Horè-Fello (Mamou) : les citoyens peinent à avoir de l’eau potable (témoignage pathétique)

La Guinée est qualifiée de château d’eau de l’Afrique de l’ouest car les fleuves Niger, Sénégal et Gambie prennent tous leur source dans ce pays. Il est aussi le plus arrosé de la sous-région, avec plusieurs fleuves et affluents. Ces cours d’eau sont des atouts.

Malgré ces nombreuses ressources naturelles, la Guinée est confrontée à des problèmes d’accès à l’eau potable. Cette situation affecte les conditions de vie des citoyens. C’est le cas de ceux de Mamou, dans le quartier Horè-Fello. Ces derniers peinent à avoir de l’eau potable .

L’eau, source de vie, est une denrée rare pour les citoyens du quartier Horè-Fello, notamment ceux de Kourankoya,dans la commune urbaine de Mamou.

« L’affaire d’eau est difficile ici. On n’a pas de forage et les puits sont ne sont pas nombreux. Honnêtement, on puise de l’eau dans un petit puits. On descend la colline et on monte avec l’eau. Parfois on part très loin puisque l’eau qui est proche tarit. Des fois, on part à Mamouwol (fleuve). Chez nous ici, la situation est invivable. On n’a pas d’eau. Si on veut de l’eau, il faut qu’on aille à Mamouwol. Dans ce fleuve parfois quand on part des enfants se noyent et meurent. C’est pourquoi c’est difficile.

Si vous passez une journée entière avec nous ici, vous comprendrez combien de fois on souffre. Vous voyez en bas là bàs, c’est sous cette colline que nous partons matin, midi, soir pour avoir de l’eau potable. Il y a des moments, on tombe malade à cause de la souffrance que nous endurons  pour avoir de l’eau. C’est vraiment difficile de savoir que Mamou avec tout son nom, que les gens y vivent encore sans de l’eau potable », a confié Batouly Camara citoyenne du quartier.

Ce calvaire pour avoir de l’eau potable n’est pas que le mal de cette dernière. Oury Kenda Sow  citoyenne dudit quartier témoigne que même des personnes âgées souffrent dans cet endroit pour avoir de l’eau.

« Les jeunes passent leur temps à manifester contre la pénurie du courant électrique ou pour la politique alors qu’on n’a pas de l’eau. C’est insensé. On peut se passer du courant électrique mais jamais de l’eau. Avant, on pouvait se réveiller  quand l’eau est dans le puits mais ces derniers temps on ne vit que l’eau de Mamouwol. Et ce que vous voyez ici ,c’est le reflet de plusieurs quartiers de la commune urbaine de Mamou. Il faut que le gouvernement fasse le nécessaire pour nous fournir de l’eau », plaide-t-elle.

Les observateurs laissent entendre que la Guinée est le chateau d’eau de l’Afrique.

Mais pour les citoyens de Horê Fello,cela n’est qu’une parole. Etant complètement en manque d’eau à chaque année que Dieu fait, ici ils plaident pour que  les autorités construisent des forages.

« Le manque d’eau est une réalité dans mon quartier Horê Fello, notamment Kourankoya. C’est l’un des quartiers les plus démunis en eau. Le manque d’eau ici  est une difficulté majeure  à laquelle chaque année on est confronté. Donc, comme vous le voyez, on a des enfants, des vieilles femmes ou des femmes en état de famille qui ne peuvent remonter cette colline  que vous voyez. Des fois, tout ce monde est obligé de quitter la colline  et descendre pour chercher de l’eau. Nous plaidons auprès des personnes de bonne volonté, y compris l’Etat, afin qu’on nous vienne  en aide. Parce que tout peut manquer à l’homme et qu’il vive, sauf l’eau », plaide Mamadou Djouldé Sow, jeune  dudit quartier.

Notons que les citoyens de Horê Fello, au niveau de Kourankoya, partent  assez loin pour s’approvisionner en eau potable. Ce quartier est l’un des plus peuplés dans la ville carrefour.

Lors de notre passage, le chef de quartier était absent, nous ont-ils fait savoir.

Jacques Kamano

624 50 82 79 

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.