Guinée : la source des ennuis de mon ami et frère Antonio Souaré (John Bolivogui)

Print Friendly, PDF & Email

Dans tous les autres pays africains, l’Etat est fier d’avoir des hommes d’affaires nationaux, qui compétissent à l’international .

Cela explique que des hommes d’affaires au Sénégal, au Mali, en Côte d’Ivoire, au Bénin, au Ghana, au Nigeria, possèdent des banques , ont des jets privés, à la grande joie des Etats.

Mais c’est tout le contraire en Guinée, où il n’y a qu’une seule option, celle d’être plutôt dépendant de l’Etat avec ses quelques maigres contrats.

La grosse erreur de Antonio SOUARÉ s’est produite lors des rencontres de médiation à Sekhoutouréya par Alpha Condé. Logiquement, un homme d’affaires ne divulgue jamais son chiffre d’affaires publiquement. Ces déclarations sont réservées aux banques et aux services qualifiés des impôts qui ont l’habitude des gros chiffres .

Lors donc de ces rencontres à Sékhoutouréya, par naïveté ou par prétention, Antonio annonce qu’il a investi dans le football  plus de 200 millions de dollars.

Ce faramineux chiffre (qui n’est d’ailleurs pas vrai) donnera des maux de tête et de grosses envies à un Etat guinéen au Trésor vide et aux aides extérieures  bloquées. Un Etat qui se pose alors la question comment Antonio gagne-t-il tout cet argent. La réponse est vite trouvée. C’est Guinée Games, qu’il faut donc à tout prix nationalisée pour diriger ses centaines de millions de dollars de recettes  vers le Trésor. Erreur fatale.

JOHN CB BOLIVOGUI
JCBBHOLDINGS
USA

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.