Connect with us

Politique

Guinée-Bissau : Umaro Embalo accuse Alpha Condé de vouloir l’empêcher de gagner la présidentielle

Published

on

A un mois de la présidentielle du 29 décembre prochain, les finalistes bissau-guinéens, tous produits du même système, s’accusent par médias interposés de coups bas et de manœuvres malsaines.

Le général Umaro El Mokhtar Sissoco Embalo, ‘’candidat du président sénégalais’’ Macky Sall, pour reprendre ses détracteurs, a accusé le chef de l’Etat guinéen Alpha Condé de rouler pour son adversaire du parti historique et dominant, le Parti africain pour l’indépendance de la Guinée et du Cap-Vert (PAIGC), Domingos Simoes Pereira, 56 ans, ex-chef du gouvernement, arrivé largement en tête au premier tour avec 40,13 % des voix.

Domingos Simões Pereira, candidat du PAIGC

Dans un article de presse, signé de Bissauactu, largement partagé par le candidat Umaro, 47 ans, (27,65 % des suffrages), soutenu par la dissidence du PAIGC, le Madem, il y est écrit que le président guinéen, « médiateur de la CEDEAO pour la Guinée Bissau conspire dans l’ombre pour permettre au Paigc de remporter la présidentielle. Le chef de l’Etat guinéen a directement appelé au téléphone le faiseur de roi, Nuno Nubiam, pour empêcher son alliance avec Embalo. Alors que le leader générationnel Umaro Sissoco Embalo est en passe de décrocher le soutien de Nuno Nabiam, candidat du PRS/APU, arrivé en 3è position à la présidentielle avec 13,16 %, il se passe une conspiration au nez et à la barbe de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO). Cela, pour empêcher cette alliance et détourner les voix de Nuno vers le candidat du Part africain de l’indépendance de la Guinée et du Cap-Vert (Paigc). Savez-vous qui est le métronome qui tire les ficelles ? Le chef de l’Etat guinéen Alpha Condé. L’homme qui est fortement critiqué dans son pays et à qui on prête l’intention de vouloir cyniquement briguer un 3è mandat. En clair, il nous est revenu que le président Condé a appelé, jeudi [dernier], au téléphone, Nabiam pour le dissuader de soutenir Embalo, au moment où se tenait une réunion de coordination des forces hostiles au parti historique, le Paigc »
“Pour mémoire, poursuit le journal donné proche de Embalo, au lendemain des législatives de mars dernier, l’ambassadeur de Conakry accrédité à Bissau avait, discrètement, approché le leader du Parti démocratique de Guinée-Bissau, Nuno Nabiam, auquel était dévolu le rôle de faiseur de roi. La manœuvre visait à faire basculer la majorité absolue dans le camp du Paigc. Ainsi, c’est à bord d’un appareil de la compagnie Asky Airlines que les émissaires de Alpha Condé conduiront Nabiam à Conakry. Pour contourner les regards indiscrets à Dakar, le vol passera par Lomé et Bamako. Une fois dans la capitale guinéenne, le pactole de 300 millions de fcfa sera libéré par Alpha Condé au profit de son hôte, qui rejoindra son pays à bord du jet privé de l’homme fort de Conakry. C’est comme cela que Nuno avait rallié le bloc parlementaire du Paigc, sur pression intense de la Guinée, dont le mode opératoire n’a pas changé en direction du second tour de la présidentielle bissau-guinéenne ».

Mais ce que ne dit pas le candidat Umaro Embalo, confie à Mediaguinee un fin connaisseur de la politique bissau-guinéenne, c’est qu’il fut le porteur de mallette de bon nombre de dirigeants africains dont l’ex-guide libyen Mouammar Khadafi. Mais aussi l’ancien président burkinabè Blaise Compaoré, en exil en Côte d’Ivoire. Il se raconte que Emballo a joué un rôle clé dans l’arrivée au pouvoir de Macky Sall en le “soutenant financièrement”. « C’est pourquoi, Macky Sall lui reste redevable, il lui ouvre à Dakar les portes du palais et son carnet d’adresses », révèle notre interlocuteur qui dément tout soutien de Conakry à Pereira.

Pour la petite histoire, lors de la présidence guinéenne de l’Union Africaine en 2017, Umaro, alors Premier ministre -contesté- de Guinée Bissau a eu du mal à se faire recevoir par Alpha Condé à l’hôtel Sheraton Addis, en Ethiopie. L’ancien Premier ministre a poireauté dans le hall de l’hôtel pour espérer une rencontre avec Alpha Condé. Dans l’entourage d’Alpha Condé à l’époque, on clamait que Umaro n’était pas légitime et peu recommandable. Après des mois de tentatives, Umaro se fera finalement recevoir au palais Sékhoutouréya à Conakry. Que se sont-ils dit? Motus et boule de gomme.

« Aujourd’hui, l’enjeu en Guinée Bissau ce n’est pas qui sera président de la république, ce n’est pas l’économie ni le social mais comment mettre fin au cartel de drogue qui empêche son développement et mine ce petit pays de 1,8 million d’habitants coincé entre la Guinée et le Sénégal », fulmine un diplomate en poste à Conakry.

En Guinée, des proches de Pereira accusent également Embalo d’avoir des soutiens qui ont pour noms Sékouba Konaté, ancien président de la transition et Cellou Dalein Diallo, principal opposant guinéen.

Récemment, le général Konaté avait appelé ouvertement les Bissau-guinéens à soutenir Umaro qui « est un homme qui n’est pas éclaboussé par des affaires de corruption. Il n’est pas trempé par des affaires de drogue qui sont légion en Guinée Bissau. A part le père fondateur, feu Amilcar Cabral, Embalo est l’une des rares personnalités Bissau-guinéennes dont les mains sont propres, qui ne traînent aucune casserole sale. »

« Il m’a soutenu pendant la transition. Il était en quelque sorte l’émissaire entre le président Blaise Compaoré et moi. Il m’a rendu visite partout. A Addis-Abeba, au Maroc, en France, il est venu me voir un peu partout dans le monde », dit-il sur Nouvellesdeguinée.

Et dire que le Sénégal soutient un candidat à Bissau serait un manche pour la sous-région car la Guinée Bissau a été longtemps proche de la Guinée. La géopolitique, quand tu nous tiens !

Qui donc de Pereira ou de Embalo remportera cette élection financée à 80% par la Cedeao ?

Mamadou Savané

Print Friendly, PDF & Email
Publicités
Continuer la lecture
Advertisement
Cliquer ici pour Commenter

Laisser un commentaire

Publicités
  • Angela Merkel à Auschwitz, un message à l'antisémitisme 6 décembre 2019
    L'ancien camp de concentration d'Auschwitz incarne l'horreur de l'extermination des juifs planifiée et exécutée par le régime nazi. Pour Angela Merkel, chacun devrait se sentir en sécurité en Allemagne et en Europe.
  • Emmanuel Macron et la présence militaire française au sahel 6 décembre 2019
    Au menu : la démographie en Afrique. Egalement, la sortie président français Emmanuel Macron en marge du sommet de l’Otan, invitant les présidents des pays du G5-Sahel à Pau en France, est commentée dans la presse.
  • RDC : l’armée nie être complice des ADF 6 décembre 2019
    Le porte-parole de l'armée congolaise considère l'hypothèse d'une complicité "impossible". Un rapport de mai 2015 des Nations unies évoquait pourtant une " ample collusion » entre les FARDC et les ADF. 
  • Les Nigériens agacés par la convocation d'Emmanuel Macron 6 décembre 2019
    Pour entendre leurs positions sur les appels au départ des forces françaises, Emmanuel Macron a convoqué les dirigeants africains du G5 Sahel en France. Mais les propos du chef de l'Etat français passent mal au Niger.
  • Emmanuel Macron jette une pierre dans le G5 Sahel 6 décembre 2019
    Le président français exige des chefs d'Etats du G5 Sahel, une clarification de leur soutien à la présence militaire française sur leur territoire. 
  • Mauricio Pochettino n'est pas dans le plan du Bayern 6 décembre 2019
    Le Bayern travaille en coulisse pour choisir un nouvel entraineur sur le long terme. Libre de tout contrat, l'Argentin Mauricio Pochettino n'est pourtant pas dans le viseur du club champion d'Allemagne
  • Bayern Munich: Mauricio Pochettino n'est pas envié par le club 6 décembre 2019
    Le Bayern travaille en coulisse pour choisir un nouvel entraineur sur le long terme. Libre de tout contrat, l'Argentin Mauricio Pochettino n'est pourtant pas dans le viseur du club champion d'Allemagne.
  • RCA : le comité de suivi du processus électoral contesté par l'opposition 6 décembre 2019
    A un an des échéances électorales en Centrafrique, un comité stratégique d’appui au processus électoral a été créé par le gouvernement et cela malgré l’existence de l’Autorité nationale des élections (ANE).
  • Menace de boycott sur la présidentielle en Algérie 5 décembre 2019
    L’élection présidentielle du 12 décembre est peut-être la plus difficile du pays. Les opinions pour et contre sont dans un face-à-face inattendu et seul le taux de participation pourra les départager.
  • Avec la Russie, le baton et la carotte 5 décembre 2019
    Les services secrets russes sont accusés de mener des activités douteuses depuis le territoire de plusieurs pays européens. La presse souhaite alors la fermeté tout en gardant le contact avec Moscou sur certains sujets.
  • Une affaire Skripal façon allemande 5 décembre 2019
    Deux employés de l'ambassade russe à Berlin déclarées personae non grata pour ne pas assez coopérer dans une enquête sur un meurtre commis en Allemagne, qui pourrait avoir été commandité en haut lieu.
  • Nouvelle arrestation d'un militant des droits de l'Homme au Tchad 5 décembre 2019
    D'abord interpellé pour diffamation, Mahamat Nour Ahmat Ibedou est désormais accusé de meurtre et tentative de meurtre. A N'Djamena, comme dans la diaspora, des voix s'élèvent pour dénoncer cette nouvelle arrestation.
  • "Il n'y a pas de complot extérieur contre l'Afrique" A. Ould Abdallah 5 décembre 2019
    Alors que le sentiment anti-français croît de nouveau au sein des populations dans le Sahel, Ahmedou Ould Abdallah, ancien ministre mauritanien des Affaires étrangères, dénonce son instrumentalisation.
  • La place contestée de la Turquie au sein de l'OTAN 4 décembre 2019
    Malgré l'offensive unilatérale de l'armée turque au nord de la Syrie, Ankara reste un membre solide de l'OTAN.
  • Existe-t-il une complicité entre l'armée congolaise et les rebelles ADF ? 4 décembre 2019
    Le spécialiste des questions de sécurité Boniface Musavuli estime que les ADF actuels, accusés du massacre de centaines de civils, agiraient grâce à la complicité de certaines unités des FARDC.
  • L'OTAN en quête d'objectifs communs 4 décembre 2019
    Malgré la signature d'une déclaration finale, l'heure n'était pas à la fête au sommet des 70 ans de l'OTAN à Londres.
  • Tchad: un ex-Premier ministre incarcéré pour corruption 4 décembre 2019
    L’ancien Premier ministre Kalzeubé Payimi Deubet, secrétaire général de la présidence, est accusé de complicité d’escroquerie, d’abus de fonction et de tentative de détournement des deniers publics. Il a été incarcéré.
  • L'Allemagne attendue sur la crise anglophone au Cameroun 4 décembre 2019
    Le conflit dans les régions anglophones a forcé plus de 700.000 personnes à fuir leur domicile et fait plus de 3.000 morts. Après l'échec du dialogue national, la résolution de la crise pourrait venir de l'extérieur.
  • "La soumission n'est pas un choix pour moi" 4 décembre 2019
    Ce 4 décembre, la fondation Right Livelihood remet son prix 2019, souvent surnommé "prix Nobel alternatif". Cette année, le jury a choisi quatre militants pour être lauréats, parmi lesquels Aminatou Haidar.
  • PL : Manchester City ne lâche rien 4 décembre 2019
    Les Citizens se sont largement imposés à Burnley (1-4) et reviennent à huit points de Liverpool, qui affronte ce soir Everton dans le derby.