Féguifoot. Tibou Kamara tire sur le quatuor qui a rencontré le chef de l’État : « ils ont déçu les espoirs »

Print Friendly, PDF & Email

Le ministre d’État, ministre de l’Industrie des Petites et Moyennes Entreprises (PME) et Porte-parole du Gouvernement Tibou Kamara, lors de son passage dans l’émission “On Refait le Monde” de Djoma tv est revenu sur l’imbroglio que connaît la Fédération Guinéenne de Football relatif à l’élection du président exécutif du football national.

Les soucis, souligne le ministre, qui préoccupent l’État ce sont “le conséquences de toutes ses crises et de cette bataille rangée qui pourrait entraîner la suspension de notre pays”
Sur la prétendue immixtion de l’exécutif dans le secteur du football, Tibou Kamara a indiqué que « le chef de l’État n’est pas proche d’un candidat, n’est pas favorable à un autre et il ne m’appartient pas à dire aux acteurs du football ce qu’ils doivent faire et ce qu’ils ne doivent pas faire. La dernière rencontre dont vous faite allusion, a seule question qui a été posée à chacun par le Président de la République c’est qu’en est-t-il de mon appel à l’unité ? Parce que nous sommes tous convaincus si les élections ont lieu dans les conditions actuelles régulières ou non régulières, respect des statuts ou non quelque soit celui qui sera élu on va encore retomber dans la crise parce qu’on voit déjà se dessiner les prémices de la division et de l’impossible entente entre ces acteurs.» 
À en croire le conseiller spécial du Chef de l’État, « tous les acteurs majeurs de notre pays ont été invités à appeler leurs amis, leurs soutiens, leurs partisans à entrer dans une dynamique de paix et éventuellement de compromis pour non seulement refaire l’unité et la cohésion au sein de la famille du football mais d’éviter d’exposer le pays à des sanctions.».
Aux acteurs du football qui ont été à la rencontre avec le chef de l’État à Sékhoutouréya à savoir Antoino Souaré, Kerfalla Person Camara “KPC”, Mathurin Bangoura, Salifou Camara “Super V”, « moi je dis tous non pas été à la hauteur de l’estime et de la confiance de chef de l’État et n’ont pas assumé la parole donnée devant lui en toute liberté et en toute responsabilité. J’insiste beaucoup, le président Alpha Condé n’a rien demandé à personne, ce sont eux librement qui ont proposé des solutions, qui ont évoqué des problèmes, il est resté à leur écoute comme le ferait un père de famille et je dirais c’est d’ailleurs c’est beaucoup plus de père de famille de grand’frère qu’ils a reçu en tant que chef de l’État. Personne n’a été influencé dans sa conviction comme je l’ai entendu, personne n’a été forcé de rien…Mais je dois dire en toute honnêteté que beaucoup n’ont pas été à la hauteur de la responsabilité qui leur incombe et ont déçu les espoirs pas du chef de l’État parce qu’il ne s’agit pas de lui, du pays en ne se montrant pas un peu dignes de parole et de confiance et en allant pas de ce que commande l’intérêt national mais plutôt de ce que veut leur agenda personnel ou les ambitions qui les anime, il faut être honnête avec les Guinéens.» 

Mamadou Yaya Barry

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.