Gouvernement. Le regard critique d’un Guinéen de la diaspora : « Abe Sylla est fournisseur d’énergie à l’Etat »

Print Friendly, PDF & Email

La manière dont la transition CNRD est conduite donne lieu à des commentaires et interprétations de toutes sortes dans la cité. C’est le cas de Almamy Doukouré, ce Guinéen de la diaspora qui, à travers un écrit, jette un regard critique sur la composition du gouvernement Mohamed Béavogui et prodigue quelques conseils aux nouvelles autorités du pays. 

« Deux mois après la prise du pouvoir par le CNRD, à sa tête le colonel Mamadi Doumbouya, la totalité du gouvernement du Premier ministre Mohamed Beavogui a été dévoilée.  Je me réjouis de ces nominations et je souhaite  bonne chance aux membres du gouvernement qui viennent d’être nommés pour conduire la transition. 

Je remercie le président d’avoir fait confiance à la jeunesse et aux femmes qui sont aussi nombreuses dans le gouvernement du Premier ministre Mohamed Beavogui. 

En revanche,  je suis déçu de la nomination de monsieur Ibrahima Abé Sylla au ministère de l’Energie, de l’Hydraulique et des Hydrocarbures. Le président de la NGR est fournisseur de l’énergie à l’Etat. Donc, pour éviter tout conflit d’intérêt, il ne devrait pas occuper ce poste. Ensuite, les ministres doivent travailler à plein temps pour accélérer le processus d’une transition apaisée, transparente et inclusive. Depuis le 5 septembre jusqu’à maintenant, tous jalons posés par le CNRD suscitent beaucoup d’espoir pour les patriotes Guinéens de l’étranger que je suis, pour qu’enfin la Guinée sorte de l’ornière. Tous les Guinéens doivent œuvrer et travailler à la transformation de la Guinée en un Etat de droit, à travers le renforcement de nos institutions républicaines et la séparation des pouvoirs.  

Beaucoup s’interrogent, avec insistance, sur la durée  et la feuille de route de la transition. 

Le président avait dit qu’il souhaiterait un consensus entre les partis politiques et toutes les forces vives afin de trouver un calendrier du processus de la transition. C’est une bonne démarche.  

Le seul conseil que je pourrais donner au président de la transition, c’est de respecter sa promesse et son engagement pour une transition apaisée et réussie. Le président a dit que la justice sera la seule boussole pour dire ce qui relève exclusivement du droit. 

Il devrait éviter de répondre l’injustice du régime déchu par l’injustice mais plutôt faire prévaloir l’Etat de droit et la justice pour tous. La vérité et la réconciliation nationale doivent être une priorité absolue pour soigner les plaies, les fissures sociales et la division ethnique orchestrées par les différents dirigeants du pays depuis l’indépendance jusqu’à nos jours. La nouvelle constitution doit mettre un accent particulier sur l’unité nationale, la consolidation de la paix, la fraternité et la quiétude sociale. La vengeance est l’œuvre des faibles,  la primauté du droit  doit servir de guide à la transition. La meilleure réponse à la barbarie, c’est  la paix, rien que la paix. », a-t-il écrit.

Mediaguinee

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.