Féguifoot : le football guinéen tend vers une autre crise

Print Friendly, PDF & Email

La semaine écoulée, pour la énième fois  en moins de  six ans,  les émissaires  de la FIFA et de la CAF  ont séjourné en Guinée. Durant 3 jours  l’italien  Me  Primo Carvalho, responsable du département des associations de la FIFA qui s’occupe de la crise et des conflits juridiques dans le monde du football  et le camerounais  Me Prosper Abéga, président de la  Commission permanente du jury d’appel  ou de la Commission juridique de la CAF ont échangé avec  les autorités sportives guinéennes notamment  les membres du comité de normalisation et ceux du comité ad-hoc sur l’avenir de notre  football  d’après crise.  Ils ont bouclé  leur mission par une conférence de presse, le 13 août dernier au siège de la Féguifoot.  Après plus d’une heure  de  débats très intéressants plusieurs points  appelés  « propositions » auront retenu l’attention des uns et des autres dont principalement  la réduction des membres électeurs de 121 à 65 qui touche à majorité les équipes de la division nationale.

En prenant la parole en premier au nom du comité de normalisation, le président Mohamed Nabé, a rappelé qu’ils ont été installés  suite à la crise qui a secoué le football guinéen ces dernières années. De même qu’une feuille de route leur a été assignée dont notamment l’assainissement des statuts, la gestion du football guinéen dans les éliminatoires de la CAF et de la coupe du monde, l’organisation des compétitions nationales et l’organisation de l’Assemblée générale élective.  C’est dans ce contexte que ces émissaires ont effectué à nouveau cette visite pour nous évaluer et pour nous donner les grandes lignes pour la réussite de notre mission.  Et d’avouer sur le champ que les résultats dépassent largement  des attentes. « Les changements sont bons pour le football guinéen. Nous sommes convaincus que tout changement est difficile. Il faut qu’ont s’y mette. C’est en cela que nous pouvons dire que ces changements ne plairont pas tout de suite à tout le monde. Ces changements seront bénéfiques pour l’avenir ».

Tout comme son prédécesseur, Me Primo Carvalho, a rappelé qu’en 2011 ils étaient-là pour l’installation d’un nouveau bureau exécutif présidé par Salifou Super V. Nous sommes toujours motivés de venir  en Guinée pour travailler  avec les autorités sportives afin de trouver des solutions à son football.  Pour cette autre mission, souligne t-il, nous connaissons l’idée de tout ce qui se passe. Nous n’allons pas  parler de ces crises à répétition, c’est l’avenir qui nous intéresse désormais. Et de dire que tous les pays sont concernés par les nouveaux statuts de la FIFA.  Pour  le porte-parole de la FIFA-CAF, la donne doit changer  en Guinée par rapport  à la composition de l’Assemblée générale. De même que c’est elle  qui élut les membres  à la Féguifoot. Selon Me Carvalho, il faut un équilibre  entre les membres statutaires.  Et d’affirmer qu’il  y aura de nouveaux membres  dans les statuts. « Le football de masse est important, mais il faut l’équilibre ».  Il a  insisté en disant que  les 121 membres électeurs sont  trop, nous proposons 65.  Sur la même lancée,  il  a dit que désormais dans les clubs de Ligues  1 et 2 au lieu de 2 délégués, nous voulons 1.  Autre changement que nous souhaiterions voir, est de voir la signature du contrat entre la Féguifoot  et la Ligue guinéenne de football professionnel par rapport  à la répartition des compétitions nationales et autres. Même que pour la création de nouveaux clubs, maintenant les gens peuvent le faire à condition  de commencer  par la base. Nous voulons aussi, dit-il, que dans le nouveau Comité exécutif il y ait obligatoirement  une femme parce que la FIFA met énormément de moyens dans le développement du football féminin. Et de continuer  en disant que pour la bonne marche du football, ils veulent que les différents membres des organes juridictionnels  soient élus par l’Assemblée générale au lieu du Comité exécutif. Me Primo a proposé la création d’une commission d’éthique. Le président de la Ligue guinéenne de football sera le 2è vice-président de la Féguifoot.   Pour  clore le représentant de la FIFA a dit ceci : « Nous sommes optimistes. C’est vrai qu’il sera difficile d’accepter nos propositions. Nous voulons l’équilibre général. Personne ne doit  avoir la majorité  sur l’autre. ». De tout ce qui précède force est de constater  que la Guinée risque de plonger dans une autre crise plus grave que celle qu’elle a connu. A entendre les conférenciers, on a l’impression que les charrues ont été mises avant les bœufs. Pourtant, un comité ad-hoc avait été mis en place pour travailler en profondeur  sur les nouveaux statuts de la Féguifoot.  Partout dans le monde la FIFA et la CAF proposent leurs idées  à (aux)  un pays, mais elles ne les imposent pas. Bien des gens estiment que ces propositions de la FIFA et de la CAF  élimineraient du coup beaucoup de candidats au Comité exécutif car ils fondent leur électorat sur les équipes de la division qui sont les principales victimes (De 69 électeurs à seulement 8). Et si ces statuts veulent être taillés sur mesure comme on le faisait dans le passé. Alors, qui seront derrière toutes ces manigances ? On le saura prochainement. En tout cas, à cette allure, ne soyez pas étonné de voir un jour ces propositions rejetées par les membres statutaires car ils sont souverains. Pauvres de nous !

Par N’Famara Baga Bangoura

 

  1. Keita 5 ans il y a
    Repondre

    N’Famara Baga Bangoura c’est Antonio SOUARE est derriere ca parcequ’il veut recuprerer et monopolise le Foot ball Guineen quelque soit la methode

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.