Connect with us

Societé

Formation de 50 journalistes : le ministre Tibou rend hommage à Wassolon et invite les médias à plus de ‘’responsabilité’’ 

Après deux jours de formation initiée par Wassolon agency communication à l’intention de 50 journalistes, le ministre de l’industrie, Tibou Kamara a procédé ce jeudi 2 mai à la clôture de formation qui s’est déroulée sous deux thèmes, « l’écriture journalistiques » et « le délit de presse en Guinée ».

Pour Aboubacar Diallo, directeur général de Wassolon agency communication, la presse guinéenne a besoin de formation pour être plus responsable.

« Nous avons estimé que la presse guinéenne a énormément besoin de formation. C’est vrai que nous sommes dans différents médias, mais nous savons combien de fois nous exerçons ce métier dans notre pays avec plus ou moins de difficultés, il ne faut vraiment pas se voiler la face, nous avons des difficultés. La qualité de la presse guinéenne et les journalistes qui sont dans ce domaine, laissent à désirer. Je suis de ceux qui pensent qu’il y a du travail à faire, nous avons un long chemin à faire pour arriver à une presse beaucoup plus responsable et à une presse de qualité. Une presse de qualité se traduit par le contenu qui est proposé mais aussi de la responsabilité qui est la nôtre vis-à-vis des événements d’intérêt national. Donc c’est pour cette raison que nous avons désormais voulu mettre l’accent sur la formation », a-t-il.

Le ministre Tibou Kamara qui a été journaliste, s’est dit réconforté par cette initiative de Wassolon qui selon lui vise à qualifier les journalistes guinéens.

« Je suis réconforté de voir que l’agence s’oriente vers la formation de la presse, vers la qualification des journalistes pour améliorer aussi bien l’image de la presse que la crédibilité des journalistes dont le rôle est essentiel aussi bien dans une société démocratique que dans la formation de la conscience de notre pays.  Moi je suis de ceux qui pensent que le journalisme est une vocation, on l’aime et on le fait. C’est aussi un engagement pour son pays, parce que c’est un métier qui n’est pas comme les autres, mais c’est un métier d’hommes libres mais avec une responsabilité sociale et un impact sur l’ensemble de l’évolution de la société. Je ne souhaiterais pas donc que la presse soit ce qu’on disait de l’armée avant, c’est-à-dire, là où se retrouvent tous ceux qui ont échoué ailleurs et de ce point de vue, je suis convaincu que : dites-moi quelle presse vous avez, je vous dirai quelle est la vitalité de votre démocratie et je vous dirai aussi quel pays vous avez, parce que la plupart de nos pays sont jugés à travers l’image que projettent les médias mais également à travers l’image des professionnels de ces médias. C’est pourquoi, je voudrais rendre un hommage singulier à Wassolon qui, en choisissant de former régulièrement, par différents thèmes et ateliers, fait un peu une activité citoyenne. Parce que ce n’est pas à la seule presse que l’agence rend service, c’est à notre pays et à nos institutions » a dit le conseiller personnel du président guinéen Alpha Condé.

Thierno Sadou Diallo 

+224 626 65 65 39

 

Print Friendly, PDF & Email
Publicités
Continuer la lecture
Advertisement
Cliquer ici pour Commenter

Laisser un commentaire

Publicités

Suivez-moi sur Facebook