Habitat : le ministre Ibrahima Kourouma annonce l’inspection des immeubles en construction dans le pays

Entouré de ses principaux collaborateurs, le ministre de la Ville et de l’Aménagement du Territoire, Dr Ibrahima Kourouma a échangé ce lundi 30 juillet, avec l’ordre des architectes et l’ordre des ingénieurs. Premier du genre, cette rencontre avait but d’échanger sans langue de bois en vue de trouver des solutions aux constructions anarchiques qui ne cessent d’endeuiller les familles guinéennes.

Au terme des échanges, il a été entre autres décidé d’impliquer les deux ordres (ordre des architectes et ordre des ingénieurs) dans la délivrance des permis de construire, la création d’un conseil national qui sera composé de représentants des parties prenantes, le renforcement des capacités des services de contrôle et l’application correcte des pénalités et la mise en place d’une inspection mixte composée de représentants des deux ordres et du Ministère de la Ville et de l’Aménagement du Territoire.

Au sortir de la salle de réunion, le ministre a tenu à préciser que ‘’nous sommes tous responsables de ce qui passe en matière de construction en Guinée. Nous avons tenu à nous retrouver d’abord pour tirer les leçons de ce qui vient de se passer. C’est-à-dire le drame que nous venons de connaitre au quartier Coronthie et qui a malheureusement coûté la vie à certains de nos parents.  Nous nous sommes donc retrouvés pour tirer les leçons, mais en même temps nous organisés pour que d’éventuelle situation ne se reproduise plus dans notre pays’’.

Poursuivant, il  a mentionné que personne ne construit sans un plan architectural et personne ne construit sans ingénieur. ‘’Et aujourd’hui, nous sommes dans une situation où il y a des problèmes qui se passent tant au niveau des ingénieurs et des architectes, mais aussi au niveau de l’administration dont le département en charge de la Ville et de l’Aménagement du Territoire. Le plus important était pour nous de se retrouver pour que nous définissions de nouvelles méthodes qui puissent nous permettre non seulement d’éviter les situations de ce genre, mais aussi faire en sorte que nous fonctionnions de façon collégiale. Je crois que c’est que c’est la chose la plus importante. En même temps nous avons profité pour voir comment est-ce que nous devons travailler pour que les permis de construire soient donnés. Parce que généralement les permis sont donnés par le Ministère de la Ville, mais il faut travailler aujourd’hui pour que dans la délivrance des permis, soit tenu compte de l’avis des architectes mais aussi l’ordre des ingénieurs (…) Nous allons continuer à travailler pour qu’il ait un conseil afin que de façon régulière, qu’il ait une permanence dans l’action.’’

Plus loin, il a annoncé : ‘’A partir de demain, nous allons lancer l’opération d’inspection ou d’investigation où les trois groupes, c’est-à-dire l’ordre des architectes, l’ordre des ingénieurs et le Ministère de la Ville et de l’Aménagement du Territoire vont constituer des équipes qui vont prendre d’assaut la ville pour que tous les bâtiments qui sont en chantier aujourd’hui soient contrôlés. Cette inspection mixte va commencer ses travaux à Kaloum avant de continuer sur l’ensemble du territoire national…’’

Par Youssouf Keita

+224 666 48 71 30

Print Friendly, PDF & Email



One thought on “Habitat : le ministre Ibrahima Kourouma annonce l’inspection des immeubles en construction dans le pays

  1. MANZO

    Voici une autre parfaite illustration de cette gouvernance à vue: toujours en retard sur les faits et jamais dans la prévention ni dans la proactivité!
    Par ailleurs, depuis l’arrivée d’Alpha Condé au pouvoir, combien d’immeubles non-normés se sont effondrés?
    Voilà ce que disait un de ces ministre de l’habitat en août 2014

    « Ratoma: À cause du non respect des normes, un immeuble s’effondre et fait des morts et blessés

    Un immeuble de quatre étages s’est effondré hier 24 août aux environs de trois heures du matin faisant deux morts d’une même famille et plusieurs blessés graves. Le drame, qui remet sur la table le non respect des normes en matière de construction notamment des immeubles, s’est produit à Lambanyi (Ratoma). Selon des riverains, plusieurs personnes habitaient cette maison qui s’est effondrée comme un château de carte. Des victimes ont été extraites des décombres par des voisins.

    Selon certaines sources, le propriétaire de l’immeuble avait pris la fuite. D’autres ajoutent qu’il est parti de lui-même, dès après l’effondrement, se confier à la brigade de recherche de Kipé dans la même commune, craignant pour sa vie.

    Arrivé sur place, le ministre de la Ville, de la Construction et de l’Aménagement du Territoire, Ibrahima Bangoura, a fait savoir que la construction de l’immeuble s’est faite en violation de toutes les normes en matière de construction. Il a dénoncé cette façon de faire qui ne fait qu’endeuiller des familles à Conakry et promis de sévir contre ceux qui pensent qu’il suffit d’avoir de l’argent pour se mettre à construire n’importe comment. « Le bâtiment a été construit sur la fondation d’une clôture. Le propriétaire n’avait pas de permis. Il a été son Architecte et son Ingénieur », a t-il révélé. Avant de marteler qu’il veillera désormais à ce que son département donne son avis avant toute construction. Il a appelé les responsables au niveau concentré à accorder du respect à l’application de ses instructions.

    A rappeler que c’est la seconde fois en moins d’une année à Conakry qu’un immeuble s’effondre à cause du non respect des normes de constructions notamment des immeubles. La première fois c’était dans le quartier de la minière dans la commune de Dixinn. Les victimes étaient des ouvriers qui y posaient des carreaux. Aucune enquête n’avait été initiée pour situer les responsabilités techniques et humaines dans ce genre d’accident. »

    Ensuite, il y avait eu un autre cas à la minière en début d’année et malgré toutes ces victimes innocentes, les annonces officielles ne sont jamais suivies d’effets.
    Si c’est pas de l’anarchie, je ne sais pas comment pourrait-on appeler ce genre de gouvernance où la parole officielle est creuse et nulle sans aucun impact sur le terrain!
    Triste!

    Repondre

Laisser un commentaire