🛑Guinée : la très mauvaise politique minière des deux derniers régimes

Print Friendly, PDF & Email

Par JOHN CB BOLIVOGUI- USA– Mise sous bâillonnement total par la France de De Gaulle, feu Diallo Telly entreprendra des dĂ©marches auprès du prĂ©sident Kennedy, pour venir en aide Ă  la GuinĂ©e .

“Le président Kennedy : Que peut-on faire pour la Guinée?

Diallo Telly : Nous avons des ressources naturelles immenses .

Le président Kennedy: En tant qu’Etat, de Gaulle se lamentera si nous vous aidons directement. Mais puisque les USA sont moins centralisés que la France, je vous recommande l’entreprise privée de M. Rockfeller qui étudiera une éventuelle aide privée.”

C’est ainsi qu’Alcoa (Aluminium company of America), à travers sa branche offshore Halco, ira en Guinée entreprendre des études sur le filon bauxitique en Guinée. Le filon, c’est comme une route bauxitique souterraine. Cette etude se fit à partir et dans le prolongement du filon bauxitique de Fria .

Alcoa arriva donc à détecter lefilon bauxitique-Boké-Boffa-Kindia-Fria-Dabola. La meilleure qualité s’etend de Boké jusqu’aux alentours de Djandjan. La qualité pauvre se trouve sur la ligne Boffa-Kindia-Fria-Dabola .

Alcoa signera donc un contrat sur une partie du filon riche, avec option prioritaire sur tout le filon riche , dans le cas de nouveaux contrats .

Comme pressenti par le président Kennedy, de Gaulle s’en plaindra auprès de lui, mais le président Kennedy répondit que c’était une entreprise privée, et non le gouvernement federal.

Mais il faut souligner que la 1ère  rĂ©publique avait tellement besoin de contourner l’acharnement de de Gaulle, qu’elle n’exigea pas d’Alcoa au moins une usine d’alumine, dans le prolongement de Fria, ou au mieux une usine d’aluminium.

Mais très bonne qualitĂ© de cette bauxite  vendue 20-25$/tonne , va renflouer substantiellement le TrĂ©sor, par des versements très transparents auprès du CrĂ©dit Suisse.

La machine à oxygène des trios Républiques jusqu’à nos jours.

Le filon bauxitique de Fria ayant fourni sa meilleure qualité, l’usine d’alumine n’était plus rentable, pour un renouvellement. S’ensuivra le depart de Pechiney (société française) chargée de la gestion, même s’y étaient associées d’autres entreprises allemandes, canadiennes .

Ce dĂ©part de Pechiney, plus les tentatives infructueuses des Russes, sur le filon Kindia-OBK et des Yougoslaves d’Energoproject , ensuite des Iraniens  sur le filon Dabola devaient attirer l’attention des gouvernements successifs pour une politique de regroupement  des diffĂ©rentes sociĂ©tĂ©s de ces parties pauvres en vue d’un co-financement, au moins d’une usine d’alumine, ou au mieux d’une usine d’aluminium avec une localisation gĂ©ographique consensuelle-centrale, y compris un micro-barrage hydroĂ©lectrique .

Cela aurait pu crĂ©er une meilleure valeur ajoutĂ©e, pour le TrĂ©sor  mais surtout tenter de mieux faire que la 1ère RĂ©publique, qui, elle, n’avait aucune assistance du couple FMI-Banque mondiale. Inimaginable Ă  l’époque, lorsqu’on sait que le FMI, c’est Paris qui dĂ©signe son directeur gĂ©nĂ©ral, et Washington dĂ©signe celui de la Banque mondiale .

MALHEUREUSEMENT, dans les annĂ©es 94-96, Kerfalla YansanĂ©, Naby Youla , Kassory Fofana , Facinet Fofana  vont aggraver la situation, en octroyant un autre contrat d’exportation du brut Ă  la GAC (Global-Alumina) avec un engagement auprès de Lansana ContĂ© que ce serait plutĂ´t une usine d’aluminium. Global-Alumina, sous la direction de Mamady Youla, ancien Premier ministre d’Alpha CondĂ©.

C’est pendant la même période qu’ils vont aussi octroyer le contrat Simandou à Simfer-Rio Tinto, pour encore une exportation de minerai de fer brut .

Lansana CONTE rendra l’âme après 23 ans de mensonges sans jamais voir se réaliser ces projets .

En 2010, Ă  l’avènement d’Alpha CondĂ©, c’est encore ce groupe de cadres, Ă  travers Kerfalla YansanĂ©, qui se prĂ©cipitera d’introduire Simfer-Rio Tinto Ă  Alpha CondĂ©, et ensuite audacieusement, organiser un fake forum des investisseurs , Ă  Dubai pour Alpha CondĂ©  sur le dossier de l’usine d’aluminium de la GAC, avec un soi-disant 5 milliards $ d’investissements.

Rebelote, exactement comme ils avaient fait avec Lansana Conté.

Cette mauvaise politique s’aggravera  avec le contrat de la SMB-Boffa, dans lequel dossier on inhibe encore la vĂ©ritĂ©, en mettant en avant  la montĂ©e des exportations de bauxite de 15 Ă  75 millions de tonnes .

LA VERITE

Alcoa reste dans son modèle de gestion, avec son apport substantiel au budget de l’Etat, sans lequel apport, même les fonctionnaires n’auraient pas été payés.

Ni Lansana ContĂ©, ni Alpha CondĂ©  n’ont fait mieux que la première RĂ©publique, malgrĂ© les chiffres trompeurs avancĂ©s .

PRENONS LES VRAIS CHIFFRES .

Smb-Boffa  exporte une très mauvaise qualitĂ© de bauxite, dont la tonne est autour des 5$ . Une partie pour la sociĂ©tĂ© mère singapourienne, et l’autre partie pour la GuinĂ©e. Mais puisque les investissements dans les infrastructures (routes, chemin de fer , etc) sont dĂ©duits de la part revenant Ă  la GuinĂ©e, vous comprendrez la misère qui en sort pour la GuinĂ©e comme dividende, autour de 1.5$/tonnes, de quoi ne mĂŞme pas ĂŞtre capable de construire un tronçon de route, ou un centre hospitalier universitaire. Toute chose qui fait que le budget d’investissement depuis 2010 ne comporte que 27% de mobilisation de ressources interieures contre 73% d’aide et autres emprunts extĂ©rieurs.

Ne soyez pas dupes !

Chinalco (la société d’Etat de Pékin, spécialiste du fer) est actionnaire dans Rio-Tinto autour de 50%.

C’est de commun accord que Rio Tinto et la Chine-Pétin se sont retirés de Simandou .

La société mère de Smb-Boffa est une société offshore singapourienne, à qui le gouvernement Alpha a remis l’exportation du minerai de fer de Simandou . Elle fait la cour à la Chine-Pékin (pas les Chinois de Singapour) pour trouver financements.

Tâche impossible, à moins que la Chine-Pékin et Rio Tinto ne retirent le contrat à Smb-Boffa.

IMBROGLIO TOTAL!

Au final, la Guinee a intĂ©rĂŞt  Ă  tout mettre en oeuvre pour ne pas commettre l’erreur faite sur la bauxite et construire une raffinerie de fer/acier , sur l’ensemble du site NIMBA-SIMANDOU .

Oui, dans ce cas seulement, la Guinée compétira avec le Nigeria et fournira tout le fer/acier nécessaire à la construction des 54 Etats du continent africain, et fournir le monde .

Saisissons l’occasion d’autant que les reserves Nimba-Simandou sont les meilleures du monde de nos jours.

JOHN CB BOLIVOGUI
JCBBHOLDINGS
USA

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.