Connect with us

Societé

Grâce accordée au trafiquant guinéen Oury Diallo : les pharmacies fermées mercredi, au Sénégal

La grâce présidentielle accordée le 4 avril dernier au trafiquant guinéen de faux médicaments à Touba Belel continue de faire des vagues au Sénégal.

Selon les médias locaux, les officines seront fermées mercredi, 22 mai prochain.

« A l’issue de l’Assemblée générale tenue ce samedi, les pharmaciens ont décidé d’observer une journée de grève pour protester contre la grâce présidentielle accordée à Amadou Oury Diallo qui a bénéficié de cette mesure, alors que la procédure, suite à son appel de sa condamnation en première instance, pour trafic de médicaments, n’est pas épuisée », écrit Senego.

Selon Infos15, Amadou Oury Diallo et son coaccusé Bara Sylla, reconnus coupables pour trafic de faux médicaments, ont été condamnés, le 4 décembre 2018, respectivement à 5 et 7 ans de prison ferme. En sus de 200 millions de francs CFA qu’ils devaient payer, chacun, à titre de dommages et intérêts, à l’Ordre national des pharmaciens et au Syndicat des pharmaciens privés du Sénégal.

Mediaguinee

Print Friendly, PDF & Email
Publicités
Continuer la lecture
Advertisement
2 Commentaires

2 Comments

  1. CONDÉ ABOU

    19 mai 2019 at 16 h 54 min

    En droite ligne de votre papier, voici un élément de réflexion soulevé par l’activiste Medza, sur la problématique du marché des faux médicaments. Il s’est posé la question suivante:

    Pourquoi le Président Macky Sall a-t-il grâcié le trafiquant de faux médicaments d’une valeur de 1,3 milliard de F CFA, Mamadou Oury Diallo déjà arrivé en Guinée alors que son codétenu Bara Sylla, se trouve toujours en prison ?

    L’explication que Medza a touvée se trouve sur Dakaractu dans son édition de ce Dimanche 19 Mai 2019. Suivez:

    Le Président (Macky Sall) a d’abord laissé la Justice faire son boulot puis s’est rendu compte de plusieurs facteurs après analyse des rapports de ses différents services:

    1. Les Pharmaciens sont en partie dans la lutte contre la marché parallèle des faux médicaments et en partie acteurs du trafic pour une bonne partie. Ils refuseront obstinément de collaborer pour une politique d’emploi massif des médicaments génériques plus accessibles à la population pauvre et majoritaire du Sénégal, et n’accepteront que difficilement de développer la pharmacopée traditionnelle qui est pourtant le futur de l’Afrique.

    2. Les trafiquants ne sont que la partie visible d’une nébuleuse transnationale où se mêlent des acteurs politiques, de hauts gradés, des religieux pour ne citer que ceux là. Ce qui génèrent un marché où 80% des ménages disent avoir recours malgré les risques réels sur leur santé, c’est soit les plantes soit les faux médicaments ou leurs copies falsifiées !

    3. L’état du Sénégal n’ayant pas opté pour une législation en faveur des génériques produits localement de façon industrielle, ni pour la commercialisation obligatoire dans les officines privées, encore moins opter pour développer et moderniser là pharmacopée traditionnelle. A cela s’ajoute l’absence de lois criminalisant le trafic de médicaments au même titre que les drogues car ce sont effectivement des drogues.

    Conclusion selon Medza:

    Les trafiquants disposent de relais puissants, les Pharmaciens ont plusieurs facettes dont aucune pour l’intérêt public, l’Etat (du Sénégal) n’a pas de politique pharmaceutique adéquate et face aux pressions du groupe le plus puissant, le Président (Macky Sall) a libéré le trafiquant pour ne pas avoir à soulever tout les lièvres derrière lui.

  2. CONDÉ ABOU

    19 mai 2019 at 16 h 58 min

    OOPS:
    Sur la dernière phrase, il faudrait lire: …tous les lièvres…

Laisser un commentaire

Publicités

Suivez-moi sur Facebook