Fête du 1er mai/ Covid-19 : l’intercentrale CNTG-USTG demande la mise en place des structures de concertation sociale

Print Friendly, PDF & Email

Le 1er mai de chaque année, l’humanité célèbre la journée internationale du travail.  En Guinée, comme dans plusieurs États du monde, l’évènement coïncide avec la maladie à coronavirus. C’est pourquoi, réunis ce vendredi au siège du Conseil Economique et Social (CES), les membres de l’inter-centrale CNTG-USTG ont, dans une déclaration, placé cette journée sous le signe de la ‘’riposte syndicale contre le Covid-19’’.

C’est le secrétaire général Amadou Diallo qui a fait lecture de cette note dans laquelle les deux organisations tirent les leçons de l’épreuve de cette pandémie. Appelant ensuite à la mise en place des structures de concertation sociale.

« … Tirant les leçons de cette autre épreuve, et conscient du fait que le Covid-19 en plus d’être une urgence sanitaire est aussi un défi majeur pour la stabilité économique et sociale de notre pays, l’inter-centrale CNTG-USTG souscrit pour une démarche concertée de tous les acteurs socio-économiques du pays en vue de relever tous les défis en cours.

Dans cette perspective, l’inter-central salue les mesures institutionnelles et sanitaires déjà prises par le gouvernement pour protéger les populations de notre pays », a-t-il dit.

Poursuivant, il fait noter que ‘’l’inter-centrale estime qu’il reste beaucoup à faire au regard de la montée en puissance quotidienne des cas de contamination. C’est pourquoi, elle invite le gouvernement à prendre en compte et à activer les structures de concertation sociale fondées sur le tripartisme pour développer des stratégies adaptées aux réalités et conditions économiques de notre pays. L’expérience réussi de la maladie à virus Ebola constitue à bien déjà un exemple en la matière ».

Pour endiguer cette pandémie apparue officiellement en Guinée au mois de mars dernier, l’inter-central CNTG-USTG a fait de nombreuses sollicitations.

S’agissant particulièrement du dialogue social, l’inter-central demande au Premier ministre, chef du gouvernement de rendre opérationnel le conseil national de dialogue social dont le décret de création date du mois d’août 2016 mais, toujours encore en veilleuse. Dans le même ordre d’idée, l’inter-central encourage le gouvernement à rendre inclusives et durables toutes les mesures de protection sociale destinée aux populations vulnérables. Notamment celles à bas revenus des secteurs public et parapublic, les retraités et les acteurs de l’économie informelle de loin les plus nombreux.

La centrale a également demandé l’implication des partenaires sociaux dans la gestion de la lutte contre le covid-19, d’assurer un meilleur partage des recettes nationales générées par l’exploitation des ressources du sol et du sous-sol guinéen, à privilégier la dignité des travailleurs, créateurs de la richesse nationale en leur accordant des salaires décents, à doter notre pays d’un système de protection sociale inclusive, à trouver une solution définitive à la reprise de l’école pour sauver l’année scolaire et

à construire et équiper des écoles modernes pour une formation de qualité en faveur des enfants et jeunes de Guinée.

Plus loin, les syndicalistes ont proposé la conception et la mise en œuvre de meilleures politiques, programmes et formations ouvrant une employabilité effective des jeunes diplômés pour résoudre le chômage massif des diplômés et réduire la pauvreté.

Pour l’accès aux emplois publics et privés, l’accent a été mis sur les mêmes qualités de chance à tous les guinéens.

La sécurité des citoyens n’a pas été ignorée. Les syndicalistes ont demandé aux décideurs d’assurer une sécurité effective des citoyens et de leurs biens et de privilégier en toute circonstance l’unité nationale et la paix dans notre pays.

Mohamed Cissé

+ 224 623-33-83-57

 

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.