Fin de la Cop27 : moins ambitieuse pour le climat mais plus engagée pour les pays pauvres [Youssouf Sylla]

La COP27 vient de s’achever en Egypte, ce 20 novembre 2022, après deux semaines d’intenses négociations, avec une mauvaise nouvelle pour le climat, et une bonne nouvelle pour les pays pauvres ayant subi des « pertes et dommages » irréversibles à cause du changement climatique.

La mauvaise nouvelle est que les pays riches, émetteurs à plus 80% des gaz à effet de serre, responsables du chamboulement climatique n’ont pas pris de nouveaux engagements pour réduire leurs émissions. L’Accord final trouvé en Egypte par consensus se limite sans autres précisions, à contenir le réchauffement à 1,5°C par rapport à l’ère préindustrielle. Mais il fallait s’attendre à ce résultat médiocre, car la grave crise énergétique qui résulte de la guerre Russo-Ukrainienne depuis février 2022, conduit nombre de pays riches en Europe notamment, à multiplier leurs sources d’approvisionnement en énergies fossiles dans le monde pour mettre fin à leur grande dépendance vis à vis du pétrole et du gaz russe.

En revanche, la bonne nouvelle est la mise en place d’un fonds spécial pour réparer les conséquences des dommages irréversibles du changement climatique dans les pays pauvres, dont sont en très grande partie, responsables les pays riches. L’idée d’une justice climatique qui a mis du temps à se concrétiser compte tenu de la résistance de certains pays développés est enfin devenue une réalité en Egypte. Les autres grands defis, non les moindres, consistent desormais, entre autres, à lier l’acte à la parole, autrement, à doter ce fonds spécial de ressources financières conséquentes pour les pays pauvres. Mais aussi de définir les critères d’éligibilité à ce fonds. Pour un pays comme la Guinée, il convient dès maintenant de commencer, en interne, un travail de fond pour savoir si elle a subi des dommages et pertes irréversibles à cause du changement climatique pour pouvoir présenter, le moment venu, une demande de réparation.

Youssouf Sylla, analyste

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.