Guinée : Mamadou Pathé Dieng, fondateur d’université, fait le tour de l’actualité du pays

Print Friendly, PDF & Email

La situation actuelle de notre pays interpelle tout bon Guinéen. C’est dans ce cadre que Mamadou Pathé Dieng, fondateur d’université, nous  fait le  tour de l’actualité  du pays  au micro de notre reporter.

Dans cet entretien, il nous parle de la quiétude sociale qui prévaut dans le pays, de l’éventuelle hausse du prix du carburant à la pompe,  mais aussi des défis et perspectives de la 4ème République.

« Depuis le 22 janvier 2007, les Guinéens n’ont pas connu une période aussi calme et paisible, malgré les pandémies du Covid-19 et Ebola.

Il y a à peine quelques mois, nous étions témoins de scènes de violences inouïes causant des centaines de morts (civils et agents des forces de l’ordre), d’attaque contre des personnalités (premier ministre et ministres, à Labé, Mamou et Pita), de crimes impardonnables même dans les pays les plus démocratiques. 

Cette page douloureuse est aujourd’hui tournée et ces moments regrettables sont de lointains souvenirs pour le peuple de Guinée. Grâce au leadership du président Alpha CONDE, la 4ème  République est de loin la meilleure époque de notre vécu. 

Il n’y a aucun doute que le peuple de Guinée qui, dans sa large majorité, a fait confiance au Président Alpha Condé, artisan du changement et homme de paix, en l’accompagnant dans la 4ème  République, celle de tous les espoirs, en faisant, comme toujours, preuve de maturité et de responsabilité, et surtout, en continuant à porter confiance en l’homme qui a pour seul but de servir et changer la Guinée pour le bonheur des générations présentes et futures, en l’occurrence, le président de la République. 

Néanmoins, cette période de paix et de prospérité partagée est fragile, menacée par des personnes, groupes et/ou mouvements qui n’ont produit et ne souhaitent rien d’autre que violence, désolation, et chaos.

Il revient au peuple de rester vigilant afin de continuer à savourer cette paix qui est un préalable à tout développement. Cette paix s’obtient au prix de grands sacrifices parce que dans la vie d’une nation, comme dans la vie de l’homme, rien ne s’obtient sans sacrifice. 

C’est la capacité de faire des sacrifices, malgré les difficultés, qui différencie les uns des autres. Cela, le peuple de Guinée l’a démontré à plus d’un titre. 

Les autres peuples aussi d’ailleurs. En réalité, l’aide au développement que nous recevons en tant que pays en voie de développement n’est  rien d’autre que les contributions des citoyens des différents pays, qui acceptent de faire d’énormes sacrifices pour nous venir en aide. Par conséquent, plusieurs questions pertinentes se posent.  Est-il juste de continuer à exiger des autres de payer des taxes et impôts pour nous nourrir? 

Comment comptons-nous sortir de la pauvreté en tendant la main indéfiniment ? Que va-t-il se passer maintenant que les pays et institutions qui nous assistent sont aujourd’hui dans l’impasse, frappés de plein fouet par des pandémies dévastatrices? 

Il est grand temps de prendre notre destin en main, le taureau par les cornes et assumer notre INDÉPENDANCE. 

Nous, peuple de Guinée, sommes encore une fois, au moment crucial où il faut choisir; sachant que notre choix d’aujourd’hui déterminera notre avenir ainsi que celui de nos enfants. 

Faut-il continuer à porter entière confiance à nos gouvernants qui ne sont autres que nos pères, mères, fil(le)s, frères et ami(e)s, qui se donnent corps et âme pour notre bien-être, malgré les faux procès et les calomnies dont ils sont parfois victimes ? A chacun sa réponse, selon ses convictions et ses objectifs. La mienne est sans aucun doute OUI. D’autant plus que nous avons un président soucieux de notre sort, une chance pour ce peuple qui a tant souffert mais qui a su rester fier et digne. », indique-t-il. 

Plus loin, il souligne :  « Concernant  les éventuelles menaces contre la paix et la quiétude tant voulue, les tentatives de ramener les manifestations de rue à cause de la hausse du carburant annoncée est bien réelle. Mais elle est basée sur des arguments fallacieux dont il faut se méfier. Divulguer des fausses informations et user manipulations agiles de l’opinion à cause de la vulnérabilité intellectuelle des populations est devenu monnaie courante pour certaines personnes qui ne cherchent qu’à terroriser ces pauvres populations pour des motifs égoïstes. Sinon, il est évident que tous les Guinéens ont profité de la gratuité de l’eau, de l’électricité, des transports publics, durant cette période de pandémie. Le Gouvernement a mobilisé des moyens colossaux pour accomplir ce que plusieurs pays (même développés) n’ont pas pu. Il a bien fallu que ces fonds viennent de quelque part avant d’être utilisés pour le bien de tous. La taxe sur le carburant est l’une de ces sources. Il faut comprendre que c’est grâce à cette taxe et tant d’autres que nous arrivons à réaliser des infrastructures, financer des initiatives telles que l’ANIES et l’ANAFIC qui sont une aubaine pour les populations les plus démunies, à payer les fonctionnaires, en un mot conserver notre dignité en tant que Nation. 

On a parfois tendance à oublier qu’on est un pays à faible revenu, ‘’pauvre’’, dont l’économie dépend entièrement du cours des matières premières, soutenue par l’aide au développement. Comme tous les pays du monde, les taxes représentent l’oxygène de notre économie, la principale source de revenu. Aux Etats-Unis par exemple, non seulement le citoyen paye une taxe locale (par Etat) mais aussi fédérale, variant entre 35%et 50% de son salaire brut; sans compter les autres formes diverses et variées de taxes. C’est d’ailleurs la base de keynésianisme, pensée de libéralisme et théorie économique à la base de l’essor des grandes économies mondiales.  Il est donc important de rappeler que le défi principal de Son Excellence le Pr Alpha Condé est de faire de la Guinée la deuxième économie ouest-africaine après le Nigeria. Pour atteindre cet objectif, comme le disait Walt Whitman Rostows, le décollage ne pourrait se déclencher dans un pays que si sa population est pleinement éduquée et avertie, ayant en sa possession les vraies informations. » 

Pour terminer, M. Dieng lance cet appel à l’endroit de tous les Guinéens : « À  mes concitoyens Guinéens vivant en Guinée et à l’étranger, je lance un appel à continuer sur le chemin de la paix, de la cohésion sociale et croissance économique; de privilégier le dialogue et de refuser tout appel à la révolte parce que depuis l’indépendance de notre pays, nous voyons enfin le bout du tunnel. » 

Kalidou Diallo

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.