Féguifoot, ASK, Horoya, 6 millions de dollars en banque, Bouba Sampil ouvre son cœur…

Print Friendly, PDF & Email

Une sortie qui continue de faire des vagues. Le président de l’Association sportive de Kaloum (ASK), club guinéen de football de première division avait disparu des rues défoncées de Conakry. A bâtons rompus, Aboubacar Sampil – célèbre représentant de Sable Mining- a accordé une interview à la radio Nostalgie fm le 13 juillet dernier. Il a parlé entre autres de son club, du championnat national, de la Ligue guinéenne de football professionnel, du prochain Congrès de la Féguifoot entre autres. Rien n’a été laissé au hasard, tout a été passé au peigne fin.

Nostalgie : M. Bouba Sampil, bonjour

Bonjour

Vous avez entamé un grand chantier au stade de la mission de Kaloum. Dites-nous d’où est partie l’idée de refaire l’image de ce stade qui ne cesse aujourd’hui d’attirer pas mal de convoitises ?

Des gens qui gèrent aujourd’hui le football, qui disent que Bouba Sampil n’a pas de moyens, n’a pas ceci ou cela, ce sont des conneries

Tout a été arrêté à cause de la création de la ligue professionnelle de football de Guinée qui était quand même quelque chose où les professionnels vendaient des rêves. Et à partir de là, moi, j’ai pris la décision d’arrêter tout puisque je voyais que je ne suis pas compris. Et je prends mes académies, on joue puis j’arrête l’évolution des travaux de construction du stade. Bon, les détracteurs qui sont soumis aux desiderata des gens qui gèrent aujourd’hui le football, qui disent qu’il (Bouba Sampil ndlr) n’a pas de moyens, il n’a pas ceci-cela. Mais moi, ce sont des conneries que je n’écoute pas. Donc à partir du moment où tout le monde me donne raison aujourd’hui, que la ligue c’est un fiasco et que le football descend dans un trou, maintenant je dis voilà, je reprends, puisque l’AS Kaloum c’est le baromètre du football guinéen qu’on le veuille ou pas. Lorsqu’on veut que le football marche, ça marche ; quand on ne veut pas, ça s’arrête, ça sombre. Bon, des gens peuvent dire ce qu’ils veulent, moi, je n’ai pas de problème. Maintenant, on a pris la décision avec l’implication du bureau exécutif et ma femme qui a insisté en disant qu’il ne faut pas laisser l’AS Kaloum, il faut réinvestir et faire des choses pour que le football puisse marcher. A partir de là, je me suis dit, je commence comme d’habitude, amener de grands entraîneurs, amener un effectif à l’image des grands clubs d’autres championnats. Parce qu’il n’y a pas de grand club en Guinée.

Horoya fonctionne sur les fonds de la Caf et de la Fifa. Moi, je fonctionne sur la base de mes propres moyens

Vous comptez recruter de grands entraîneurs, de grands joueurs et autres. Avez-vous les moyens de votre politique voire de vos ambitions pour rivaliser d’autres clubs à Conakry particulièrement, l’éternel rival, le Horoya ?

Le rival (Horoya) fonctionne sur les fonds de la Caf et de la Fifa. Moi, je fonctionne sur la base de mes propres moyens. Si on utilise l’argent de la Caf et de la Fifa, donc il n’y’a pas de raison que tu ne puisses pas (…). Le football, ce sont les moyens. Aujourd’hui, nous, nous avons les moyens de notre politique parce que je veux le faire. Et vous verrez dans les jours qui vont suivre comment on va mettre les choses en place. Maintenant qu’on ne va pas chercher l’AS Kaloum pour jouer la ligue des champions, pas la Caf. On a baissé les bras parce que tout était pipé au départ. Maintenant qu’est-ce qu’on va faire, on sait qu’on a deux clubs en ligue des champions et deux clubs en coupe Caf, on va jouer.

Pouvez-vous nous dire quand est-ce le chantier va prendre fin ?

Normalement, il y a une partie des travaux qui doit finir dans deux semaines. Puis, on va se lancer dans le grand chantier. Déjà, il faut visiter ce que nous avons fait, c’est compte-tenu de tous les critères standard de la Fifa. On a tout mis en place pour avoir des vestiaires dignes de nom. Qu’en Guinée qu’on soit fier d’avoir des vestiaires comme ça à l’image des clubs européens. Maintenant la deuxième phase, c’est la phase de tribune officielle. Mais cette tribune officielle, pourquoi on a eu beaucoup de difficultés, c’est le simple fait que nous l’avons voulu selon le plan que nous avons. Il était question d’avoir 20 mètres après la clôture qu’on n’a pas eu finalement, l’immeuble sur lequel on comptait (…). Maintenant il faut tout reprendre, faire une petite tribune de 5.000 places, ce qui était prévu, c’était une tribune de 10.000 places de l’autre côté. Mais on ne peut plus mettre, tout de même les architectes sont en train de travailler là-dessus, ça va voir le jour bientôt puisque là maintenant on est prêt.

François Zahoui, c’est quelqu’un qui a une admiration extraordinaire pour moi. Je vous confirme qu’il va signer un contrat à l’AS Kaloum dans les jours à venir.

Après les deux Ivoiriens, on avait annoncé François Zahoui, je pense que ça n’a pas abouti, qu’est-ce qu’il y a d’autres ?

Zahoui, c’est quelqu’un qui a une admiration extraordinaire pour moi. Je vous confirme qu’il va signer un contrat à l’AS Kaloum dans les jours à venir. Vous savez, je ne suis pas du genre à raconter des conneries, c’est quelqu’un qui est avec moi, et qui a donné son accord, il va venir. Il va joindre à Paris Alpha Baldé et à partir de là, ils vont communiquer à deux. On va finaliser deux ou trois cas. L’objectif est de ramener 8 joueurs étrangers qui vont compléter l’effectif qu’on a sous la main. A partir de là, il y a un stage qui aura lieu à l’étranger qui à partir du 10 jusqu’au 30 août, ça va probablement être au Sénégal sur les installations de Génération foot.

Je vais être candidat au prochain Congrès électif de la présidence de la Fédération guinéenne de football. Antonio n’est pas plus béni que les autres

Bientôt le nouveau Congrès électif de la fédération guinéenne de football. Est-ce que Bouba Sampil aspire à faire acte de candidature ?

Sachez qu’il y’a un problème dans le football guinéen. Il y a Antonio Souaré qui a exploré une certaine stratégie dans le football aujourd’hui et que nous pouvons utiliser. Vous savez qu’Antonio Souaré n’est pas plus béni que KPC (Kerfalla Person Camara), il n’est pas plus béni que Thianguel, il n’est pas plus béni que moi, il n’est pas plus béni que les autres. Moi, je suppose que si Horoya a eu la ligue, Horoya a eu la fédération, l’AS Kaloum a droit au même titre que Horoya, personne n’est plus béni que l’autre. Alors, je suppose que ça doit être une présidence tournante pour tous les clubs. Je vais être candidat au prochain Congrès électif de la présidence de la Fédération guinéenne de football. Aucun club ne peut dominer le championnat, c’est clair, c’est notre position. Le Horoya a échoué, si aujourd’hui Horoya a échoué, il faut que quelqu’un d’autre vienne.

L’argent que la fédération reçoit c’est pour le football local ce n’est pas pour donner des voitures à bleu-bleu ou l’autre là, non.

Qu’est-ce que vous reprochez à la Ligue guinéenne de football professionnelle ?

On était dans une dynamique qui était claire avec la fédération de Salifou Camara que je respecte, Blasco que je respecte parce que ce sont des gens que j’ai connus en 1989 et qui ont gravi toutes les étapes pour être à la tête de la fédération. Et le reste, ce sont des nouveaux. Alors à partir de là, il y avait Rio Tinto qui avait négocié avec Salifou Super V et est devenu sponsor de la fédération concernant les compétitions nationales. Après 3 ans à travers Séga d’ailleurs, quand Rio Tinto a écrit pour dire qu’on ne peut plus être sponsor de la fédération, Séga m’a approché, il a appelé Super V, j’ai dit ok c’est sur 3 ans, je finance au même montant que Rio-Tinto. On a organisé les compétitions, tout le monde a vu. Le football a pris de l’envol, il y avait du public. Il y avait tout ce que vous pouvez imaginer. On a mis les moyens pour pouvoir rehausser le niveau du football guinéen. Dans la foulée, comme on a été champion, certains disaient qu’il nous faut donc une ligue. J’ai dit : écoutez, comment on peut parler de ligue alors qu’on n’a pas de terrain ? Comment on peut parler de ligue alors qu’on n’a pas de moyens ? » Puisque moi, ce que je peux mettre en tant que Nimba, c’est l’argent d’une association du football amateur. Je les ai informés que j’ai 6 millions de dollars dans une banque de la place qui sont destinés au football amateur. Ils ont dit : non. C’est quand chaque club va avoir 1 milliard qu’on va voir les sponsors. J’ai rappelé qu’on sortait d’Ebola et on entrait dans une période de récession. Alors, aucune société ne pourrait injecter de l’argent dans notre football. Là aussi, ils se sont opposés en disant non, qu’il y aura des sociétés. Voilà maintenant le résultat aujourd’hui.

Quand je vois le président de la ligue demander à l’Etat de venir au secours, je dis mais c’est l’hôpital qui se moque de la charité

Deuxièmement, de tous les clubs professionnels, aucun n’est en règle. Quand je vois le président de la ligue demander à l’Etat de venir au secours, je dis mais c’est l’hôpital qui se moque de la charité, parce que c’est à l’Etat de nous taxer parce qu’aucun club ne paie les taxes à l’Etat. On entre dans un système où on se retrouve avant, on n’avait pas de problème de retard. On entre dans un système où Horoya a 6 matchs en retard. Vous pensez qu’un club qui a 6 matchs en retard ne peut pas contrôler le championnat. Il faut être con pour ne pas être champion dans six matchs en retard. Alors ce sont tous ces éléments-là qui m’ont poussé à m’opposer, j’ai dit qu’il n’y aura pas d’argent. On va souffrir, il n’y aura pas de sponsor. Et maintenant l’histoire me donne raison et on pleurniche pour dire l’Etat. Dans tous les pays du monde, la ligue n’a rien à voir avec l’Etat, c’est la fédération qui a affaire avec l’Etat. La ligue s’autofinance. Vis-à-vis de la Caf et la Fifa, c’est la fédération qui est responsable du financement du football local. L’argent que la fédération reçoit c’est pour le football local ce n’est pas pour donner des voitures à bleu-bleu ou l’autre là, non.

Vous allez voir au moins 100 panneaux publicitaires à Conakry, “On est prêts”

Quels arguments avez-vous aujourd’hui pour répondre à ceux qui disent que Bouba Sampil est ruiné, il n’a plus d’argent ainsi qu’aux nombreux supporters du Gbin Gbin So pour leur dire que vous revenez en force ?

Je dirai aux supporters de l’AS Kaloum que le slogan qui va sortir à partir du mois d’août, ça s’appelle : ‘’On est prêts’’. Vous allez voir au moins 100 panneaux publicitaires à Conakry, on est prêt. On en est à 500.000 dollars de rénovation actuellement.

Décryptage: Elisa CAMARA

 

 

 

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.