Frontière Guinée-Mali: les donzos des deux pays s’engagent à lutter contre le terrorisme

Ils sont au nombre de 1200 chasseurs qui se sont retrouvés dans la sous-préfecture de Kourémalé-Guinée. Ces donzos se sont regroupés pour mettre en place une convention commune afin que les donzos du Mali et ceux de la Guinée puissent conjuguer un même verbe pour lutter contre le terrorisme qui aujourd’hui entrave le développement du peuple malien.

Abdramane Diarra chef service de la culture à Kati explique : « aujourd’hui, nous les donzos de la Guinée et du Mali, nous avons l’intention de bannir les acquis étrangers parce que nous sommes victimes de ça. Le terrorisme a pris de l’ampleur chez nous mais quels sont ceux qui sont à la base?  C’est l’Occident, donc aujourd’hui à Kourémalé,les donzos se retrouvent pour mettre en place une plateforme commune pour permettre à la communauté à tous les niveaux à mieux vivre, il faut que les donzos prennent leur responsabilité.Etre donzos c’est la sérénité, sincérité, l’honnêteté, la confiance donc le Mali et la Guinée sont égaux sur tous les plans ».

Pour montrer que la Guinée et le Mali sont liés par lhistoire, les donzos des deux pays ont décidé d’élaborer un protocole d’accord dans le but de rassembler les donzos des deux Etats.

Le président préfectoral des donzos de Siguiri, Somah Touré a, au nom des donzos de sa préfecture, a indiqué qu’ils sont prêts à participer à tous les conflits.

« Nous sommes véritablement séduits aujourd’hui. Le Mali et la Guinée sont un même pays. La participation des donzos de Siguiri pour lutter contre le terrorisme au Mali est un droit et devoir des donzos. Alors, la porte est ouverte pour les donzos, partout où il est nécessaire d’aller libérer une zone sur un territoire malien. Il faut qu’on mette en place une même carte d’identité des donzos, c’est-à-dire  mettre au même pied d’égalité les donzos des deux pays. »

Cette  rencontre des donzos des deux pays a regroupé plusieurs chefs traditionnels. La sous-préfecture de Kourémalé-Guinée est située à 74 km du centre-ville de Siguiri. Cette année, elle a organisé une semaine culturelle au nom de la paix et la quiétude sociale.

Cette concertation des chasseurs traditionnels s’est terminée dans un climat d’entente et d’engagement pour lutter contre le terrorisme,  tout en favorisant la culture africaine au détriment de la culture étrangère.

Moussa Koutoubou Condé, correspondant à Siguiri

+224622478601

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.