Fête du 8 mars réussie à Kindia : ‘’plus de 17 500 pagnes ont été achetés par le gouvernement’’

Print Friendly, PDF & Email

A Kindia, plusieurs femmes ont rallié la place des martyrs pour célébrer la fête internationale des droits des femmes dont le terme porte sur « l’autonomisation des femmes, tel bilan de 2010 à nos jours ».  Cette fête a connu une forte mobilisation des femmes de la cité des agrumes.

C’est en présence de toutes les autorités de Kindia et plusieurs composantes de la vie sociale que s’est tenue cette journée consacrée aux femmes. Dans son discours de bienvenue, après avoir rappelé quelques manifestations des femmes dans le monde, l’inspectrice régionale de l’action sociale et de la promotion féminine Madame Bah Aicha Bah a présenté les acquis des femmes dans ladite région. « La gratuité de la césarienne, la formation et équipements de 300 jeunes filles, 150 au CAF de Dubréka et de Kindia dans les filières suivantes : teinture, saponification, transformation agro-alimentaire, couture et coiffure avec l’appui de certains partenaires de développement.  Formation et équipements de 640 femmes issues de 64 groupements en gestion d’entreprenariat des différentes préfectures de la région de Kindia en agriculture, maraîchage, teinture et en saponification. La mise en place des Muffa dans les préfectures de Kindia. La mise en place et équipements de centres de violence basée sur le genre pour le lutte contre toutes les violences contre les femmes au niveau des gendarmeries et polices des cinq préfectures de la région. De 2010 à nos jours, plus de 45 000 femmes sont sensibilisées et connaissent l’importance de la planification familiale. Malgré tous ces efforts consentis par le gouvernement, certaines insuffisances néfastes persistent dans nos communautés notamment les pratiques néfastes à la vie de l’enfant. (…) », souligne-t-elle.

Présent à la cérémonie, le député uninominal, Elhadj Demba Fadiga s’est réjoui de la mobilisation en ces termes : « d’abord, je donnerais un point de vue sur la mobilisation monstre qui a caractérisé cette fête des femmes à Kindia.  Depuis plusieurs années, je suis choisi par les femmes de Kindia comme président d’honneur mais cette fois-ci, l’engouement est total. J’ai compris que les femmes ont dû bénéficier de certains acquis leur permettant de sortir des sentiers battus. Aujourd’hui, les femmes bénéficient non seulement des MUFFA mais également du côté de Kindia de la promotion de la teinture, plus de 17 500 pagnes ont été achetés par le gouvernement pour honorer les femmes au cours de toutes ces fêtes dans toutes les villes de la Guinée. Ensuite il y a des appuis qui sont consacrés aux femmes qui ont des entreprises dans la modernisation du fonio par exemple. Donc, le président de la république est train de donner beaucoup d’importance à nos femmes et nous les hommes on se réjouit de ça car la femme est le baromètre de la société ».

A noter que cette fête des femmes s’est déroulée dans la cité des agrumes sous le parrainage du ministre de l’énergie et de l’hydraulique Cheikh Taliby Sylla qui n’a pas pris la parole à cette cérémonie.

Aboubacar Dramé, correspondant régional à Kindia

623 08 09 10

 

 

1 Commentaire
  1. CONDÉ ABOU 1 an il y a
    Repondre

    Bravo. Excellente initiative gouvernementale pour l’achat de la production des femmes et qui leur permettra de couvrir leur trésorerie et leurs besoins en fonds de roulement.

    Mais il faudra aller plus loin, pour faire du Fani national de la République de Guinée, une marque de fabrique internationalement admirée et célébrée !

    Le même schéma économique de rachat de la production locale, ne pourrait-il pas être envisagé par le Gouvernement dans le cadre des activités génératrices de revenus dans la culture maraichère dont les potentialités sont si énormes à Kindia ?

    C’est exactement comme le financement de la campagne agricole en faveur des petits exploitants agricoles et qui constituent l’écrasante majorité de la population.

    Économiquement parlant, ce serait un modèle idéal de redistribution des revenus et de lutte contre le sous-emploi des Femmes et leur pauvreté.

    Dans le cas présent de l’achat des 17500 pagnes par le Gouvernement, pourquoi, ne pas inviter les designers, les créateurs de mode et autres grands professionnels de l’habillement, afin qu’ils puissent aider l’Etat, dans la conception de très beaux styles de vêtements pour habiller les jeunes filles du primaire au Lycée dans toute la Guinée ?

    La Guinée devrait créer son propre style et son propre vêtement national que ce soit avec le ‘’Lépi’’ de la Basse Guinée et de la Moyenne Guinée, ou avec d’autres créations du génie artistique ancestral de la Guinée Forestière et de la Haute Guinée.

    C’est ce que le Burkina Faso et le Mali ont fait et pour imposer le respect de leur mode vestimentaire au monde entier.

    Ceci aurait l’avantage d’ouvrir un très large marché pour la production et la commercialisation des vêtements « made in Guinea », et de générer énormément de revenus pour les Femmes. Pourquoi pas ?

    Au nom du patriotisme économique, l’Etat devrait encourager la production du pagne et de l’indigo par les milliers de Femmes de la Basse Guinée, de la Moyenne Guinée, et pourquoi pas également celles de la Haute Guinée et de la Guinée Forestière qui ont aussi un potentiel fort pour la production du vêtement typiquement « made in Guinea ».

    Commençons par créer notre propre style vestimentaire national, avec l’habillement moderne de toutes les Jeunes Filles de l’Ecole Guinéenne.

    Et puis tout le monde sera gagnant, aussi bien en ce qui concerne l’image artistique positive du pays au plan international à l’instar du Faso Dan Fani du Burkina Faso, ou du Bogolan Malien, le tissu emblématique du Mali, qu’en ce qui concerne la création d’emplois et d’activités génératrices de revenus pour les Femmes de Guinée.

    Regardez les albums des designers et stylistes du Burkina Faso et du Mali, vous ne pouvez croire vos yeux. C’est incroyable, la valeur ajoutée qu’ils ont créée pour le coton.

    La prochaine fête internationale du 8 Mars 2020, devrait être la fête de la création artistique du Fani national « made in Guinea ». Vivement.

    Merci pour la courtoisie de Médiaguinée et bonne journée de Samedi chez vous.

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.