Connect with us

Societé

Fatako: Alpha Condé ‘’remercié’’ pour la reconstruction de l’une des plus anciennes mosquées du Foutah

Published

on

De longues années de conflits se referment. Les travaux de reconstruction de l’ancienne mosquée de la sous-préfecture de Fatako, localité d’origine du riche opérateur Elhadj Ousmane ‘’Sans Loi’’ Baldé, dans la préfecture de Tougué se poursuivent à pas de géant. Après plus de trois ans de travaux (lancés en mai 2016), il ne reste plus qu’à appliquer la peinture pour rendre les clés aux fidèles musulmans. Une situation qui satisfait la nouvelle équipe communale qui a vivement remercié le président Alpha Condé pour avoir donné 100 tonnes de ciment pour la reconstruction de cette maison de Dieu.

Pour Thierno Amadou Talibé Bah, l’un des conseillers de la commune rurale, « cette ancienne mosquée était au cœur d’une division profonde entre les fils de Fatako. Nous, fils de la localité, avons décidé d’enterrer la hache de guerre car toutes les mosquées de Fatako nous appartiennent. Nous sommes de même mère et père. Heureusement, les travaux de rénovation de cette mosquée sont également achevés. Le président de la République nous avait donné 100 tonnes de ciment. Les citoyens de Fatako se sont réconciliés. Toute personne qui t’apporte une aide pour la religion de Dieu, tu vas le remercier, tout Fatako remercie le président de la République aujourd’hui ».

En avril 2016, Fatako a inauguré l’une des plus belles et grandes mosquées de la sous-région ouest-africaine, réalisée par le désormais président de la coordination nationale des Fulbés et Haali poular de Guinée ‘’Sans Loi’’ Baldé. Mais ce joyau d’une capacité d’accueil de plus 5000 fidèles avait suscité à l’époque des controverses entre fils de la localité. Son inauguration avait été même boudée par les autorités.

En mai 2016, face à ses nombreux partisans au siège du RPG Arc-en-ciel, parti au pouvoir, le président Condé est revenu sur les tensions autour de la mosquée de Fatako.

‘’Quand Sans loi a voulu construire cette mosquée dans sa sous-préfecture, le président Lansana Conté (2è président de la Guinée, décédé en décembre 2008 après 24 ans de règne) s’y est opposé. Conté a dit non et qu’il n’acceptera pas qu’on casse une (ancienne) mosquée. Voilà la réalité. Sans que personne ne m’informe au moment de l’inauguration, on dit sur les radios que le centre sera inauguré par le président. Fatako est une sous-préfecture, Timbo c’est la mosquée de tout le Foutah. Comment on peut se permettre de dire sur les radios, sans connaitre mon programme, que je vais aller ? Celui qui est à Abidjan, depuis longtemps a voulu faire la rénovation de la mosquée de Fatako, on a dit à Conté que c’est un [membre du] RPG.

Je leur (les ressortissants) ai dit que je vais les aider. Je leur ai dit de conserver toute la partie histoire de la mosquée, parce que c’est ça qui compte. Cette mosquée a quatre siècles. Il y a un qui a dit à mon conseiller qu’ils vont empêcher, mais j’ai prévenu que le premier qui va toucher à un camion, je vous le jure, il ira en prison. Ils sauront qu’il y a un Etat dans ce pays-là. Je suis le président de la République. Si les gens de Siguiri, de Yomou ou de Koundara me le demandent, je suis le président de la Guinée, personne ne m’empêchera d’aider des gens à construire une mosquée sauf s’ils veulent remettre en cause la religion », insiste-t-il.

Selon un sage, cette mosquée en reconstruction avait enregistré le séjour de l’Almamy Oumarou de Timbo de l’ancien Etat théocratique du Foutah-Djallon. Il y a séjourné un mois.

Tidiane Diallo, correspondant régional à Labé

620 44 25 83

Print Friendly, PDF & Email
Publicités
Continuer la lecture
Advertisement
Cliquer ici pour Commenter

Laisser un commentaire

Publicités