Fête de Noël à Labé : ‘’on ne construit pas un pays en versant du sang’’ (Curé)

Print Friendly, PDF & Email

A l’instar de leurs coreligionnaires du monde entier, les fidèles chrétiens de Labé célèbrent ce mardi 24 décembre, la fête de noël. Une fête qui marque la naissance virginale de Jésus christ.

Le curé de Notre Dame le mont carmel de Labé a confié que cette année, la fête sera axée sur l’amour.

« A partir de 22 heures, nous allons célébrer la messe pour la naissance virginale de notre sauveur Jésus Christ, notre Messie, l’Emanuel. Et l’Emanuel veut dire Dieu parmi nous. Demain à 10 heures, il y aura encore une autre messe. Nous avons déjà préparé la venue de notre sauveur pendant quatre dimanches. Noël, c’est la fête où nous célébrons l’amour parce que celui qui est né parmi nous est amour. Où il y a amour, c’est le bien qui règne, pas n’importe quel amour, l’amour vrai, l’aga paix. Noel, c’est Dieu qui a accepté de marcher sur la terre des hommes », dit le père Apollinaire Kokoly Kolié.

Dans son speech, le père Apollinaire Kokoly Kolié a également mis les pieds dans le plat, en interpellant les autorités guinéennes. « On ne construit pas un pays en versant du sang. La souffrance de la Guinée est due au fait qu’il y a peu de gens qui craignent Dieu dans le pays. Maintenant noël en Guinée, c’est Dieu qui se fait lumière dans une Guinée meurtrie, c’est Dieu qui rejoint notre cher pays dans son désir de renaissance. Sur la terre de la Guinée, il y a encore des situations concrètes d’oppression, d’injustice, de drames et de conflits qui bouleversent l’ensemble des structures. Les Guinéennes ne s’aiment pas. C’est pourquoi nous sommes dans ces malheurs-là. Actuellement, nous traversons une crise très profonde et c’est nous Guinéens qui pouvons résoudre ces problèmes-là, mais nous ne voulons pas. Parce que nos cœurs sont vides d’amour, nous n’avons aucune considération pour Dieu. Il y a  peu de gens qui craignent Dieu et c’est pourquoi nous sommes dans la misère. Actuellement, le sang coule, il y a des jeunes innocents qu’on tue, qu’on massacre, le sang a trop coulé. Mais nos autorités, je ne sais pas si elles prennent conscience qu’on ne construit pas un pays en versant le sang. Que Dieu bénisse la Guinée qui traverse un moment difficile », prie-t-il.

Tidiane Diallo, correspondant régional à Labé

+224 620 44 25 83

 

 

 

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.