Fête de Tabaski : à Siguiri, le bétail se négocie entre 4 et 12 millions fg 

Print Friendly, PDF & Email

À l’approche de la fête de Tabaski, le prix du bétail connaît une montée vertigineuse. Une situation qui dépasse de nos jours le pouvoir d’achat des citoyens nécessiteux.

La préfecture de Siguiri, ville frontalière à la République du Mali ne fait pas exception et sa population traverse une période difficile à quelques jours de la fête du mouton car le bétail pourtant prisé à l’occasion reste inaccessible pour certains fidèles musulmans tant le prix est un casse-tête.

« Aujourd’hui, le prix du bétail est devenu inquiétant, vraiment c’est une autre fête à part parce que c’est la première fois que je vois un bétail à 4 millions jusqu’à 12 millions de francs guinéens. Mais où allons-nous ? Et pire dans ça, ce sont les bœufs qui sont venus du Mali avec un prix cher », ont témoigné certains clients.

Dans le même sillage, les vendeurs quant à eux n’ont pas caché les raisons qui les poussent à rendre cher le prix du bétail.

« C’est au Mali que nous prenons ces bœufs, on achète le bétail en franc cfa, à la frontière le dédouanement encore qui est très cher aussi donc le processus est long. C’est pourquoi on ne peut pas diminuer le prix, la Guinée ne produit pas mais plutôt elle consomme, donc forcément le prix sera augmenté, a expliqué Bah Oury, vendeur de bétail.

Il convient de préciser qu’à quelques jours de la fête de Tabaski, l’abattoir préfectoral de Siguiri se trouve envahi par les bœufs. Mais le prix coûte les yeux de la tête.

Moussa Koutoubou Condé, correspondant à Siguiri

+224622478601

 

 

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.