Hôtel Sheraton : 3 employés licenciés crient à l’arbitraire et accusent la direction

Print Friendly, PDF & Email

Au cours d’une conférence de presse animée ce jeudi 12 novembre 2020, trois licenciés de l’hôtel Sheraton grand Conakry ont dénoncé l’abus d’autorité de la direction et demandé la réintégration de leurs dirigeants syndicaux. Les licenciés ont aussi sollicité l’implication des différents départements de tutelle.

Ces employés (un équipier et deux délégués syndicaux) qui ont servi à l’hôtel Sheraton durant 4 ans, accusent la directrice des ressources humaines, Hadja Mariama Camara et l’inspection générale du travail d’être à la base de leur malheur.

Pour la petite histoire, tout proviendrait du licenciement sans règlement d’un employé après avoir cassé par accident un pot de fleurs qui coûterait selon l’hôtel 4.000 euros soit 40 millions de francs guinéens. Venus pour plaider en faveur du travailleur licencié, deux délégués syndicaux se sont aussi vus licenciés sans règlement à leur tour.

Selon le syndicaliste licencié, Amadou Diallo, la direction générale de l’hôtel Sheraton est un habitué des faits. Rappelant qu’une employée du nom de Mariam Camara est décédée au mois de juin dernier à l’hôpital Ignace Deen par faute de prise en charge sanitaire qui s’élevait seulement à 5.145.000 gnf.

« Le 18 août, Mamadou Saliou Sampil un équipier casse un pot de fleurs par accident pendant qu’il débarrassait du linge sale, les syndicats viennent rencontrer le DGA pour lui demander d’intervenir sur la situation de Sampil menacé d’être licencié. Le DGA et la DRH considèrent cette requête comme une menace et envoie une demande d’autorisation pour licencier les deux délégués syndicaux Amadou Diallo et Alhassane Diallo », a expliqué, Amadou Diallo, syndicat licencié. Affirmant que l’hôtel dit avoir acheté ce pot de fleurs à 4.000 euros soit 40 millions, ce qui est faux dira-t-il.

Le 02 septembre, Amadou 1er délégué est suspendu jusqu’à nouvel ordre a-t-il poursuivi : « 11 septembre, Alhassane 2ème délégué est aussi suspendu ; 16 septembre, la direction licencie Mamadou Saliou Sampil pour la faute commisse, sans recours à un processus disciplinaire progressif. »

Plus loin de mentionner que le 07 octobre, les deux délégués syndicaux Amadou et Alhassane sont licenciés : « Malgré la pétition signée par la majeure partie des employés demandant leur réintégration », a-t-il déploré.

Au nom des licenciés, Amadou Diallo, a lancé un appel : « Nous sollicitions l’implication de madame le Ministre du tourisme, de l’hôtellerie et de l’artisanat ainsi que monsieur le Ministre du travail et des lois sociales pour la réintégration des deux délégués syndicaux de Sheraton grand Conakry Amadou et Alhassane, l’employé Mamadou Saliou Sampil. »

Elisa Camara

+224 654 95 73 22

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.