Connect with us

Tribune

Grève du SLECG : Mais on est où là ??? (Opinion)

Comprenons bien les grévistes du SLECG et ceux qui les soutiennent. Premièrement : ces syndicalistes ont le droit de grever. Deuxièmement : on ne doit pas les licencier. Troisièmement : on ne peut pas les réquisitionner. Quatrièmement : on ne doit pas les remplacer par des contractuels. Cinquièmement : on doit continuer à payer leur salaire. Mais on est où là ?

L’Etat, quant à lui n’a qu’une seule option : accepter leurs revendications. Après avoir augmenté de près de 200% les salaires des enseignants, après avoir augmenté toutes leurs primes (primes de zone, de craie, de préparation, de documentation, etc.), après leur avoir donné une nouvelle grille salariale, après avoir annulé des décrets de nomination émanant du Président de la République lui-même, après avoir annulé des poursuites judiciaires pour grève illégale, après avoir obtenu le départ des Ministres du Travail et de l’Education Nationale (et peut-être même de celui du Budget), après avoir recruté sans concours tous les contractuels de l’Éducation ; le Gouvernement devrait céder une fois de plus aux revendications de Aboubacar Soumah et du SLECG ! Mais, on est où là ?

Tenez-vous bien, on parle comme ça du service public de l’Education Nationale ! Et on fait comment après avec les fonctionnaires de la Santé, de la Police, de la Douane, de l’Administration du Territoire, etc. ?

Certes, l’article 15 du Statut des fonctionnaires garanti le droit de grève aux fonctionnaires. Cependant le même article précise que ce droit doit être exercé conformément aux lois et règlements en vigueur et l’article 70 est encore plus clair : « Tout fonctionnaire a droit, après service fait, à une rémunération … ».  Le simple fait que ces grévistes osent demander à être payés alors qu’ils ne travaillent pas démontre toute l’irresponsabilité des ces syndicalistes et de ceux qui les soutiennent.

Ce qui se passe est un véritable défi pour la gouvernance en Guinée. Et pas seulement pour ce régime.

L’Etat ne peut plus continuer à accepter des revendications intempestives et fallacieuses sous forme de chantage à la grève ou à la violence. Ceux qui soutiennent cette manière de faire n’ont jamais eu la responsabilité de diriger une entreprise ou une structure avec des salariés et encore moins un Etat.

En France, pays des droits de l’homme et des libertés publiques par excellence, le Conseil d’Etat a déjà jugé que le Gouvernement pouvait utiliser son pouvoir de réquisition dans le cas où la grève serait de nature à « porter une atteinte suffisamment grave soit à la continuité du service public, soit à la satisfaction des besoins de la population » (Conseil d’Etat, 24 février 1961). Ce principe est une constante dans tous les pays. Il n’y a qu’en Guinée où un secteur aussi sensible et stratégique que l’Education peut être dépendant d’événements aussi irrationnels et soumis à la merci d’acteurs aussi irresponsables.

L’enseignement est un droit fondamental. Non seulement l’Etat a le droit de recruter des contractuels pour remplacer les grévistes du secteur éducatif, il a également le droit de suspendre leurs salaires. Il devrait avoir aussi le droit de réquisitionner les grévistes et le droit de les licencier en cas de refus. Si cela n’existe pas dans notre droit positif, il est grand temps de l’y insérer. Sinon on va où là ?

Ahmed Camara

Berlin

 

 

Print Friendly, PDF & Email
Continuer la lecture
6 Commentaires

6 Comments

  1. Sanas telezaz

    7 novembre 2018 at 16 h 48 min

    Mais est ce que notre syndicat a bien analysé avant de déclencher cette grève; si non après avoir procéder à une augmentation de 40 % de salaire, il ya même pas 5 mois, le syndicat aussi devait attendre au moins après un an pour demander à une augmentation de salaire; à cet effet il fallait aussi demandé moin de 5 millions pour avoir 3 millions à chaque un an ou 2 ils demandent un peu. Par conséquence, c’est sont nos enfants à nous tous qui ratente leur avenir

    • naman

      8 novembre 2018 at 3 h 04 min

      40%de quoi de combien et quelle augmentation ooohhh arretez un peu cet acharnement. à la signature de la restitution des 40%,il était déjà question des 8 millions voila.

  2. Observateur

    7 novembre 2018 at 19 h 13 min

    Il y’a en Guinée une unanimité pour ceux qui veulent se faire voir tous se disent ( Le PRAC ) n’ose pas la grève,la violence et les injures. Si nous le faisons,il va plier. Et oui il plie toujours et toujours.
    En conclusion soit c’est un peureux soit un indécis qui dirige le pays. S’il laissait ces grévistes et ces politiciens idiots avec Kasory, je suis certain que beaucoup foutrais les queux entre les jambes.

  3. Denise

    7 novembre 2018 at 22 h 33 min

    Observateur t’as parfaitement raison et j’aime pas Alpha pour ça car il cède toujours et c’est pourquoi Soumah a exagéré. S’il laisse avec Kassory, on aura un peu un état de droit. Kassory remplacerait tous ces gens et embaucherait des jeunes compatriotes avec de bons salaires. Soumah et compagnie seraient à la retraite anticipée par leur cupidité donc qu’ils s’emprennent à eux-mêmes

  4. naman

    8 novembre 2018 at 3 h 00 min

    tu parles d’insérer un droit et tu demandes de l’exercer où tu en es toi même? l’article 70 dont tu parles fait allusion à la rémunération en tant normal c’est a dire sa définition. en quelle année il a été instaurer en france l’l’imputation sur le salaire des fonctionnaires en grève? Pourquoi serais tu contre du fait que les fonctionnaires guineens jouissent d’un droit que leur loi leurs confère. tu parles d’augmentation tu sais combien gagne un enseignant guinéen ? est il vraiment payer? ça fait pitié de parler comme si ce pays était vraiment un état normal où tout est vraiment normal

    • Mohamed Mansaraz Mansaré

      11 novembre 2018 at 18 h 08 min

      Naman, merci pour ta logique. Ceux qui font dorénavant des articles font le pédant tout en ignorant la logique en se faisant passer comme les plus grands intellectuels du monde.

      Dommage que ces gens se ridiculisent pour avoir quoi manger ou pour se faire plaire.

Laisser un commentaire

Suivez-moi sur Facebook

Suivez-moi sur Twitter

  • Mali : Boubou Cissé est nommé chef du gouvernement 22 avril 2019
    Le ministre malien sortant de l'Economie et des Finances a été nommé Premier ministre en charge de former un nouveau gouvernement "de large ouverture".
  • Au Soudan, la rue renvoie l'armée dans les casernes 21 avril 2019
    Sous la pression de la rue, l'armée soudanaise annonce vouloir transmettre le pouvoir aux civils "dans l'intervalle d'une semaine". Environ 100 millions d'euros sont saisis au domicile du président déchu Omar el-Béchir.
  • Le Sri Lanka endeuillé : près de 300 morts dans des attaques 21 avril 2019
    Une série d'attaques visait des hôtels et des églises de la capitale du Sri Lanka, Colombo. C'est la plus grave violence que le pays enregistre depuis la fin de la guerre civile en 2009.
  • La religion, à quoi ça sert? 21 avril 2019
    Un philosophe nous explique les fonctions de la religion pour l'Homme. Et que science et croyance en dieu ne sont pas forcément contradictoires.
  • Migration : le drame des tombes anonymes 20 avril 2019
    La plupart des corps repêchés en Mer Méditerranée ne seront jamais identifiés par manque d'informations ou de volonté des autorités. Pour les familles, il est impossible de tourner la page et de faire son deuil.
  • Mali : qui pour succéder à Soumeylou Boubèye Maïga ? 19 avril 2019
    Le premier ministre du Mali a démissionné jeudi soir face à la colère de la population qui en a assez de l'insécurité qui règne dans le pays.
  • Penser dieu, penser la religion 19 avril 2019
    Entretien avec un professeur de philosophie pour mieux comprendre l'idée même de religion, quelles "fonctions" elle remplit et sur une représentation d'un dieu sans rites religieux.
  • Emission spéciale: qu'est-ce que la religion? 19 avril 2019
    Nous profitons des jours fériés en Allemagne, à l'occasion de Pâques, pour réfléchir à la foi, à ses fonctions dans les sociétés humaines, à son rapport avec la science.
  • Référendum en Egypte pour asseoir le pouvoir du président 18 avril 2019
    Pendant 3 jours, les Egyptiens sont appelés à se prononcer sur une révision constitutionnelle, qui pourrait permettre au président Abdel Fattah al-Sissi de rester au pouvoir jusqu'en 2030.
  • Réactions à Goma après la mort d'Ignace Murwanashyaka 18 avril 2019
    L’ancien chef politique des FDLR condamné en Allemagne pour des crimes commis par son mouvement en RDC est décédé. Réactions.
  • Le Maroc toujours silencieux face aux manifestations en Algérie 18 avril 2019
    Alors que l'Algérie bouillonne, le Maroc se tait. Un mutisme qui en dit long sur les relations tendues entre les deux voisins, avec, en toile de fond, le conflit au sujet du Sahara Occidental. 
  • LDC : Tottenham qualifié au terme d'un match dantesque 18 avril 2019
    Bien que battus par Manchester City (4-3), les Spurs se sont qualifiés pour les demi-finales de la C1, et affronteront l'Ajax. De son côté, Liverpool est allé gagner à Porto (1-4) et jouera contre le FC Barcelone.
  • Soudan : Omar el-Béchir en prison pour calmer la rue 17 avril 2019
    Le Conseil militaire a annoncé le transfert de l'ex-président Omar el-Béchir dans une prison de la capitale. Un geste parmi d'autres qui visent à apaiser la contestation dans la rue.
  • Ignace Murwanashyaka mort en Allemagne 17 avril 2019
    Ce ressortissant rwandais vivait en exil en Allemagne depuis une trentaine d'années et était poursuivi pour des crimes commis en RDC. Âgé de 55 ans, Ignace Murwanashyaka était jugé pour son rôle en lien avec les FDLR.
  • Mali : Ibrahim Boubacar Keïta peine à convaincre 17 avril 2019
    Beaucoup de Maliens jugent les annonces faites par le président lors de son allocution télévisée insuffisantes.
  • Burkina : la main tendue de Compaoré suscite des doutes 17 avril 2019
    Depuis la Côte d'Ivoire où il est en exil, Blaise Compaoré se dit prêt à soutenir le pouvoir à Ouagadougou dans sa lutte contre le terrorisme. L'opinion publique reste divisée.
  • Juve & Ajax: "des enfants qui jouent comme des adultes" Erik ten Hag 17 avril 2019
    Après le Real, triple tenant du titre, c'est l'équipe de Ronaldo, le monsieur Ligue des champions que Frenckie De Jong et sa bande ont laissée au tapis. Douze ans après,le club néerlandais retrouve les demi-finales.
  • Dieselgate : l'ex PDG de Volkswagen risque 10 ans de prison 16 avril 2019
    Martin Winterkorn a été inculpé de fraude aggravée dans l'affaire du Dieselgate, lorsque le constructeur avait truqué ses véhicules pour les faire paraitre moins polluants.
  • L'UA prudente en Algérie mais ferme au Soudan 16 avril 2019
    L'Union africaine a imposé un ultimatum aux militaires soudanais pour quitter le pouvoir. Mais en Algérie où la rue maintient la pression, l'UA s'est limitée à un appel au dialogue pour appliquer des réformes rejetées.
  • Citation de la semaine 16 avril 2019
    "Les changements climatiques ont un impact sur les abeilles à cause de la hausse des températures. Elles peuvent s'adapter à certaines températures, mais au-delà, leur survie est menacée."( Kiatoko Nkoba,ICIPE)