Frayeur à Mali : le directeur préfectoral des impôts soupçonné d’être atteint de Covid-19

Print Friendly, PDF & Email

Dans la préfecture de Mali située à une centaine de kilomètres de la ville de Labé, c’est le Directeur préfectoral de l’impôt qui est soupçonné d’être atteint de Covid-19. Tout est parti de son refus de se soumettre à l’ordre que lui a donné le préfet de s’auto-confiné, à son retour à Conakry où il était en mission. El Hadj Alphonse Nelson a préféré se cacher. Ce qui du coup a fait planer des doutes sur son état de santé.

C’est le vendredi 24 avril 2020, identifié au niveau d’un poste de contrôle de Yembèring, qu’El Hadj Harouna Souaré a ordonné son renvoi à Conakry pour être examiné. Interrogé sur ce nouveau cas suspect, le Directeur régional de la santé de Labé a précisé en ces termes.

« Ce n’est pas un contact, je commencerai par dire cela. Le Monsieur, c’est un cadre de la Préfecture. Il est le directeur Préfectoral de l’impôt de Mali. Mais comme il y’a une règle, quand quelqu’un vient des zones contaminées, il doit être confiné. C’est ainsi les autorités de Mali ont demandé à ce qu’il soit confiné. Mais il a refusé et s’est caché des autorités.  Il est venu jusqu’à Yembèring nuitamment et il s’est vu bloqué au niveau d’un cordon sanitaire. Mais l’information s’était propagée dans la préfecture sur son état de santé douteux, il a été reconnu et directement les autorités ont été informées. C’est à partir de Là-bas, qu’il a été embarqué à bord d’une ambulance pour Labé. Arrivé à Labé, on lui a demandé pourquoi il a refusé de respecter les consignes données par les autorités et il s’est caché quant il est revenu de Conakry. Il nous a répondu soit disant, non. Que lui, il est diabétique, et c’est le mois de Ramadan. Mais ses arguments n’ont pas suffit pour nous convaincre. C’est pourquoi, nous avons appelé directement l’ANSS et ces derniers nous ont confié qu’il ne se trouve pas sur leur base de données. Mais comme il vient de Conakry et il n’est pas muni d’une attestation sanitaire prouvant qu’il n’est pas un cas positif, l’ANSS nous a ordonné de le déposer sur Conakry afin qu’il soit testé. S’il est positif, il va être hospitalisé et suivre son traitement au cas contraire, il sera libre de revenir auprès de sa famille à Mali » explique Dr. Mamadou Oudy Bah.

Poursuivant, le directeur régional de la santé de Labé, précise que pour la seule journée du jeudi 24 avril 2020, plus de 100 citoyens sont rentrés à Labé en provenance de Conakry, malgré les dispositions prises.

« Au niveau de Labé il y’a un cordon sanitaire qui a été installé à Garambé. Donc malgré qu’on dit que Conakry est confiné, les gens continuent à voyager. Dans la journée du jeudi 24 avril il y a 128 personnes qui ont quitté Conakry pour Labé, c’est vraiment inquiétant, parce que c’est des cas qu’on peut estimer pas suspect mais qui peuvent développer la maladie. Heureusement toutes ces personnes n’ont pas une température élevée, espérons qu’elles sont indemnes qui ne sont pas contaminées. Nous avons enregistré ces personnes au cas où elles présenteraient des symptômes » conclut le DRS de Labé.

Tidiane Diallo, correspondant régional à Labé

 

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.