Connect with us

Tribune

Görko Soussay, mon œil ouais ! (Par Ahmed Camara)

Au-delà de tous les anonymes qui sont morts pour la démocratie, les états-majors des partis politiques en Guinée ont tous payé le prix fort de leur engagement pour l’avènement d’une véritable démocratie sous la deuxième république.

Bâ Mamadou, Thierno Ousmane Diallo et Mamadou Barry de l’UNR ont été emprisonnés en 1998 pour avoir dénoncé et combattu les destructions d’habitations de Kaporo-rails. Destructions au cours desquelles des dizaines de leurs militants avaient trouvé la mort.

Le RPG, quant à lui, ne compte pas ses responsables tués depuis 1988. Non seulement des dizaines de jeunes ont perdu la vie ; tels que Sékou Traoré, étudiant tué le 22 novembre 1990, Mory Diabaté du Lycée Donka tué le 06 décembre 1990, David Goumou du collège Yimbaya et Lansana Bangoura de l’Université de Kankan tués le 13 février 1992, ou encore Mariame Keita, lycéenne à Mandiana tuée le 10 novembre 1993 et Souleymane Bagadjogo, tué le 25 novembre 1993 à Siguiri. Mais des responsables au plus haut niveau du parti ont également été tués. Il s’agit de Mamady Condé, tué le 17 juin 1991 au commissariat de police de Conakry 1, de Saran Koma, de Bangaly Kourouma « Söröti », de El-hadj Famany Doumbouya, de Kerfalla Diané, et de Mohamed Lamine Matty, tous abattus le lundi 28 octobre 1991 à Kankan par une fusillade des forces armées. Le même sort a été réservé à Fatoumata Kourouma, Moussougbé Condé et Saran Mara le 10 février 1993 à Faranah. Et que dire de Bö Lanciné Savané, mort le 25 mai 1993 à l’issue de la marche des Etats Généraux, de Lanfia Camara, mort en août 1993 à Kérouané, de Souleymane Diakité, tué le 10 novembre 1993 à Mandiana, de Idrissa Cissé et Abdoulaye Konaté, tués les 24 et 25 novembre 1993 à Siguiri ? La liste est longue et loin d’être complète.

A cette liste funèbre, il faut ajouter les 478 membres du parti, blessés, torturés ou arrêtés et qui ont perdu leurs biens, leur travail ou leur intégrité physique pendant ces décennies de lutte.

Tous ces militants victimes de répression ne sont pas de pauvres gamins débarqués de leur province natale pour tenter l’aventure à Conakry et qui finissent comme chair à canon à un politicien incapable de mener son propre combat. Ceux-là, personne ne leur a demandé d’être « prêts à mourir ». Ils se sont engagés en politique en toute responsabilité sachant ce que cela comportait comme risques pour eux-mêmes, leur famille et leurs biens. Ils étaient Secrétaires fédéraux, membres du Comité central ou du Bureau politique, cadres de l’administration ou du privé. Ceux-là ne sont pas morts pour une place de maire à Kindia, Boké ou Dubréka. Ils sont morts pour qu’aujourd’hui des partis comme l’UFDG aient le droit d’exister dans un pays démocratique. Le sacrifice de leur vie, de leur biens, de leur carrière, ils l’on fait pour une cause qui a triomphé sans quémander une quelconque compassion en dédiant un cimetière à leurs martyrs, sans crier à l’épuration ethnique, sans empêcher les autres guinéens de travailler ou circuler.

En Côte d’Ivoire, Laurent Gbagbo et la majorité des membres du FPI on fait la prison avant que ce dernier n’arrive au pouvoir. Au Sénégal, Abdoulaye Wade a également goûté à la détention ainsi que plusieurs membres de l’opposition sénégalaise. Il en va de même de tous les grands leaders africains qui se sont battus pour la démocratie dans leur pays. Etienne Tshisekedi, Morgan Tsvangirai et leurs partisans ont souffert dans leur propre chair et celle de leurs collaborateurs lorsqu’ils luttaient politiquement au Zaïre et au Zimbabwe. Tous ces leaders et leur état-major s’engageaient personnellement et physiquement pour leur cause. Ils menaient la lutte directement et se mettaient à la tête de toutes les protestations contre le pouvoir en place. Ils ne se réfugiaient pas dans des véhicules climatisés entourés de gardes du corps et bien loin de la tête des cortèges. Ils défilaient à pied, bras-dessus bras-dessous avec leurs militants, comme au bon vieux temps de la CODEM en Guinée lorsque Alpha Condé, Bâ Mamadou et Siradiou Diallo défiaient les forces de l’ordre pour imposer l’instauration de la démocratie en Guinée.

Le parti UFDG veut se poser en parti-martyr de la démocratie guinéenne. Il a encore beaucoup de chemin à parcourir. Et pour commencer, au lieu de se cacher derrière des adolescents manipulés, que Cellou Dalein Diallo, Ousmane Gaoual Diallo et Fodé Oussou Fofana, ramassent eux-mêmes les cailloux et les balancent sur les forces de l’ordre. C’est autrement plus difficile que de crier « tirez ! » en présentant sa poitrine aux policiers alors qu’on est entouré de ses gardes du corps et qu’on sait que de nombreuses caméras sont témoins de la mise en scène. Görko Soussay mon œil !

Ahmed Camara

 

Print Friendly, PDF & Email
Continuer la lecture
5 Commentaires

5 Comments

  1. DD

    7 novembre 2018 at 6 h 33 min

    bande daigris va wai ! Cellou n est pas un pereux au moins. on connait le grimpeur

  2. ZZ

    7 novembre 2018 at 6 h 34 min

    ce site qui publie des torchons de ce genre

  3. DD

    7 novembre 2018 at 6 h 36 min

    on connait cest qui le pereux ici. le grimpeur etait tout le temps caché derriere Ba Mamadou

  4. Sylla

    7 novembre 2018 at 7 h 07 min

    Voilà.
    De plus,c’est un faux democratie. Regardez comment ce parti ethnique Bah Oury,leur propre militant qui a eu le courage de leur dire de changer de cap?
    Ce monsieur n’est là qu’au nom de l’ethnie sinon à mes yeux il reste un militant du pup tout simplement.

  5. Africain

    7 novembre 2018 at 15 h 09 min

    M. Camara,

    Rien n’empêche AC d’agir comme ADO en C.I ou comme Macky au Sénégal etc…, et de mettre CDD en prison qui pourrait offrir à ce dernier ce « label » pour ne pas dire ce « prix Nobel » que vous vantez dans votre article que les autres opposants africains ont eu.

    On ne peut reprocher à CDD de ne pas faire la prison POUR l’INSTANT comme les autres opposants à moins qu’il S’ENFERME LUI MÊME EN PRISON. Ce qui me fait penser à cette chanson du rappeur français MC SOLAR « la clé » et dont le début de la chanson est :

    « Je suis un simple militant à un niveau très local
    Ma permanence, elle ressemble à un bocal
    Seul dans mon parti (centriste radical)
    Écoule du bras gauche, kryptoné au libéral …. »

    avec ce refrain à la fin de la même chanson :

    « …Je me suis enfermé, pourtant j’avais la clé
    Période de camouflage, j’étais dans le maquis
    Je me suis enfermé, pourtant j’avais la clé… »

Laisser un commentaire

Suivez-moi sur Facebook

Suivez-moi sur Twitter

  • Mali : Boubou Cissé est nommé chef du gouvernement 22 avril 2019
    Le ministre malien sortant de l'Economie et des Finances a été nommé Premier ministre en charge de former un nouveau gouvernement "de large ouverture".
  • Au Soudan, la rue renvoie l'armée dans les casernes 21 avril 2019
    Sous la pression de la rue, l'armée soudanaise annonce vouloir transmettre le pouvoir aux civils "dans l'intervalle d'une semaine". Environ 100 millions d'euros sont saisis au domicile du président déchu Omar el-Béchir.
  • Le Sri Lanka endeuillé : près de 300 morts dans des attaques 21 avril 2019
    Une série d'attaques visait des hôtels et des églises de la capitale du Sri Lanka, Colombo. C'est la plus grave violence que le pays enregistre depuis la fin de la guerre civile en 2009.
  • La religion, à quoi ça sert? 21 avril 2019
    Un philosophe nous explique les fonctions de la religion pour l'Homme. Et que science et croyance en dieu ne sont pas forcément contradictoires.
  • Migration : le drame des tombes anonymes 20 avril 2019
    La plupart des corps repêchés en Mer Méditerranée ne seront jamais identifiés par manque d'informations ou de volonté des autorités. Pour les familles, il est impossible de tourner la page et de faire son deuil.
  • Mali : qui pour succéder à Soumeylou Boubèye Maïga ? 19 avril 2019
    Le premier ministre du Mali a démissionné jeudi soir face à la colère de la population qui en a assez de l'insécurité qui règne dans le pays.
  • Penser dieu, penser la religion 19 avril 2019
    Entretien avec un professeur de philosophie pour mieux comprendre l'idée même de religion, quelles "fonctions" elle remplit et sur une représentation d'un dieu sans rites religieux.
  • Emission spéciale: qu'est-ce que la religion? 19 avril 2019
    Nous profitons des jours fériés en Allemagne, à l'occasion de Pâques, pour réfléchir à la foi, à ses fonctions dans les sociétés humaines, à son rapport avec la science.
  • Référendum en Egypte pour asseoir le pouvoir du président 18 avril 2019
    Pendant 3 jours, les Egyptiens sont appelés à se prononcer sur une révision constitutionnelle, qui pourrait permettre au président Abdel Fattah al-Sissi de rester au pouvoir jusqu'en 2030.
  • Réactions à Goma après la mort d'Ignace Murwanashyaka 18 avril 2019
    L’ancien chef politique des FDLR condamné en Allemagne pour des crimes commis par son mouvement en RDC est décédé. Réactions.
  • Le Maroc toujours silencieux face aux manifestations en Algérie 18 avril 2019
    Alors que l'Algérie bouillonne, le Maroc se tait. Un mutisme qui en dit long sur les relations tendues entre les deux voisins, avec, en toile de fond, le conflit au sujet du Sahara Occidental. 
  • LDC : Tottenham qualifié au terme d'un match dantesque 18 avril 2019
    Bien que battus par Manchester City (4-3), les Spurs se sont qualifiés pour les demi-finales de la C1, et affronteront l'Ajax. De son côté, Liverpool est allé gagner à Porto (1-4) et jouera contre le FC Barcelone.
  • Soudan : Omar el-Béchir en prison pour calmer la rue 17 avril 2019
    Le Conseil militaire a annoncé le transfert de l'ex-président Omar el-Béchir dans une prison de la capitale. Un geste parmi d'autres qui visent à apaiser la contestation dans la rue.
  • Ignace Murwanashyaka mort en Allemagne 17 avril 2019
    Ce ressortissant rwandais vivait en exil en Allemagne depuis une trentaine d'années et était poursuivi pour des crimes commis en RDC. Âgé de 55 ans, Ignace Murwanashyaka était jugé pour son rôle en lien avec les FDLR.
  • Mali : Ibrahim Boubacar Keïta peine à convaincre 17 avril 2019
    Beaucoup de Maliens jugent les annonces faites par le président lors de son allocution télévisée insuffisantes.
  • Burkina : la main tendue de Compaoré suscite des doutes 17 avril 2019
    Depuis la Côte d'Ivoire où il est en exil, Blaise Compaoré se dit prêt à soutenir le pouvoir à Ouagadougou dans sa lutte contre le terrorisme. L'opinion publique reste divisée.
  • Juve & Ajax: "des enfants qui jouent comme des adultes" Erik ten Hag 17 avril 2019
    Après le Real, triple tenant du titre, c'est l'équipe de Ronaldo, le monsieur Ligue des champions que Frenckie De Jong et sa bande ont laissée au tapis. Douze ans après,le club néerlandais retrouve les demi-finales.
  • Dieselgate : l'ex PDG de Volkswagen risque 10 ans de prison 16 avril 2019
    Martin Winterkorn a été inculpé de fraude aggravée dans l'affaire du Dieselgate, lorsque le constructeur avait truqué ses véhicules pour les faire paraitre moins polluants.
  • L'UA prudente en Algérie mais ferme au Soudan 16 avril 2019
    L'Union africaine a imposé un ultimatum aux militaires soudanais pour quitter le pouvoir. Mais en Algérie où la rue maintient la pression, l'UA s'est limitée à un appel au dialogue pour appliquer des réformes rejetées.
  • Citation de la semaine 16 avril 2019
    "Les changements climatiques ont un impact sur les abeilles à cause de la hausse des températures. Elles peuvent s'adapter à certaines températures, mais au-delà, leur survie est menacée."( Kiatoko Nkoba,ICIPE)