Hôpital sino-guinéen de Conakry : un dernier vibrant hommage à Chérif de Washington

Print Friendly, PDF & Email

Décédé le 1er février dernier, à Conakry, Aboubacar Chérif Haidara dit ‘’ChériF de Washington’’, conseiller personnel du Premier ministre a regagné sa dernière demeure ce lundi, 8 février, au Cimetière de Cameroun, dans la commune de Dixinn.

Bien avant son enterrement, la levée de son corps à la morgue de l’hôpital Sino-guinéen a été l’occasion pour ses nombreux collaborateurs, amis et connaissances de lui rendre un hommage mérité. C’était en présence du Premier ministre, Ibrahima Kassory Fofana, du président de l’Assemblée nationale, Amadou Damaro Camara, des membres du gouvernement et de plusieurs membres de la famille du défunt dont ses deux (2) épouses et ses quatre (4) enfants.

Prenant la parole au nom des travailleurs de la Primature, Elhadj Ibrahima Sylla n’a pas manqué de mots pour saluer la mémoire de l’homme et ses qualités humaines qui ont, selon lui, fait de lui, un homme exceptionnel au service de tout le monde.

« L’ensemble des travailleurs de la Primature et singulièrement son Excellence Monsieur le Premier ministre me chargent de vous remercier de votre présence à cette cérémonie d’adieu. Chérif était un collaborateur dévoué et loyal du Premier ministre dont-il était le conseiller personnel. Son bureau ne désemplissait jamais car, ses relations sociales et humaines étaient grandes et variées (…) Au-delà de ses activités professionnelles, Chérif de Washington animait un grand forum sur les réseaux sociaux où il totalisait plus de 200 mille abonnés. Sa disparition brutale a créé à ce réseau, comme la disparition d’une étoile. Il laisse un grand vide, un vide difficile à combler », dira-t-il entre autres.

Pour le président de l’Assemblée nationale, la disparition de Chérif Washington est une grande perte pour toute la nation guinéenne.

« J’ai connu Chérif dans les années 2000, aux Etats Unis quand on écrivait sur les quelques sites guinéens d’alors. Un jour, il a demandé à l’un de ses grands frères ici présent, Mory Diané s’il pouvait m’inviter à sa radio. Celui-ci lui a dit qu’il aura choisi le meilleur client pour sa radio et pendant au moins trois (3) ans, de 2006 à 2009, j’étais l’invité de sa radio presque au moins deux fois par semaine. Pendant la première visite du Président de la République à Washington, j’ai quitté à Atlanta et c’est Chérif qui a été m’accueillir à l’aéroport. Il a exprimé le désir de rentrer le Président de la République. De l’hôtel, j’ai demandé humble au président s’il pouvait recevoir un de nos jeunes très actif sur les réseaux sociaux ? Il m’a dit, c’est qui ? Je lui ai dis qu’il s’appelle Chérif. Il (président) m’a dit, tu veux amener un Chérif à Condé ? J’ai dit avec votre permission Monsieur le Président. Je suis descendu pour appeler Chérif et c’est avec son téléphone ce jour, que le président a appelé madame Doussou Condé… »

Au nom du Président de la République, le ministre d’Etat, secrétaire général de la Présidence de la République, Naby Youssouf Kiridi Bangoura, a une nouvelle fois présenté les condoléances à la famille éplorée, au Premier ministre et à l’ensemble du peuple de Guinée.

« Monsieur le Président de la République présente ses condoléances à la famille Haidara, présente ses condoléances à Monsieur le Premier ministre, à son épouse et à tous les collaborateurs du Premier ministre et à toutes ses collaboratrices. Chérif Haidara était un lien entre tous, il appartient à cette génération où on découvrait tardivement vers 17 ans, qu’on était de telle ou de telle ethnie. Il n’avait d’autre souci que de rassembler et d’unir. La preuve de cela est institutionnelle. Aux dernières élections, l’Intendant général de la Présidence de la République était président de la commission logistique et Chérif était le vice-président. On a dit à Bill, écoute, quand tu vas t’occuper des détails logistiques, Chérif peut faire patienter chacun et trouver le mot qu’il faut pour que la personne ne se vexe pas. Il a accompli cette mission avec abnégation et avec le souci permanent de satisfaire et le Président de la République et Monsieur le Premier ministre », a-t-il martelé.

A noter le défunt est né en 1968. Il s’en va en laissant lui deux (2) veuves et quatre (4) enfants. Paix à son âme. Amen !  

Youssouf Keita           

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.