Connect with us

Politique

Ibn Chambas au siège du FNDC : ‘’on ne peut pas se permettre une crise en République de Guinée’’

Published

on

Ce lundi, 27 janvier 2020, le représentant spécial du secrétaire général de l’organisation des nations-unies (ONU) en Afrique de l’Ouest s’est entretenu avec la coordination du front national pour la défense de la constitution (FNDC). Au manu de cette rencontre, la crise politique née de la volonté du président Alpha Condé de doter la Guinée d’une nouvelle constitution. Pour Mohamed Ibn Chambas, les Guinéens doivent trouver des solutions à la crise qui les oppose.

‘’Je viens d’échanger avec les responsables de la coordination du FNDC. Je leur ai transmis les préoccupations des Nations Unies sur les violences, les tueries, les violations des droits, la destruction des biens publics et privés en cours en République de Guinée. J’ai partagé avec eux les efforts du Secrétaire Général des Nations Unies pour le retour au calame, la paix et la sécurité en République de Guinée. J’étais moi-même porteur d’une lettre du Secrétaire Général des Nations Unies, lors de ma dernière visite dans laquelle il a plaidé pour la libération des leaders du FNDC, le dialogue constructif autour des élections, le renforcement des acquis démocratiques et l’apaisement du climat politique. J’ai par ailleurs fait observer qu’au regard de la situation de notre sous-région notamment dans la Mano-River, où la paix est encore fragile, on ne peut pas se permettre une crise en République de Guinée. J’ai rappelé que nous avons 5 autres élections majeures dans la sous-région. Sans parler des terroristes qui veulent avoir un accès à la mer. J’ai invité le FNDC à s’abstenir de tout acte de violence dans leurs activités. J’ai par ailleurs recueilli leur lecture de la situation ainsi que leurs propositions de sortie de crise. Les Guinéens doivent chercher rapidement les voies et moyens de sortir de cette crise et de se concentrer sur la recherche de consensus vers le développement, le renforcement de la démocratie, de l’état de droit et le bien-être de tous. Les Nations Unies et la Communauté internationale réaffirment toute leur disponibilité à accompagner la République de Guinée dans cette voie’’, a dit l’émissaire onusien.

Dans sa réponse, le coordinateur du FNDC a expliqué qu’un courrier a été adressé au secrétaire général des nations unies pour que des sanctions prises à l’encontre de l’Etat guinéen et des promoteurs de la nouvelle constitution, tout en rassurant qu’aucun acte de violence ne viendra du FNDC.

« Nous avons été très honorés par la présence dans nos locaux de la mission onusienne qui séjourne actuellement dans notre pays, dans le cadre de la crise socio-politique née de la volonté du président Alpha Condé de rester à la présidence à vie. Nous avons donc remercié le système des nations unies et toute la communauté internationale pour leur mobilisation en faveur de notre pays. Nous les avons interpellés à remonter un peu plus dans la diplomatie, pour envisager désormais des sanctions contre ceux qui veulent mettre en péril la sécurité et la stabilité dans notre pays et dans la sous-région. Nous savons tous la gravité de la situation.  Nous avons donc remis à main propre un courrier à l’adresse du secrétaire général, c’est pour dire combien le peuple de Guinée est soucieux de la dictature qui est en train de s’installer et les conséquences possibles.  Nous allons d’ailleurs faire suivre cette lettre par un extrait de vidéo de certains propos, de certains actes de violences, de certaines atteintes aux droits de l’homme, pour que la lettre puisse être soutenue par des éléments tangibles avec des acteurs connus. Nous l’avons rassuré (Ibn Chambas ndlr) de notre engagement pacifique, de faire en sorte qu’aucune violence ne vienne du FNDC ou des populations, d’ailleurs peut-il en être autrement, nous avons ni armes, ni munitions… on les a exhorté aux sanctions aussi bien contre l’Etat que contre les promoteurs de ce projet-là », a dit Abdourahmane Sano.

Depuis trois mois, la Guinée est empêtrée dans une crise politique liée à la volonté du président Guinéen de changer la constitution de son pays. Farouchement opposé à cette idée, le FNDC qui réunit des acteurs socio-politiques, organise des manifestations de rue pour se faire entendre. Ces manifestations ont déjà fait plusieurs morts et la destruction de plusieurs biens publics et privés.

Thierno Sadou Diallo

+224 662 76 75 74

Print Friendly, PDF & Email
Publicités
Continuer la lecture
Advertisement
Cliquer ici pour Commenter

Laisser un commentaire

Publicités