Soro sur ses rapports avec Alpha Condé : ‘’je me suis interdit de lui adresser la parole’’

Print Friendly, PDF & Email

Hier des amis. Guillaume Kigbafori Soro, ancien président de l’Assemblée nationale de Côte d’Ivoire, ancien Premier ministre et leader du mouvement, Générations et peuples solidaires (GPS) n’est pas content du président guinéen Alpha Condé. Il l’a dit lundi dans l’émission ‘’Les Grandes Gueules’’ de la radio Espace fm.

A l’en croire, il devait venir à Conakry pour la dédicace d’un livre qui lui a été consacré, mais avec l’hésitation du président guinéen qui a été contacté par son homologue ivoirien Alassane Ouattara, il s’est décidé de renoncer au voyage. Et, ajoute-t-il, ‘’je me suis personnellement interdit de lui adresser la parole’’.

Sur la question du 3è mandat du président Alpha Condé, Guillaume, l’homme qui aime à se faire appeler ”chef rebelle” dit n’a rien à dire à propos mais, concernant la Cote d’Ivoire, il reste fondamentalement, résolument contre la violation de la constitution »

« Il ne me revient pas de commenter dans les détails l’actualité de la Guinée, je pense que c’est au peuple guinéen de le dire. Mais, voyez-vous, je n’ai plus été en contact avec le président Alpha Condé depuis bien longtemps. Depuis ailleurs le moment où le président Alassane Ouattara lui a téléphoné pour lui interdire d’avoir un contact avec moi. Et je me souviens qu’en 2019, je devais me rendre à Conakry pour la dédicace d’un livre qui m’était consacré. Et quand la note a été faite de ma venue à Conakry, monsieur Ouattara est rentré dans une colère noire, il a appelé son homologue à qui il a formellement déconseillé sinon interdit de me recevoir. J’ai été, voyez-vous un peu malheureux de constater un tel harcèlement, acharnement de mon président, le président Ouattara. Pourtant, quand lui était dans l’opposition, il se faisait recevoir par les chefs d’Etat de la sous-région sans que cela ne pose un problème à Gbagbo. Vous voyez le niveau de responsabilité, donc l’appréciation de la fonction présidentielle. Alors à partir du moment où j’ai senti de l’hésitation à Conakry, je n’ai pas voulu en rajouter à l’embarras du président Alpha Condé, je me suis personnellement interdit de lui adresser la parole. Maintenant, il a décidé de faire un 3è mandat dans le sillage du président Ouattara, c’est au peuple guinéen d’apprécier. En tout cas en ce qui concerne donc la Côte d’ivoire, je suis fondamentalement, résolument contre la violation de la constitution », confie M. Soro, le Che Guevara ivoirien, 48 ans, qui vit en exil en France.

Elisa CAMARA

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.