Ibrahima Sory Condé n’a pas fui ! Qui a fait mentir le ministre Cheick Sako ?

Print Friendly, PDF & Email

En conférence de presse vendredi, le ministre de la Justice, Garde des Sceaux Me Cheick Sako a déclaré sans prendre de gant que Ibrahima Sory Condé, cadre du Ministère du Budget, condamné en 2013 à dix ans de prison a de nouveau pris la fuite après les révélations de la presse.

Des heures après, Mediaguinee est en mesure d’écrire que Monsieur Condé qui continue de crier à “un acharnement” contre sa personne est bel et bien à Conakry. En tout cas quand nous le joignions.

Ce samedi, Mediaguinee a échangé dans l’après-midi avec l’intéressé qui se dit “serein” et persiste que “le dossier est un pur mensonge”, “une cabale pour m’anéantir”.

Mais pourquoi c’est maintenant que cette affaire qui n’a en réalité fait couper que des cheveux [suivez notre regard] refait surface ? Selon nos informations, Monsieur Condé du Budget et 9 autres dont Doussou Sidibé, dame bien introduite, Ousmane Camara Cosa de Mill prestation ont été accusés dans un dossier de détournement de 13 milliards de francs guinéens. En réalité, ce ne sont que 500 millions fg qui ont été virés dans le compte des prestataires (Makemè Prestation et Mill Impression). Ce montant sera vite rattrapé et retourné dans les caisses de la banque centrale.

L’affaire s’emballe, les esprits malins font monter la mayonnaise. La justice est saisie. Ibrahima Sory Condé quitte le pays (ses proches jurent la main sur le palpitant qu’il était sous traitement à l’étranger) et est condamné par contumace à 10 ans de prison ferme. Ses 9 coaccusés seront quant à eux jetés en prison et purgeront leurs peines. Aujourd’hui, ils ont tous repris du service.

A son retour au pays, Condé révèle s’être présenté devant le procureur qui, selon nos enquêtes, ne serait plus en vie. Auparavant, son avocat avait interjeté appel.

Selon nos sources, des hommes en robe noire en charge du dossier auraient murmuré que le dossier n’est pas béton mais comme c’est dénoncé par le chef de l’Etat, il faut se jeter à l’eau et s’il faut se noyer.

Ibrahima Sory Condé qui fait aujourd’hui objet de commentaires les plus laids aurait bénéficié d’un élargissement de la justice. Cet élargissement a-t-il été fait dans l’art ? C’est là toute la question.

En un mot ou en mille, l’affaire Ibrahima Sory Condé relance le débat sur le sérieux de nos institutions judiciaires. C’est là où Me Sako, nommé ministre en janvier 2014 et réputé pétillant a fort à faire.

Noumoukè S.

 

1 Commentaire
  1. Manzo 3 ans il y a
    Repondre

    Check Sacko est réellement dépassé par sa charge dans ce pays.
    Mais pourquoi diable il ne s’honore pas en démissionnant?

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.