Connect with us

A la Une

Hadja Aicha Bah : ‘’mon rêve est que l’enseignement des langues nationales de la petite enfance au primaire soit réintroduit’’

Published

on

Du haut de ses 77 ans, Hadja Aicha Bah Diallo reste une icône de l’éducation. Aujourd’hui, membre du jury de la prestigieuse Fondation Mo Ibrahim du milliardaire anglo-soudanais Mohamed “Mo” Ibrahim, l’ancienne ministre guinéenne de l’Enseignement pré-universitaire a ouvert samedi dernier son cœur –en exclusivité- à Mediaguinee. C’était dans l’imposant Sofitel Hôtel Ivoire d’Abidjan qui accueillait Ibrahim Governance Weekend (IGW).

La dame tout sourire qui ne paraît pas son âge a émis le souhait de voir un jour l’enseignement des langues nationales réintroduit dans les programmes scolaires en Guinée. Non sans fustiger la façon dont cela avait été fait sous le premier régime.

‘’Moi, mon rêve est que l’enseignement des langues surtout au niveau de la petite enfance et du primaire soit réintroduit. Ça existait autrefois. Mais la façon dont ça avait été introduit n’avait pas été étudié à fond. On n’avait pas demandé l’avis des parents. Il aurait fallu en parler aux parents, aux jeunes leur expliquer que la qualité de l’éducation dépend de la langue que l’on introduit lorsque l’enfant arrive à l’école », dit-elle.

« Vous vous imaginez, moi je parle poular, je parle malinké, je parle soussou, je parle guerzé ou toma, mettons 3 ans, quatre ans, on me parle français alors que dans ma famille on parle la langue maternelle. Je vais arriver [à l’école], c’est une violence. L’enfant est complètement perdu. Alors qu’il vient avec beaucoup de connaissances. Donc, on doit bâtir sur ce que l’enfant a comme connaissances : la langue nationale.  Et maintenant introduire au fur et à mesure le français. Mais d’abord la langue nationale », poursuit-elle. Mais, insiste-elle, « il faut former les enseignants en langues nationales, et c’est par là qu’il faut commencer pour qu’ils sachent l’introduire de la petite enfance à l’école primaire. Comme ça, au moment où l’enfant arrive au collège, il a au moins deux langues qu’il maîtrise :  sa langue maternelle et le français. Et vous allez voir, ils vont tous aller et vont tous réussir. J’en suis persuadée ».

Mamadou Savané, de retour d’Abidjan (Côte d’Ivoire)

 

 

Print Friendly, PDF & Email
Publicités
Continuer la lecture
Advertisement
2 Commentaires

2 Comments

  1. CONDÉ ABOU

    11 avril 2019 at 4 h 39 min

    Quel destin extraordinaire et incroyable de savoir que Mme Hadja Aicha Bah est en si bonne santé apparente ! Bravo Madame Hadja Aïcha Bah, dont personne dans ce pays n’oubliera le passage remarquable dans le système éducatif Guinéen depuis les années 1960 et 1970.

    Que Dieu le Tout Miséricordieux en soit Loué et qu’Il vous accorde Madame, encore beaucoup plus de longévité et de bonheur.

    Par rapport à ce papier de Médiaguinée, en toute humilité, je trouve que sur le principe de l’enseignement des Langues Nationales dans un pays de 24 ethnies comme la Guinée, j’y souscrirais certainement. Je dis bien sur le principe.

    Mais pas du tout dans l’enseignement obligatoire des Langues Nationales dans les curricula académiques actuels des élèves. Cela devrait se faire très progressivement d’abord dans l’investissement dans la recherche sur la longue durée pour conférer méthodiquement à cette matière, une base scientifique suffisamment forte en termes de supports pédagogiques universels comme le dictionnaire, la grammaire, la conjugaison, l’orthographe et tous les outils pédagogiques à l’usage des élèves, des enseignants et autres formateurs et qui soient validés par l’institut National de la Pédagogie appliquée et de la Linguistique.

    Ensuite dans les budgets-programmes et pourquoi ? Parce qu’il suffit de comparer l’enseignement de l’Anglais dans un pays de 325 millions d’habitants comme les USA, avec pourtant plusieurs langues parlées dans les familles comme l’Espagnol, ou dans une moindre mesure les langues des autochtones, puis le Français, l’Arabe et le Chinois y compris les autres langues asiatiques.

    L’Anglais est enseigné partout et par ricochet, c’est la principale Langue qui facilite et domine largement la communication pour toute la Nation ici aux États Unis. Les budgets-programmes fonctionnent très bien dans le développement accéléré du système éducatif de ce pays.

    Qu’en-est-il du Swahili en Afrique de l’Est (Tanzanie, Kenya ) et dans bien d’autres pays de la région des Grands Lacs (Congo Kinshasa, Rwanda et Burundi notamment) et au-delà partiellement en Zambie, au Mozambique.

    Selon le Chercheur Arnaud Bébien, c’est les missionnaires occidentaux, débarqués vers la fin du XIXème siècle, qui ont réalisé les premiers ouvrages en Swahili en alphabet Latin. S’il existait une écriture, elle était en caractères Arabes, tout au début.

    C’est un religieux Français, à la veille de 1900, qui réalisa le premier lexique Franco-Swahili. En 1928, une Conférence entre les pays de l’Est du continent donna naissance au véritable premier dictionnaire Anglais-Swahili. Et normalisa par la même occasion la Langue car il existait plusieurs formes de Swahili.

    Toujours selon le Chercheur Arnaud Bébien, la Tanzanie de Julius Nyerere saisit la première, en 1967, l’intérêt d’instaurer le Swahili comme Langue nationale. En fédérant une nation (le Tanganyika et Zanzibar), autour d’une langue commune, Nyerere évitait ainsi le piège ethnique.

    Aujourd’hui, l’enseignement public en école primaire y est exclusivement en Swahili. Les médias tout comme les hommes politiques Tanzaniens s’expriment dans cette langue, même si tous maîtrisent l’Anglais.

    Au Kenya, toute la population ne parle pas le Swahili. Le Luo ou le Kikuyu, par exemple, dominent encore largement dans leur bassin respectif.

    Le Swahili a ainsi historiquement emprunté à une langue étrangère puis façonné un mot qu’il n’avait pas dans son propre vocabulaire. Si ce fut le cas avec l’Arabe, le Persan et le Portugais, c’est de plus en plus courant avec l’Anglais.

    Ainsi, ordinateur (computer en Anglais), se dit kompyuta en Swahili. Les exemples sont nombreux. On retient la version phonétique Anglaise pour l’écrire en Swahili.

    Toujours selon Arnaud Bébien, la littérature Swahilie a fleuri, et fleurit encore. Les plus grands classiques occidentaux ont été traduits, à l’image d’un Julius Nyerere qui, à la fin de sa vie avait mis à la portée des Tanzaniens de nombreuses œuvres de Shakespeare en Swahili.

    Enfin, une nouvelle pratique a vu le jour, celle du Kiswa-English. Particulièrement visible parmi les étudiants qui mélangent Swahili et Anglais à tour de bras, un mot après l’autre, cette langue nouvelle génération a le don d’irriter les défenseurs du Swahili. C’est pour nous montrer qu’ils sont éduqués, et qu’ils connaissent l’anglais, disent les détracteurs.

    Et le pire, c’est que même les politiciens s’y mettent, se coupant ainsi de leur audience la plus large. Le phénomène est surtout visible au Kenya et en Tanzanie, où le Swahili est de moins en moins utilisé au sein des classes aisées.

    Il faut y voir les conséquences de la percée des écoles primaires et secondaires privées, où l’enseignement n’est qu’en Anglais. Le reste de la population, l’écrasante majorité en fait, étant confinée au Swahili.

    Le Swahili a encore énormément à faire dans les curricula des Universités et au niveau de la recherche-développement, en dépit des progrès accomplis après plus de 200 ans d’investissement.

    ENSEIGNEMENTS À TIRER PAR LA GUINÉE DE L’INTRODUCTION DES LANGUES NATIONALES DANS LES CURRICULA ACADÉMIQUES:

    (1)La Guinée est énormément en retard en termes de résultats et de qualité de son système éducatif, et ce, en dépit des progrès accomplis au cours des dernières années dans le financement de l’éducation nationale d’une manière générale. À cause de quoi ?

    (2)Les Langues nationales n’y ont actuellement aucune responsabilité particulière puisqu’elles ont été abandonnées dans les curricula académiques depuis des décennies.

    Le problème de ce pays sur la longue durée, c’est la très mauvaise qualité des programmes enseignés aux Formateurs et aux apprenants et surtout l’absence d’un système de suivi-évaluation fiable et très performant.

    (3)La Guinée a besoin de s’orienter vers des budgets-programmes dans son système éducatif sur la longue période, afin de mesurer ses propres forces et faiblesses dans le cadre d’un suivi-évaluation global et catégoriel et d’y apporter les corrections essentielles dans le temps.

    Sans un tel système appuyé par la coopération internationale, le système éducatif Guinéen n’évoluera pas d’un iota en termes de qualité et de résultats.

    (4)De la faiblesse relative des budgets du système éducatif en comparaison de ceux du Sénégal, quand bien même ce pays était déjà beaucoup plus en avance par rapport à la Guinée depuis les années 1960.

    Selon les sources officielles, en 2017 avec une population de 15,2 millions d’habitants et un PIB en parité nominale de 16,05 milliards de Dollars US, le Sénégal avait un budget de l’éducation de 693,4 millions de Dollars US équivalent (environ 403 milliards de Francs CFA).

    En 2018, ce budget de l’éducation nationale du Sénégal est passé à 710 millions de Dollars US (environ 413 milliards de Francs CFA).

    Or en 2018, la Guinée représentait un PIB de 9,86 milliards de Dollars US pour une population projetée à 13,4 millions d’habitants en 2019.

    Sur un budget initial 2019 estimé à 22.000 milliards de Francs Guinéens, (soit environ 2,4 milliards de Dollars US), la part du système éducatif est de l’ordre de 13,66% selon la communication officielle. Soit de façon empirique, environ 3.005 milliards de Francs Guinéens sauf erreur de ma part (ou l’équivalent de 330 millions de Dollars US), y compris l’investissement dans l’alphabétisation et les langues nationales.

    (5)La poussée démographique est toujours très forte en Afrique Subsaharienne et particulièrement en Guinée (8.7 millions d’habitants en 2000 et 12,3 millions d’habitants en 2015).
    Comment voulez-vous dans ces conditions, obtenir des résultats tangibles dans un système éducatif très mal en point depuis plusieurs décennies et sur tous les plans ?

    CONCLUSION :

    L’introduction des Langues nationales dans les écoles et dans un pays économiquement très faible comme la Guinée avec 24 ethnies et sans aucune base scientifique standardisée ou normalisée pour la conduite de l’enseignement dans ses écoles, ne sera qu’une pure perte pour des générations entières. Le pays risque de reculer de plusieurs années dans son système éducatif.

    Je ne suggèrerais pas du tout une telle option dans les priorités actuelles des politiques publiques du développement du système éducatif Guinéen dans un monde multipolaire engagé dans une compétition universelle féroce.

    Merci pour la courtoisie de Médiaguinée, et bonne journée de Jeudi chez vous.

    • Barry

      11 avril 2019 at 22 h 16 min

      Bonsoir à tous;
      Moi aussi j’ai des rêves:

      le premier est de s’assurer que tous les enfants guinéens qui terminent le cycle primaire sachent lire, écrire, parler et compter en français;
      Le second est d’avoir des enseignants guinéens qui sachent enseigner et évaluer;
      Le troisième est de ne plus avoir des publicités qui indiquent, pour attirer le plus grand nombre de familles guinéennes, que l’école privée est dirigée et/ou que les enseignants sont des ressortissants des pays voisins de la Guinée;
      Que les jeunes élèves et étudiants de la Guinée ne soient pas les plus nombreux sur la route migratoire du Sahel, du Sahara et de la méditerranée.

Laisser un commentaire

Publicités
  • La Gambie plaide pour la fin du "génocide" en Birmanie 10 décembre 2019
    Au nom des 57 Etats de l'organisation de la coopération islamique, Banjul accuse la Birmanie de génocide contre la minorité musulmane rohingya. Pour défendre son pays, Aung San Suu Ky est venue en personne à La Haye.
  • Mécontente de son exclusion des JO, la Russie pourrait faire appel 10 décembre 2019
    Hier à Lausanne, en Suisse, l'Agence mondiale antidopage (AMA) a rendu son verdict : la Russie est suspendue de toute compétition sportive à l'échelle mondiale, et ce pour les quatre années à suivre.
  • Le barrage de la Renaissance sur le Nil, un projet qui fait grincer des dents 9 décembre 2019
    Les représentants de l'Egypte, de l'Ethiopie et du Soudan sont à Washington pour une réunion ministérielle. Une rencontre pour évaluer les résultats des négociations au sujet du grand barrage de la Renaissance (GERD). 
  • L’UE lève ses sanctions contre deux personnalités de la RDC 9 décembre 2019
    L’UE a décidé de lever ses sanctions contre l’ancien porte-parole du gouvernement congolais, Lambert Mende, et l'ex-chef de la sécurité intérieure et de l’Agence nationale des renseignements, Roger Kibelisa. 
  • Allemagne, le SPD reste dans la coalition au pouvoir 9 décembre 2019
    La rencontre en France sur l’avenir de l’Ukraine est commentée par la presse allemande, mais il est également question des conclusions du congrès des sociaux démocrates allemands et de la coalition au pouvoir à Berlin.
  • Les citoyens attendent plus de la COP25 9 décembre 2019
    Militants écologistes, associations, ONG ou particuliers se mobilisent à Madrid pour rappeler l'urgence climatique aux dirigeants politiques. Ils appellent notamment à oser changer de système économique.
  • La Russie exclue des Jeux Olympiques pour quatre ans 9 décembre 2019
    L'Agence mondiale antidopage a décidé ce lundi d'exclure la Russie des Jeux olympiques pour quatre ans. Les sportifs russes ne pourront participer au JO de Tokyo en 2020 et de Pékin en 2022 que sous bannière "neutre".
  • RDC: des députés exigent la mutation des soldats dans l'est 9 décembre 2019
    Face aux massacres commis par les rebelles ADF contre les populations civiles du territoire de Beni, dans la province du Nord-Kivu (est), l’opinion exige la mutation des officiers de l’armée congolaise.
  • Bundesliga J14 : Gladbach vient à bout du Bayern Munich 9 décembre 2019
    Menés 0-1, les Poulains ont fini par s'imposer face aux Bavarois dans les dernières minutes de la rencontre. Gladbach est leader, avec un point de plus que le RB Leipzig. Le Bayern est septième.
  • Von der Leyen en Afrique pour son premier déplacement hors UE 8 décembre 2019
    Ursula von der Leyen, la nouvelle présidente de la Commission de l'Union européenne, a choisi Addis Abeba pour son tout premier déplacement après sa prise de fonction. Un voyage court avec un agenda chargé.
  • Angela Merkel à Auschwitz, un message à l'antisémitisme 6 décembre 2019
    L'ancien camp de concentration d'Auschwitz incarne l'horreur de l'extermination des juifs planifiée et exécutée par le régime nazi. Pour Angela Merkel, chacun devrait se sentir en sécurité en Allemagne et en Europe.
  • Emmanuel Macron et la présence militaire française au Sahel 6 décembre 2019
    Au menu : la démographie en Afrique. Egalement, la sortie président français Emmanuel Macron en marge du sommet de l’Otan, invitant les présidents des pays du G5-Sahel à Pau en France, est commentée dans la presse.
  • RDC : l’armée nie être complice des ADF 6 décembre 2019
    Le porte-parole de l'armée congolaise considère l'hypothèse d'une complicité "impossible". Un rapport de mai 2015 des Nations unies évoquait pourtant une " ample collusion » entre les FARDC et les ADF. 
  • Les Nigériens agacés par la convocation d'Emmanuel Macron 6 décembre 2019
    Pour entendre leurs positions sur les appels au départ des forces françaises, Emmanuel Macron a convoqué les dirigeants africains du G5 Sahel en France. Mais les propos du chef de l'Etat français passent mal au Niger.
  • Emmanuel Macron jette une pierre dans le G5 Sahel 6 décembre 2019
    Le président français exige des chefs d'Etats du G5 Sahel, une clarification de leur soutien à la présence militaire française sur leur territoire. 
  • Mauricio Pochettino n'est pas dans le plan du Bayern 6 décembre 2019
    Le Bayern travaille en coulisse pour choisir un nouvel entraineur sur le long terme. Libre de tout contrat, l'Argentin Mauricio Pochettino n'est pourtant pas dans le viseur du club champion d'Allemagne
  • Bayern Munich: Mauricio Pochettino n'est pas envié par le club 6 décembre 2019
    Le Bayern travaille en coulisse pour choisir un nouvel entraineur sur le long terme. Libre de tout contrat, l'Argentin Mauricio Pochettino n'est pourtant pas dans le viseur du club champion d'Allemagne.
  • RCA : le comité de suivi du processus électoral contesté par l'opposition 6 décembre 2019
    A un an des échéances électorales en Centrafrique, un comité stratégique d’appui au processus électoral a été créé par le gouvernement et cela malgré l’existence de l’Autorité nationale des élections (ANE).
  • Menace de boycott sur la présidentielle en Algérie 5 décembre 2019
    L’élection présidentielle du 12 décembre est peut-être la plus difficile du pays. Les opinions pour et contre sont dans un face-à-face inattendu et seul le taux de participation pourra les départager.
  • Avec la Russie, le baton et la carotte 5 décembre 2019
    Les services secrets russes sont accusés de mener des activités douteuses depuis le territoire de plusieurs pays européens. La presse souhaite alors la fermeté tout en gardant le contact avec Moscou sur certains sujets.