Fria/CR de Tormelin: la ferme d’Aboubacar Makissa attaquée, des cases brûlées, des maisons caillassées, l’UFDG accusée

Print Friendly, PDF & Email

 

Contrairement aux informations qui ont nourri la plume hâtive de certains reporters ce mardi 13 octobre 2020, les violences perpétrées dans la sous-préfecture de Tormelin en marge du meeting de l’UFDG étaient plutôt l’œuvre de plusieurs dizaines de militants surexcités se réclamant du parti dirigé par Cellou Dalein Diallo qui, au lieu de battre campagne en ville comme il était prévu, ont poursuivi leur cortège jusque dans la commune rurale, fief du RPG Arc-en-ciel.

Une fois sur place, des jeunes militants armés d’armes blanches, de paires de ciseaux croyant leur leader Cellou Dalein Diallo bloquée par des barricades érigées par des partisans du pouvoir ont mis à feu les cases de certains paysans, impuissants face à leur rage incontrôlée.

Dans leur folie destructive, des partisans zélés de l’UFDG que les organisateurs du meeting n’ont pas su canaliser se sont ensuite attaqués à la ferme du directeur national des impôts, Aboubacar Makissa Camara et passer à tabac un berger à qui, on aurait soustrait une moto et une importante somme d’argent.

Selon le sous-préfet de Tormelin, cette attaque qui est l’œuvre des militants de l’UFDG était préméditée et particulièrement dirigé contre les intérêts d’Aboubacar Makissa Camara par ailleurs membre du présidium national chargé de la jeunesse de la Basse-Guinée.

« Hier franchement, on a été surpris par le comportement de l’UFDG. Depuis l’ouverture de la campagne, chaque parti politique évolue dans la ville. La campagne de l’UFDG, c’était à Fria- ville pas à Tormelin. Nous on n’était là tranquille lorsque trois gros camions frigo remplis de militants de l’UFDG sont venus stationner à 5 km de Tormelin. Lorsqu’ils sont descendus de leur moyen de transport, ils ont commencé à jeter des cailloux et brûlé trois cases à Taïfan. Là, nous avons tout de suite compris qu’ils n’étaient pas venus pour battre campagne mais faire de la pagaille. Ils se sont attaqués aux jeunes présents en leur retirant trois motos. C’est après que les jeunes se sont organisés pour barrer la route afin de les empêcher d’entrer à Tormelin centre. Arrivés sur place, les services de sécurité ont dissuadé les jeunes d’enlever les barricades, chose qu’il ne fallait pas faire. Une fois les barricades enlevées, ces jeunes militants de l’UFDG se sont rués vers la ferme de Makissa. Ils y ont saccagé deux chambres et ont pris trois motos, un vélo, trois téléphones android, un lecteur CD et un montant de huit millions de francs guinéens. Ensuite, ils sont entrés à Tormelin en insultant. Trois jeunes de Tormelin ont été blessés dont un enfant. Tout s’est passé devant les services de sécurité. (…) Leur objectif, c’était de saccager, brûler et détruire tout ce qui est à Aboubacar Makissa», a déploré Mara Sékou Coyah.

À la question de savoir si une délégation de l’UFDG a été empêchée de traverser la sous-préfecture de Tormelin, la réponse du sous-préfet est formelle.

« C’est faux ! Archi faux ! Aucune délégation de Cellou Dalein Diallo n’a été empêchée de passer à Tormelin. Ce sont des fausses informations », a-t-il balayé d’un revers de la main gauche ces informations.

Ce mercredi 14 octobre matin, le calme est revenu dans la préfecture grâce au service de maintien de l’ordre et à l’implication personnelle du directeur national des impôts qui a appelé les jeunes et militants du RPG Arc-en-ciel à la retenue et à ne pas céder à la violence.

Source : Mosaiqueguinee.com

 

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.