Guillaume Soro poursuivi pour “complot” contre l’État ivoirien

Prime Minister Guillaume Soro is seen during the swearing-in ceremony of opposition leader Alassane Ouattara at the Gulf hotel in Abidjan, Ivory Coast, Saturday, Dec. 4, 2010. The two candidates in Ivory Coast's disputed presidential election took dueling oaths of office Saturday after each claimed victory, as the political crisis spiraled out of control and renewed unrest in this country once split in two by civil war. (AP Photo/Thibault Camus)
Print Friendly, PDF & Email

Vingt personnes, dont l’ancien chef rebelle et ex-Premier ministre Guillaume Soro sont accusés de “complot et atteinte contre la sécurité de l’Etat”, dans le cadre d’une affaire qui a vu l’interpellation de 47 personnes depuis décembre, a annoncé mardi le procureur d’Abidjan Richard Adou.

Huit sont poursuivis pour “trouble à l’ordre public” et “diffusion de fausses nouvelles”, alors que 19 ont bénéficié d’un non-lieu.

“Le juge d’instruction a terminé ses investigations. L’information judiciaire a démontré indubitablement leur participation active dans la commission de faits de complots et atteinte contre la sécurité de l’Etat”, a affirmé le procureur.

Parmi les 20 personnes concernées figurent Soro et des proches qui vivent comme lui en France, comme son avocate l’ex-ministre Affoussiata Bamba Lamine ou son ancien chargé de communication Moussa Touré. D’autres sont en prison, comme deux des frères de Guillaume Soro, Rigobert et Simon, les députés Alain Lobognon (ancien ministre) ou Sess Souku Mohamed ou encore son ancien chef du protocole, Souleymane Kamagaté Koné, dit Soul to Soul.

M. Adou a répété que les investigations reposaient sur des écoutes téléphoniques et des perquisitions ayant permis de saisir une cinquantaine de fusils d’assaut Kalachnikov et des lance-roquettes. Il a dit avoir “bon espoir” que le mandat d’arrêt lancé contre Guillaume Soro en décembre soit exécuté par les autorités françaises.

Le Conseil constitutionnel a invalidé la candidature de M. Soro, ancien allié du président Alassane Ouattara passé dans l’opposition, parce qu’il a été condamné à 20 ans de prison pour “recel de détournement de deniers publics”. M. Soro, 47 ans, qui vit en exil, nie toutes les accusations le concernant.

La crainte de violences électorales meurtrières est forte en Côte d’Ivoire, dix ans après la crise post-électorale née de la présidentielle de 2010 qui avait fait 3.000 morts après le refus de Laurent Gbagbo de reconnaître sa défaite électorale face à Ouattara.

Des violences, dans le sillage de l’annonce de la candidature de M. Ouattara ont fait une quinzaine de morts en août.

Elu en 2010, réélu en 2015, M. Ouattara, 78 ans, avait annoncé en mars qu’il renonçait à briguer un troisième mandat, avant de changer d’avis en août, après le décès de son dauphin désigné, le Premier ministre Amadou Gon Coulibaly.

AFP

 

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.