Fermeture des frontières : « Alpha Condé a trop fantasmé » (Cheick Yerim Seck)

Print Friendly, PDF & Email

Invité ce mercredi 29 septembre 2021 dans l’émission  » ‘’Les Grandes Gueules’’ d’Espace FM, journaliste sénégalais Cheick Yérim Seck, est revenu sur les dessous du bras de fer qui existait entre le président Macky Sall du Sénégal et Alpha Condé, le désormais ex-président de la Guinée et qui aurait même conduit à la fermeture de nos frontières pendant plusieurs mois. Selon lui, tout serait parti d’ abord des séjours répétés de Cellou Dalein Diallo avant d’évoquer la crise Ebola dans la dégradation des relations guinéo-sénégalaises.

« C’est le tout début de cette affaire. Après, il y a eu un certain nombre d’épisodes parmi lesquels par exemple la crise Ebola. Un jeune Guinéen a traversé la frontière avec la maladie Ebola et a  été soigné à Dakar. Et suite à cette décision, par principe de précaution, Macky Sall a fermé la frontière et ça a été un incident très important qui a conduit à l’époque Alpha Condé à vouloir boycotter le sommet de la Francophonie de Abdoul Diouf à Dakar. Il a fallu l’insistance de Diouf pour que Alpha Condé accepte de venir participer à ce sommet.  Mais quand il est descendu de son avion, Macky Sall a voulu lui serrer la main, il (Alpha Condé) a dit, ‘’non, je ne vais pas vous serrer la main, parce que j’ai Ebola.’’ D’où l’état de la tension entre les deux. Au-delà de tout ça aussi, il y avait un problème ethnique. Il faut dire la vérité aussi, Alpha Condé a plus ou moins transposé les divergences ethniques intra-guinéennes dans ses rapports avec le Sénégal pensant que pour des raisons d’affinité ethnique, Macky Sall soutient Cellou Dalein Diallo, Emballo, etc. Parce qu’il y a eu aussi ce débat.  Et Alpha Condé a parlé à beaucoup de gens qui ont rendu compte à Macky Sall.  Donc, il a soupçonné, à un moment donné, Macky Sall d’être à la tête d’une sorte de complot international pour installer des Peuls un peu partout en Afrique de l’ouest. Il y avait eu ce problème aussi », a-t-il expliqué. 

Parlant de la fermeture de la frontière entre le Sénégal et la Guinée pour cause d’Ebola, Cheick Yérim Seck a dit ceci : « Ebola ce n’est pas de la blague. C’est une maladie épidémique, dangereuse et mortelle. Quand les Toubabs(Les Blancs) ferment leur frontière, pour des raisons sanitaires, ça ne pose pas problème. Il y a ce qu’on appelle le principe de précaution.  C’est à dire quand un Guinéen quitte le Sénégal, ça on est plus au niveau du fantasme. On est au niveau de la réalité. Il vient de la Guinée, il a Ebola et est soigné à Dakar  mais le minimum est que Macky Sall prenne sa précaution. Il faut dire la vérité,  sans langue de bois. Je veux dire que si cette situation avait existé et que Alpha Condé ferme les frontières, ça ne m’aurait pas choqué. Absolument pas.  Là, avec ce coronavirus, j’ai été soumis à un test et ça c’est normal. En Guinée, pour la première fois que j’ai rempli un protocole, je n’avais jamais rempli auparavant. Mais c’est normal.  Parce que la responsabilité d’un chef d’Etat aussi c’est de protéger son pays. » 

Pour lui, Alpha Condé a trop de fantasmé. « De toute façon, comme on était dans une stratégie de la tension, et puis il y a aussi un autre épisode qu’on n’a pas évoqué c’est les T-shirts de Cellou Dalein Diallo. Parce qu’il se trouve que  pour sa dernière campagne électorale, Cellou Dalein a commandé des T-shirts qui venaient de la frontière confectionnés au Sénégal. Alpha Condé a pris ça comme étant un acte de sabotage de l’Etat du Sénégal contre le pouvoir guinéen. Vous savez pourquoi je suis choqué? Parce que tout dépend du motif pour lequel la frontière a été fermée.  Le motif pour lequel la frontière a été fermée est un motif purement politicien.  On sait un peu ce qui se passe, on est des journalistes, on n’est pas des naïfs. Pour moi, une version officielle, est une version mensongère. C’est ça la réalité. Moi je ne crois pas aux versions officielles. La réalité, c’est quoi?  C’est qu’à un moment donné, Alpha Condé a trop fantasmé de la déstabilisation venant du Sénégal.  Vous savez pourquoi ce n’est pas possible ? La Guinée et le Sénégal ont un accord particulier, un exemple unique au monde. Voilà deux pays frontaliers qui ont 3,5 millions de personnes ayant la double nationalité. Il y a une consanguinité entre ces pays, une interaction entre ces deux telle que je trouve que c’est dangereux. Donc une interaction avec ces deux pays et qui sont un peuple similaire ne peut pas être interrompu pour des calculs politiques », a-t-il indiqué.

Christine Finda Kamano 

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.