Fatoumata Kourouma recalée au bac : le Ministère de l’Education a-t-il manqué de réalisme ?

Print Friendly, PDF & Email

Dans les grandes démocraties du monde, les actes héroïques sont salués et récompensés. Le cas Fatoumata Kourouma, une candidate de 18 ans qui a accouché à Mamou pendant l’épreuve du bac, repris l’examen a raté son test, suscite des polémiques les plus folles. Elle a été déclarée non admise au baccalauréat unique session 2019.

Cette mère de famille qui a mis au monde en juillet dernier son deuxième garçon -dont les images ont fait le tour du monde et fait la Une des grands médias- ne pouvait imaginer qu’en boudant la maternité et son petit moins de 40 minutes après son accouchement qu’elle serait recalée. Aucune excuse pour celle qui se voyait déjà dans une salle d’université poursuivre ses études.

Devait-elle bénéficier d’une exception pour son acte jugé singulier ? Le débat agite la toile.  Pour certains, c’est non. « C’est le mérite qui est récompensé et non le contraire. Si elle n’a pas mérité, elle peut attendre l’an prochain et tenter sa chance. Peut-être que la chance peut lui sourire », a réagi un internaute qui, par ailleurs, a salué la bravoure de la jeune dame.

Un argumentaire battu en brèche par un autre groupe -plus nombreux- qui accuse le Ministère de l’Education nationale et de l’Alphabétisation (MENA) -piloté par Mory Sangaré- d’avoir manqué de réalisme dans un pays qui a la propension à donner précocement en mariage les jeunes filles .

« Donner un coup de chance à la jeune mère et faire d’elle le symbole de la scolarisation de la jeune fille serait la meilleure option pour le pays. Hélas ! », déplore un père de famille qui cite la France où récemment un Malien sans papiers nommé Mamoudou Gassama a été naturalisé français pour avoir sauvé un petit garçon d’une terrible chute.

« Il n’était pas le seul Africain ou migrant qui sait raser les murs. Mais pour avoir posé un acte héroïque, Emmanuel Macron l’a décoré et naturalisé français. Son rêve de plusieurs années fut exaucé. Pourtant en France, nombreux sont des migrants irréguliers –parfois bardés de diplômes- qui attendent en vain depuis des années leur régularisation », ajoute-t-il. La France a-t-elle aussi manqué de réalisme ? demande-t-il.

En un mot comme en mille, un Etat se doit de prendre des décisions majeures qui ouvrent la voie de l’espérance. La Guinée a-t-elle encore manqué ce tournant ?

Noumoukè S.

1 Commentaire
  1. CONDÉ ABOU 10 mois il y a
    Repondre

    De mon point de vue, l’Office du Baccalauréat est irréprochable dans la proclamation des résultats des candidats et dans la décision qu’il a rendue.

    Il a fait ce qu’il doit faire, autrement dit, en d’autres circonstances, l’on aurait pu dire qu’il n’a dit que le droit à l’endroit de chacun des candidats. Il n’a aucune responsabilité dans l’échec général du système éducatif actuel.
    Les faibles résultats au Bac ont pour seul mérite de limiter l’accès aux amphithéâtres déjà bondés d’Etudiants inscrits. C’est le probleme un peu partout aujourd’hui en Afrique.

    Vous prenez une grande Préfecture comme Mamou et qui se retrouve avec 86 admis au Bac sur un total de 1086 (soit 7,91%) selon la Presse ! Y-a-t-il un commentaire à faire sur ce chiffre ? Je n’en trouve pas.

    Même dans un pays comme le Tchad (42% d’admis en 2019), vous ne trouverez pas un chiffre calamiteux comme celui-ci.

    Bref, le courage de Madame Fatoumata Kourouma est louable et formidable.

    Mais dans ce genre de situation, pour être juste et ne pas contredire les principes et les lois, ce que l’on pourrait suggérer exceptionnellement à l’Office du Baccalauréat, c’est vérifier les résultats de Madame Fatoumata Kourouma et de tous ceux dont les moyennes pourraient les classer au rang des Etudiants admissibles au Bac.

    L’on pourrait définir le statut d’admissibilité au Bac, en considérant par exemple, tous ceux dont la moyenne est comprise entre 9/20 et 10/20, et qui n’ont pas été déclarés admis.

    Puis, envisager l’organisation d’une nouvelle Session du Baccalauréat en Septembre prochain, pour tous les Etudiants déclarés admissibles, c’est à dire tous les candidats ayant une moyenne comprise par exemple entre 9/20 et 10/20.

    À mon avis, ce serait la meilleure opportunité à offrir, pour redonner une chance à Madame Fatoumata Kourouma, et à tous les autres admissibles dont la moyenne générale est relativement proche de 10/20.

    Bon courage Madame Fatoumata Kourouma pour relever vaille que vaille le défi de la formation à l’Université. C’est bien possible pour vous.

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.