Guinée : La NGP soumet des recommandations au futur gouvernement de transition

Print Friendly, PDF & Email

Depuis le renversement du pouvoir Condé par le Comité National du Rassemblement et du Développement (CNRD), les réactions fusent de partout. Dans une note technique publiée le 7 septembre à Matam, la Nouvelle Génération Politique (NGP) fait une analyse de la situation actuelle de la Guinée.
La note technique qui part des évènements qui précédent le coup d’État du 5 septembre fait d’abord une analyse de forme, de fond et suivie de propositions au futur gouvernement de transition, dirigé par le colonel Mamady Doumbouya.
Parlant de la forme, Badra Koné dira que le Professeur Alpha Condé a violé la Constitution du 07 mai 2010 en ses articles 35 et 154 et l’article 141.
« Depuis le 06 avril 2020, date de promulgation de la constitution du 22 mars 2020, le professeur Alpha Condé a violé la Constitution du 07 mai 2010 en ses articles 35 et 154. Ces articles stipulent qu’il doit respecter et de faire respecter la constitution, de n’entreprendre aucune initiative visant à modifier le nombre et la durée du mandat présidentiel. Aussi, a-t-il violé l’article 141 de la même constitution qui place les forces armées et de sécurité au service exclusif de la nation et interdit à toute personne de les détourner de leur mission pour des fins personnelles. Par ces faits, il a violé le principe premier de la démocratie qui consacre le pouvoir au peuple. Ainsi, il a privé le peuple de Guinée de sa souveraineté politique en instituant un pouvoir extra constitutionnel illégal. Et nonobstant l’exercice par le peuple de son droit à la contestation à travers moult manifestations publiques organisées et son refus catégorique de participer à des élections illégales organisées dans le cadre d’une constitution illégitime et contraire à la volonté du peuple de Guinée», a-t-il déclaré Badra Koné, le président de la NGP.
Sur l’analyse du fond, le président du NGP a affirmé que le Professeur Alpha Condé dans la quête d’un élargissement du nombre et la durée du mandat présidentiel a inscrit la Guinée dans un pouvoir illégal, illégitime et extra constitutionnel par mépris pour le peuple de Guinée
« Le professeur Alpha Condé dans la quête d’un élargissement du nombre et de la durée du mandat présidentiel interdit par ladite constitution, l’a violée et de ce fait, a inscrit la Guinée dans un pouvoir illégal, illégitime et extraconstitutionnel durant un an et demi par mépris pour le peuple de Guinée. Ainsi, les forces armées de défense et de sécurité conformément à l’article 141 alinéa 1 et 2 qui stipulent que les forces de défense et de sécurité sont républicaines, donc au service de la Nation, apolitiques et que nul ne doit les détourner de leurs missions à des fins personnelles, ont décidé de mettre fin à l’exercice du pouvoir usurpé du professeur Alpha condé en dissolvant sa constitution ainsi que toutes les institutions qui en découlent », a-t-il poursuivi.
Dans sa proposition de transition démocratique, constitutionnelle et inclusive, la NGP a fait à la CNRD une série de propositions allant dans le sens du bon fonctionnement des pouvoirs publics, de la défense et de la sécurité nationale.
« 1-La restauration de la constitution du 07 Mai 2010 en lieu et place de celle du 22 mars 2020 imposée au peuple de Guinée par le Professeur Alpha condé et ses complices ;
2- L’organisation des assises nationales du peuple de Guinée réunissant l’ensemble des forces vives de la nation pour procéder à la définition d’un cadre juridique permettant l’application de dispositions du titre XIX de la constitution du 07 mai 2010, notamment la mise en place d’un président, d’un gouvernement et d’un conseil national de la transition en charge respectivement de l’exercice des pouvoirs exécutifs et législatif durant cette période.
3-Conformément à l’article 155 de la même constitution toujours dans le cadre des dispositions transitoires, procéder à la restauration de la Cour Suprême avec pour mandat d’exercer les compétences dévolues respectivement à la Cour Constitutionnelle et à la Cour des Comptes
4-Nous proposons de veiller au caractère inclusif, patriotique, démocratique et constitutionnel de la transition en Guinée.
5- Il incombe dès lors, à l’ensemble du peuple souverain de Guinée de se rassembler autour de ses forces armées de défense et de sécurité pour installer conformément à la constitution du 07 Mai 2010 les organes de transition et procéder à la mise en place de toutes les mesures nécessaires au bon fonctionnement des pouvoirs publics, de la défense et de la sécurité nationale ainsi que l’organisation d’élections libres, transparentes et respectueuses des principes démocratiques ( le pouvoir du peuple, par le peuple et pour le peuple)
», a proposé M. Badra Koné.

Maciré Camara

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.