Grève des enseignants : ‘’C’est une faute grave que le gouvernement guinéen est en train de commettre’’, (Dr Faya Millimouno)

Print Friendly, PDF & Email

Le président du Bloc Liberal (BL), Dr Faya Millimouno, a dans un entretien accordé à la rédaction de MEDIAGUINEE ce mercredi 22 novembre, parlé de la grève déclenchée depuis quelques jours par un groupe du SLECG et qui paralyse toujours le secteur  éducatif.

D’entrée, le président du BL a déploré cette situation avant d’appeler le gouvernement à prendre les choses au sérieux. ‘’C’est une faute grave que le gouvernement guinéen est en train de commettre. D’abord le gouvernement a espéré que le syndicat qui a décrété le mot d’ordre de grève ne serait pas entendu. Il a essayé de diviser les syndicats. Donc, les syndicats en jetant l’anathème sur ceux qui ont appelé à la grève, en les menaçants, en les faisant arrêtés et en disant qu’il ne va pas négocier avec ceux. Mais, la réalité elle est toute autre, quelque soit ce que ce syndicat est, son mot d’ordre semble être suivi, du moins en tout cas dans la ville de Conakry. Et, je crois que dans l’arrière pays aussi, c’est à peu près la même chose’’, a réagi Dr Faya Millimouno.

Poursuivant, il a précisé : ‘’Si les jeunes sont dans la rue, c’est visiblement parce qu’ils n’ont pas d’enseignants en classes. Alors, que peut-on attendre des jeunes ? Leur éducation est qu’à même un droit. Donc, les jeunes ont le droit d’exiger du gouvernement qu’il assure leur éducation. Alors, ce que nous sommes en train de vivre est le scotopique de la gouvernance qui a toujours fait échoué ce pays…’’

Plus loin, il a mentionné : ‘’Quand j’étais encore jeune enseignant à l’école normale supérieure de Manéah, il y avait un mécontentement général des enseignants et un mot d’ordre de grève non conventionnel qui avait été lancé, c’était en 1990. Le gouvernement a commencé de banaliser avant de prendre les choses au sérieux. Mais le mal était déjà fait, ils ont eu qu’à même l’habilité de diviser les enseignants, les syndicats. Mais un an plus tard, le même problème a resurgit et c’est ce qui a poussé le General Lansana conté a donné 100% d’augmentation sans savoir trop ce qu’il voulait dire’’

‘’Je crois que gouverner, c’est prévoir et je crois que gouverner, c’est négocier. Le gouvernement doit apprendre les habilités là parce que si la pagaille qui se fait sur l’étendu de la ville de Conakry devait continuer pendant une semaine, la situation pourrait devenir  très difficile pour le gouvernement’’, conclut-il.

Par Elisa Camara

+224 654 95 73 22

 

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.