Hassane Sanoussy, préfet de Boké : ‘’Dieu va juger ceux qui font du commerce une arme de guerre’’

Print Friendly, PDF & Email

Suite à la fermeture des boutiques et magasins, aux appels à la manifestation, aux tensions sociales en cette période post-électorale, le préfet de Boké, Hassane Sanoussy Camara a conféré cet après-midi du mardi, 03 novembre 2020 avec les forces vives de sa juridiction géopolitique.

La réunion a porté entre autres sur le renforcement de l’unité des filles et fils de la préfecture de Boké, à la lutte contre l’ethnocentrisme, au régionalisme, aux violences et tensions sociales.

D’entrée, le Premier responsable de la préfecture de Boké, Hassan Sanoussy Camara de déclarer :”on n’acceptera jamais que le gouvernement soit discrédité par qui que ce soit. Aujourd’hui, suite aux manifestations qui ont éclaté à Sangarédi, Kamsar et Kolaboui, la prison civile de Pont de Fer est saturée”

Parlant des enfants mineurs récemment assassinés à Sangarédi, il a fait savoir qu’il restera le contrepoids du désordre. 

Plus loin, le préfet a invité la population de Boké à la vigilance, au pardon, à l’acceptation des différences pour, dit-il, éviter les pillages, la pagaille, la manipulation dans la cité minière de Boké.

Poursuivant, il dit rêver d’un Boké ou uni et prospère dans la paix, la quiétude sociale et l’unité des filles et fils de cette ville cosmopolite.

“On ne tolérera pas l’anarchie, la violence et le désordre”, promet-il.

Aux fauteurs de troubles dans les sous-préfectures de Boké, M. Camara s’est également engagé à suivre de près, les différentes actions financées par le fonds de développement économique local (FODEL), ceci, dans le cadre du développement des collectivités locales surtout, celles impactées par l’exploitation minière.

Il a par ailleurs, vanté les actions de développement engagées par le gouvernement de la 3ème République. Il s’agit de l’ANAFIC, le FODEL, le projet interconnexion Boké (République de Guinée) à Saltino (Guinée-Bissau).

Selon lui, “Dieu va juger ceux qui font du commerce une arme de guerre. Il ne faut jamais monnayer votre dignité contre la nourriture. Refusez “

Visiblement déterminé à renforcer l’unité nationale, la cohabitation pacifique, le préfet a indiqué qu’ « ils n’ont qu’à fermer leurs boutiques jusqu’à 2830. On s’en fout’’. 

Mamadouba Camara, Boké

 

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.