Gestion des ressources en eau : un atelier national ouvert à Conakry en vue d’élaboration d’un plan d’action

Sur initiative du ministère de l’Energie, de l’hydraulique et des hydrocarbures, un atelier national de validation du rapport provisoire sur l’état des lieux et du cadre de gestion des ressources en eau, s’est ouvert ce mardi, 14 décembre, dans un réceptif hôtelier de Conakry.

L’étape consiste selon le directeur national de l’hydraulique à faire le diagnostic de la situation des ressources en eau et de leur cadre de gestion qui aboutira à l’élaboration du plan d’action.

« Il s’agit de faire la photographie de la situation actuelle des ressources en eau de la Guinée, de voir les forces et les faiblesses. Et à partir de là, nous pourrons projeter une planification dans le cadre du plan d’action pour corriger toutes les faiblesses et voir comment aller de l’avant. L’intérêt qui s’attache à cet événement n’est pas à démontrer lorsqu’on sait qu’il s’agit de la première phase d’activité d’élaboration du premier plan d’action de gestion intégrée des ressources en eau de notre pays », a déclaré Mandjou Condé, le directeur national de l’hydraulique.

Dans le cadre actuel de la situation des ressources en eau marquée par un changement climatique inquiétant, le représentant de l’Union Internationale pour la Conservation de la Nature (UICN) invite à : « à sortir de la gestion classique sectorielle pour s’inscrire dans une démarche de gestion intégrée qui permet de soutenir l’équilibre entre les différents usages et le renouvellement du stock de ressource ».

Par ailleurs, le représentant de l’UICN a réitéré l’engagement de son institution à accompagner la Guinée et ses nouvelles autorités pour la mise en œuvre d’un cadre de gestion efficace de gestion des ressources en eau.

« C’est à ce titre que l’Union internationale pour la conservation de la nature à travers le projet partenariat régional sur l’eau et l’environnement qui vise à renforcer la résilience des communautés et des écosystèmes naturels s’est engagée à nouveau à accompagner la Guinée dans la mise en œuvre d’un cadre efficace de gestion des ressources en eau et naturel à l’image de la politique nationale pour les zones humides et du plan d’action national de gestion intégrée des ressources en eau. Cette première phase du processus qui porte sur la réalisation de l’état des lieux et du cas de gestion en eau doit donc permettre d’évaluer les atouts et les faiblesses de la gestion des ressources en eau de la Guinée afin de mieux orienter les actions du plan d’Action de Gestion Intégrée des Ressources en Eau (PAGIRE). Pour ce faire, je vous invite à procéder à un examen minutieux du document soumis afin de répondre aux défis et enjeux multisectoriels de gestion durable de la ressource et des cadres de sa gouvernance. L’UICN pour sa part ne ménagera aucun effort pour accompagner les nouvelles autorités à atteindre les objectifs dans le secteur de l’eau et de l’environnement. Je vous encourage à donner de bonnes orientations et des propositions réalistes et réalisables pour enrichir le présent document soumis à votre appréciation », a déclaré Richard Labilé Sagno, le représentant de l’UICN.

La cheffe de cabinet du ministère de l’énergie, de l’hydraulique et des hydrocarbures, représentant son ministre a souligné l’importance de la tenue dudit atelier. Nima Bah a invité les participants à l’atelier à formuler des suggestions et des recommandations pertinentes pour l’enrichissement du contenu afin de permettre la réussite de la seconde étape.

« L’élaboration du rapport de l’état des lieux et du cadre de gestion des ressources en eau de la Guinée est la première étape dont l’analyse permettra d’orienter la planification des actions prioritaires dont la mise en œuvre est indispensable pour le développement durable et la gestion coordonnée de l’eau en vue de lutter contre la pauvreté, préserver l’environnement et également améliorer la résilience des hommes et des écosystèmes. Elle permettra également de promouvoir le développement socio-économique pour les générations futures et présentes. La tenue du présent atelier s’inscrit dans la dynamique de faire participer l’ensemble des acteurs impliqués dans la gestion des ressources en eau. Et ceci, c’est pour procéder à un examen minutieux du rapport de l’étude diagnostique. Vous êtes donc invités à formuler des suggestions et des recommandations pertinentes pour enrichir son contenu pouvant permettre la réussite de la seconde phase de la démarche », a indiqué Nima Bah, la cheffe de cabinet du ministère de l’énergie, de l’hydraulique et des hydrocarbures avant d’assurer l’engagement du gouvernement pour la réussite du processus et d’exprimer sa reconnaissance à L’UICN et à l’ASD pour leur appui :  « Je voudrais vous rassurer dans cette dynamique engagée que le gouvernement guinéen conformément aux directives du chef de l’État, le colonel Mamadi Doumbouya ne ménagera aucun effort pour faire aboutir le processus. Je tiens singulièrement à exprimer toute la reconnaissance du gouvernement à l’UICN et à l’ASD pour les efforts louables qu’ils consacrent à la préservation des ressources naturelles et au développement durable de notre cher pays. Je les exhorte à continuer cet appui », a-t-elle ajouté.

L’atelier a réuni regroupé tous les services techniques qui partagent les ressources en eau, la société civile et certains partenaires au développement.

Sadjo Bah

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.