Fassou Goumou ni évacué ni mort : ‘’je ne suis pas mort grâce à Dieu et au président…”

Print Friendly, PDF & Email

Victime d’un grave accident qui a couté la vie à son chauffeur la semaine passée sur la nationale 2 à Koulé à 40 kilomètres de N’zérékoré, l’opérateur Économique Fassou Goumou a été évacué d’urgence à l’hôpital régional de N’zérékoré où il avait reçu les premiers soins avant d’être transporté à Conakry à bord d’un hélicoptère envoyé par le président de la république.

Vu la gravité de son état de santé, de folles rumeurs avaient circulé dans le pays et précisément en cité forestière le donnant d’abord pour évacué vers le Maroc et puis mort.

Joint au téléphone par notre rédaction, l’opérateur qui est alité à l’hôpital Sino guinéen de Kipé, en banlieue de Conakry, a indiqué que ce ne sont que des rumeurs et que sa vie est hors danger.

“Les gens ont raison d’interpeller comme ils veulent parce que avant tout c’était un accident mortel. Je ne suis pas mort grâce à Dieu et au président de la république qui a vite envoyé un hélicoptère pour venir me chercher. Je me porte bien aujourd’hui.

Je ne peux que prier le président pour cette considération à ma personne. Et je profite déjà pour demander à toute la population guinéenne en particulier celle de la région forestière de prier pour moi,” souhaite Fassou Goumou. Ajoutant qu’il est bel et bien à Conakry à l’hôpital Sino-guinéen et non au Maroc.

“Je suis bien sûr en Guinée où je reçois les soins et ça commence à aller. Je ne sais pas alors comment je peux quitter pour le moment », dit l’ancienne tête de liste du RPG à N’zérékoré lors des dernières élections communales.

Il faut par ailleurs rappeler que Fassou Goumou avait été arrêté avec 40 autres personnes lors des élections couplées du 22 mars dernier.

Ils étaient accusés d’être les commanditaires des violences meurtrières qui ont fait plus de 30 morts à N’zérékoré.

Après avoir donc bénéficié d’une liberté provisoire, Fassou Goumou s’apprêtait donc à faire son retour dans sa ville natale après plus des mois d’absence.

Amara Souza Soumaoro, correspondant à N’zérékoré

 

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.