mare qui est en train de disparaître petit à petit suite aux actions anthropiques. C’est pour pérenniser l’existence de cette mare que nous avons initié ces opérations de reboisement avec les plants de l’espèce Karagba proséra (Kobî).

Pour sa part, le Tchadien Abdourahem Brème Hamy , secrétaire exécutif de l’Autorité du Bassin du Niger (ABN), s’est exprimé en ces termes : « l’affaire du fleuve Niger est une responsabilité qui incombe les 160 millions de personnes qui vivent dans les neuf pays de l’ABN. Si tout ce monde-là se lève pour poser un bon acte en faveur du Niger, comme ce que ces jeunes viennent de faire aujourd’hui, pour la mare sacrée de Faranah, les choses vont changer. L’homme est capable quand il prend la volonté et s’engage de manière déterminée à arriver à son but. »


Poursuivant son intervention, Abdourahem Brème Hamy a lancé cet appel : « je demande à ces jeunes de ne pas se décourager. On n’a pas toujours besoin de financement pour réaliser de bons actes. Aujourd’hui, ils ont fait ces actes: nettoyer cette place, creuser des trous, trouver des plants et procéder au reboisement. C’est un acte salutaire. J’invite les autres jeunes d’en faire autant. »

Sur les bordures de la mare de Toro, cinq mille plants seront reboisés sur 3,15 hectares. Cette action permettra à la mare sacrée de Toro de retrouver sa couverture végétale d’antan.


Lanciné Keita, correspondant à Faranah

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.