Grèce: le président d’une société pétrolière endettée se suicide

Le magnat grec de la distribution de pétrole Kyriakos Mamidakis, président de la société endettée Jet Oil, s’est suicidé dimanche à son domicile près d’Athènes, a-t-on appris de source policière.

Agé de 84 ans, Kyriakos Mamidakis « s’est tiré une balle dans la tête avec son pistolet », a indiqué à l’AFP une responsable du bureau de presse de la police d’Athènes.
Aucun détail supplémentaire n’a été pour le moment donné par la police.
Kyriakos Mamidakis était président du groupe familial de distribution de pétrole Jet Oil.
Il y a deux jours, la société avait déposé auprès d’un tribunal d’Athènes une demande « de restructuration de l’entreprise » pour éviter la faillite.
Selon le quotidien des affaires Naftemporiki, les dettes de la Jet Oil s’élèvent à 314,5 millions d’euros dont 184 millions envers des banques, 87 millions envers des fournisseurs, 2,5 millions envers l’Etat grec, 920.000 envers les employés et 650.000 envers les caisses de retraites.
Basée à Thessalonique, deuxième ville grecque dans le nord de la Grèce, Jet Oil a été créée en 1971, un an après l’entreprise familiale Mamidoil. Les deux sociétés avaient ensuite fusionné en 1974 lors de la création de la Mamidoil-Jetoil, selon le site du groupe.
En 1980, la famille Mamidakis a créé la société maritime Jet Tank pour la commercialisation des carburants aux ferries et cargos.
Dans les années 2000, des filiales du groupe ont été créées en Albanie et au Kosovo.
En 2008, Jet Oil a transféré son siège en Bulgarie, à l’instar de nombreuses entreprises grecques à l’époque pour des raisons financières sur fond de crise économique.
Possédant 600 stations de distribution en Grèce, le groupe emploie 215 personnes dans le pays et 50 personnes dans ses sept filiales en Grèce et à l’étranger, selon son site internet.
Jet Oil a fermé de nombreuses stations de service ces dernières années en Grèce, où des milliers de petites et moyennes entreprises ont fermé en raison de la récession qui perdure depuis sept ans et a entraîné une importante baisse de la consommation.
La semaine dernière, la chaîne historique grecque de distribution Marinopoulos, ex-partenaire franchisé de Carrefour, a également demandé « sa restructuration » par la justice grecque qui lui a accordé trois mois pour tenter d’éviter la faillite.
AWP

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.