Connect with us

Societé

Fonction publique: le collectif des fonctionnaires non pris en charge menace de faire tomber les masques de mensonges une fois devant le chef de l’Etat

Published

on

Le collectif des jeunes fonctionnaires engagés, non pris en charge dans les effectifs de la fonction publique a animé une conférence de presse ce mercredi 1er février à Conakry. L’objectif de la rencontre était de faire une réplique aux propos tenus par le chef de cabinet du département en charge de la fonction publique, Mohamed Traoré à l’encontre des 2 mille jeunes non pris en charge.

Selon le président dudit collectif, Jean Pierre Koly Goépogui, la situation est grave. « Nous sommes réunis  aujourd’hui pour faire un démenti de la déclaration faite par Monsieur le chef de cabinet de la fonction publique. Il s’agit de Mohamed Traoré à l’ encontre des membres du collectif. Les propos qu’il avait tenus lors de sa conférence de presse dans son bureau, soi-disant qu’il  y a 4806 personnes sur les affichages dans les communes ». 

« Alors que ces listes sont nulles et non avenues parce que elles ne sont ni cachetées ni signées. Cela n’a aucun caractère juridique et les intéressés qui sont sur cette liste, ils veulent créer un conflit entre les jeunes de Guinée. Ce n’est pas normal, on n’est pas là pour faire le marketing autour de ce dossier. Je pense bien que M. Traoré a été écarté dans ce dossier par son ministre lui-même en 2014, suite à une falsification d’une décision prise par Monsieur le ministre… ».

« Aujourd’hui, ils sont en train de nous traiter de tous les noms mais nous allons leur prouver que nous sommes des intellectuels. Raison pour laquelle nous avons organisé cette conférence de presse. Le moment venu le masque de mensonge tombera devant le Chef l’Etat, Pr Alpha Condé. Nous lançons un appel solennel à tous les jeunes de Guinée qui sont à Conakry ou à l’intérieur du pays de venir dans le collectif. Le moment venu pour faire tomber le masque de mensonges. J’ai été le premier à déposer ma requête à l’agent judiciaire de l’Etat. Mais par compétence, l’agent judiciaire de l’Etat n’est pas le défenseur des fonctionnaires au niveau de l’administration, il défend l’Etat. Mais cette voie de recours-là. C’est eux (le ministère) qui l’ont proposée. Nous, on n’est contre  cette voie de recours… ».

Plus loin, le conférencier (Goépogui) a souligné : « En tout cas, le collectif que je dirige est déjà immatriculé depuis 2015. Nous attendons la prise en charge. Tous ceux qui sont là sont matriculés. Tu ne peux pas matriculer quelqu’un et lui dire de passer à un test. C’est impossible. Il n y a aucun texte de loi qui dit cela. Le ministre ne parle plus, c’est le chef de cabinet qui fait tout. Nous attendons l’arrivée du chef de l’Etat, Alpha Condé à Conakry  parce qu’il est la seule solution à notre situation… ».

Par Elisa Camara                                           +224 654 95 73 22         

Print Friendly, PDF & Email
Continuer la lecture
Advertisement
Cliquer ici pour Commenter

Repondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *