Faranah : un bras de fer oppose la chambre préfectorale de Commerce aux Nigérians

Print Friendly, PDF & Email

Dans le cadre de la commercialisation des noix datorioms à Faranah, un bras de fer oppose actuellement la chambre préfectorale de Commerce aux Nigérians (acheteurs de ce produit). Après plusieurs tracasseries entre producteurs, acheteurs (Nigérians) et chambre préfectorale de Commerce, la situation tende a tourné au vinaigre. Sur les causes de ce problème, le président de la chambre préfectorale de Commerce de Faranah, Kombon Camara explique :

« J’ai compris qu’il y a assez de problèmes entre les producteurs et les acheteurs de datorioms à Faranah. Le mardi 01 juin 2021 , j’ai fait appel à ces Nigérians pour qu’on échange pour trouver solution à ces problèmes. Il y a plusieurs années, quand ils viennent, ils donnent clandestinement aux femmes sans informer la chambre préfectorale de Commerce. Pourtant la chambre leur avait informé de ne pas donner l’argent clandestinement aux femmes sans qu’il n’y ait une rencontre entre les producteurs, les acheteurs et la chambre pour qu’il y ait un consensus entre nous. Mais ils n’ont pas respecté cela. Ils profitent de la période d’hivernage pour amadouer la conscience de ces pauvres femmes; chose à laquelle la chambre s’oppose. Les femmes enregistrent plusieurs pertes dans leur manière de faire. Après, ils trimballent ces femmes en prison. A ce jour, ils ont conduit certaines femmes au commissariat et d’autres à la justice.

De surcroit, après une concertation avec ces femmes productrices de datorioms, il a été révélé que ces Nigérians achetaient leurs noix datorioms à 170 mille FG mais cette année ils achètent à 130 mille FG. Les femmes sont venues me voir pour que leur produit soit acheté à 150 mille FG. Quand je leur ai dit ça, ils ne m’ont même plus écouté, ils sont sortis du bureau pour s’en aller. Nous avons compris qu’ils sont forts de quelque chose mais la chambre préfectorale de Commerce de Faranah va pousser l’affaire jusqu’au bout. », a-t-il expliqué.

 Pour le moment, toutes nos tentatives de joindre le président de ce groupe de Nigérians sont restées vaines. Dossier à suivre.


Lanciné Keita, correspondant à Faranah

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.