‘’Félicitations’’ à Ouattara et ‘’vœux de succès’’ à Alpha : la justif (laborieuse) de Le Drian

Print Friendly, PDF & Email

La France tente le tout pour le tout pour justifier sa position contrariée sur la Guinée et la Côte d’Ivoire, deux pays où les dirigeants ont modifié la constitution pour briguer un 3è mandat.

Après avoir félicité Alassane Ouattara et adressé ses vœux de succès à Alpha Condé pour leur réélection, l’Elysée a entrepris une vaste campagne de justification. Sauf que cette fois-ci, elle refuse d’avouer que c’est surtout pour sauvegarder ses intérêts dans ses anciennes colonies d’Afrique au sud du Sahara. Après donc une source à l’Elysée citée par l’hebdomadaire Jeune Africaine qui dit que Macron n’a pas félicité Alpha Condé mais que « la France continuera à travailler avec la Guinée », c’est autour de Jean-Yves Le Drian, ministre français de l’Europe et des Affaires étrangères de motiver la lettre polémique de Macron adressée au président Condé devant le Parlement. Pénible exercice…

Nous considérons qu’il revient au président Alpha Condé de poser des gestes d’ouverture pour apaiser la tension qui existe toujours en ce moment dans son pays. 

” (…) Je n’assimile absolument pas la posture concernant la Côte d’Ivoire avec la posture concernant la Guinée. Il faut être très clair, en Guinée, il y a eu une réforme de la Constitution pour permettre au président Alpha Condé de se représenter au-delà des deux mandats. Les élections ont eu lieu, il y a eu quelques complications, il y a eu des difficultés à la suite de ces élections, le référendum qui avait abouti au changement de Constitution, lui-même s’est fait démarquer par des violences. Nous considérons qu’il revient au président Alpha Condé de poser des gestes d’ouverture pour apaiser la tension qui existe toujours en ce moment dans son pays. 

‘’Le président Macron n’a pas félicité Monsieur Alpha Condé pour l’instant’’

En ce qui concerne la Côte d’Ivoire le président Ouattara avait annoncé publiquement et très concrètement sa volonté de se retirer au terme des deux mandats. Il se trouve que le candidat qui devait représenter le parti de Monsieur Ouattara, Monsieur Coulibaly, est décédé. Il était en campagne, on ne peut pas suspecter Monsieur Ouattara d’avoir organisé tout ça pour lui-même. Il était en campagne et ça s’est passé un mois avant ou un mois et demi avant l’élection. Je suis allé à l’enterrement de Monsieur Coulibaly le Premier ministre. Il se trouve que le président Ouattara s’est représenté devant cette situation particulière. C’est son choix. Mais ce n’est pas du tout le même dispositif constitutionnel qu’en Guinée. C’est la raison pour laquelle le président Macron a félicité Monsieur Ouattara pour son élection, il n’a pas félicité Monsieur Alpha Condé pour l’instant. Donc soyons clairs sur ce sujet. 

Je rajoute que nous souhaitons qu’en Côte d’Ivoire, les actes d’ouverture et de sérénité puissent se faire. Il y a eu des ouvertures qui ont été effectuées à l’égard du président Bédié, il y a eu des annonces d’ouverture à l’égard du président Gbagbo. Nous souhaitons que Monsieur Ouattara poursuive dans cette logique-là et j’espère qu’elle pourra aboutir à une situation plus sereine dans ce pays. Et je différencie bien les deux situations. 

Quant à l’élection au Niger, parce qu’il faut bien compléter avec le Niger Madame Dumas, constatons ensemble que le processus électoral au Niger se déroule pour l’instant dans des conditions reconnues par la communauté internationale y compris sur les cartes d’électeurs, y compris sur la mise en œuvre des bureaux de vote, et que le président Issoufou a dit : “je fais deux mandats et j’arrête”. Pourquoi voulez-vous l’accuser en plus ? “. Regardez la vidéo…

Maciré CAMARA

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.