Guinée : la journée internationale des Droits de l’Homme célébrée en différé

Print Friendly, PDF & Email

La Guinée a célébré ce lundi 11 décembre 2017, en différé la journée internationale des droits de l’homme sous le thème ‘’Tous égaux en dignité et en droit.’’ Une initiative du bureau du Haut-commissariat des Nations Unies aux droits de l’Homme en partenariat avec le gouvernement guinéen et l’ensemble des organisations de défense des droits de l’homme.

Cette date a été choisie pour honorer l’adoption par l’assemblée générale des nations unies de la proclamation du 10 décembre 1948 de la déclaration universelle des droits de l’homme. La cérémonie a été présidée par certains membres du gouvernement et plusieurs personnalités.

A l’occasion de cette cérémonie, Gbolou Guilavogui  a, au nom des ONG, recommandé au gouvernement et aux partenaires ‘’de faire une déclaration solennelle sur les droits de l’homme, les libertés fondamentales et l’impunité en République de Guinée et de prendre des engagements concrets en ce sens ; de prendre des mesures nécessaires pour rapatrier nos compatriotes en souffrances en Libye. Aux partenaires techniques, d’accompagner le gouvernement et les organisations de la société civile en vue de faire de la Guinée un Etat respectueux des droits de l’homme (…).’’

De son côté, Mme Zenab Hamza Diaby, représentante du HCDH à cette cérémonie, a fait savoir que  la déclaration universelle des droits de l’homme consacre les principes de l’égalité et de la dignité de chaque être humain et dispose que tout Etat a pour devoir essentiel de garantir à chacun l’exercice de l’ensemble de ses droits et libertés inaliénables.

‘’La déclaration universelle a permis à un nombre incalculable de personnes de jouir de plus de liberté et d’égalité. De nombreux abus ont pu être prévenus l’indépendance et l’autonomie sont devenue réalités, précise-t-elle.

Selon elle, aujourd’hui, les principes des droits de l’homme sont menacés, « nous devons défendre les droits humains. Ils sont précieux et peuvent être brisés. Aujourd’hui, ces principes sont menacés. Dans de nombreux pays, nous constatons un recul en matière des droits des femmes et des droits des minorités », a ajouté madame Diaby.

Parlant au nom du secrétaire général des Nations Unies, le représentant de l’UNICEF en Guinée, Marc Rubin a rappelé que depuis la proclamation de la déclaration universelle des droits de l’homme en 1948, les droits de l’homme sont avec la paix, le développement et les trois piliers de l’Organisation des Nations Unies.

‘’Bien sûr, les atteintes aux droits de l’homme n’ont pas cessé dès l’instant où la déclaration a été adoptée. Cependant, c’est grâce à ce texte fondateur que d’innombrables personnes ont pu vivre plus librement et dans de meilleures conditions de sécurité. La déclaration a joué un rôle déterminant dans la prévention des violations, le redressement des torts et le renforcement des mesures de protection et des lois nationales et internationales relatives aux droits de l’homme », a-t- indiqué.

Prenant la parole, le ministre d’Etat en charge de la Justice Garde des Sceaux Me Cheick Sako, représentant le Gouvernement, a tout d’abord remercié les Nations Unies pour son soutien à la Guinée dans le domaine de la promotion et de la protection des droits de l’homme.

‘’La Guinée doit se conformer aux règles internationales éditées par les Nations Unies dont la déclaration universelle des droits de l’homme pour lesquelles depuis 1958 jusqu’à nos jours, elle a adhéré’’, a  déclaré entre autres Me Cheick Sako avant de rassurer les partenaires techniques et financiers la volonté du gouvernement à œuvrer pour la promotion et la protection.

A noter que cette année, la célébration de la journée marque également le début de la célébration du 70è anniversaire de la déclaration universelle des droits de l’homme qui sera célébrée le 10 décembre de l’année prochaine.

Par Yaya  Dramé    

+224 628-38-05-7

 

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.