Guinée-Malawi : Aly Kéita, l’impérial

Print Friendly, PDF & Email

Jusque-là peu connu du grand public malgré sa première CAN en 2019, le gardien de l’Östersunds FK (D1 suédoise) a régné hier lundi en maître dans les cages du Syli National qui est venu au bout des Flammes du Malawi à l’occasion de la première journée des matchs du groupe B à Bafoussam.

Numéro 1 dans les cages de la sélection guinéenne depuis son arrivée en 2018, Aly Kéita a pratiquement bénéficié de la confiance des sélectionneurs successifs à la tête de l’équipe nationale de Guinée.

Si au cours de la CAN 2019 il avait fait les frais de la colère de Paul Put, alors que les matchs de poules n’avaient encore pas livré leur verdict final pour se voir remplacé par Ibrahima Koné (deuxième gardien), le natif de Västeras (Suède) semble avoir retrouvé de la confiance en ce début de compétition auprès de Kaba Diawara qui a pris les rênes du Syli un mois avant le début de la coupe d’Afrique des nations au Cameroun.

Après la débâcle en amical aller contre le Rwanda où il était entré en cours de jeu (mi-temps) pour ensuite encaisser deux des trois buts de la défaites du Syli, c’est un tout autre match, une prestation taille patron que l’auteur des 19 sélections avec le Syli a livré hier pour le baptême de feu de son équipe contre le Malawi. Dans la précieuse victoire contre le 129ème pays du dernier classement FIFA de l’année 2021, le portier guinéen s’est brillamment distingué à travers plusieurs arrêts impériaux.

D’abord à la 39e, Keita sortait un coup-franc lointain, mais cadré de Mzava d’une claquette, puis réalisait encore un second exploit aérien sur une frappe enroulée de Banda qui prenait le chemin de la lucarne (43e). Au retour des vestiaires, c’est encore Keita, le gardien d’Östersund, qui sortait une balle de but dans les pieds de Chester (50e) puis Muyaba (58e). Considéré meilleur guinéen du match par bon nombre d’observateurs de la rencontre du Syli, Aly Keita effectuait un ultime arrêt devant Madinga à la 67e, pour permettre aux siens de conserver le gain du match.

Une attitude exemplaire dans le vestiaire et même en dehors

Bon soldat sur le pré, Aly Kéita est aussi bien apprécié par ses coéquipiers dans le groupe Syli. En dépit des soucis liés à sa pratique de la langue française qui est plus courante au sein du groupe, c’est un joueur peu bavard et très rangé professionnellement qui participe à sa deuxième CAN avec la Guinée, soit deux ans après l’édition égyptienne de 2019. A 35 ans, il est sans aucun doute l’un des plus aguerris en termes d’expérience de l’effectif de Kaba Diawara. Le constat est implacable après cette première sortie : enfin, l’équipe de Guinée dispose d’un gardien de qualité, un poste qui a longtemps été le point faible de cette sélection.

Cousin direct de Mohamed Ali Camara son jeune coéquipier de la défense centrale du Syli, Kéita sait également faire parler son cœur pour les démunis. Rappelez-vous qu’en 2020, les deux cousins avaient fait preuve de générosité pour les populations de Dabola, localité de la Guinée située à 394 km de Conakry. Ils avaient notamment fait don de kits sanitaires, des cartons d’eau de javel et de savons, des masques de protection et un important lot de flyers et d’affiches de sensibilisation destinés à la préfecture afin de lutter contre la propagation du coronavirus. Le tout pour une valeur estimée à près de cinquante millions de francs guinéens (50. 000 000 GNF).

Avant d’affronter le Sénégal dans une affiche qui s’annonce sur fond de duel entre deux pays voisins d’Afrique de l’ouest francophone, le joueur né d’un père guinéen originaire de Dabola et d’une mère suédoise peut déjà compter sur l’admiration et le soutien inconditionnel des milliers de supporters du Syli à travers le pays et un peu partout à travers le monde.

Bernard Leno

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.