Connect with us

Politique

Ibrahima Sory de Dabondy: ‘’même si Alpha Condé décidait de me gracier, j’allais dire non’’

Après huit mois de détention à la maison centrale de Conakry, Ibrahima Sory Camara, communiquant de l’UFDG, qui a recouvré sa liberté hier, était ce samedi à l’assemblée générale du principal parti de l’opposition.

Ibrahima Sory Camara qui a fait une entrée triomphale au siège avec Cellou Dalein Diallo, le leader du parti, main dans la main, a d’abord remercié tous les cadres et militants du parti pour le soutien qu’ils l’ont apporté et à sa famille durant son séjour à la surêté. Et de s’adresser au président de la république : ‘’tu as eu tort de me mettre en prison, Daddy. Daddy, tu veux que je recule mais je ne reculerai pas. Je continuerai ce combat pour Cellou Dalein, pour la démocratie  et pour ma nation. La démocratie est menacée chez nous. Daddy, souvenez-vous lorsque vous étiez en train de chercher le pouvoir, vous avez rassuré les Guinéens pour leur dire que vous allez les protéger et protéger leurs biens. Daddy, aujourd’hui tel n’est pas le cas (….) ».

Par ailleurs, M. Camara a affirmé que c’est sa première fois de faire la prison. Mais, poursuit-il, j’étais parti là aussi pour faire d’autres missions de mon parti. De la prison, dit-il,  il véhiculait des messages nuit et jour à l’endroit des autres prisonniers pour les convaincre à adhérer aux idéaux de l’UFDG.

Face aux autres militants, Ibrahima Sory de déclarer: « je m’engage ici devant Dieu et vous les militants que je ne vais jamais trahir l’ufdg. Ceux qui m’ont mis en prison, ont voulu me faire croire que c’est parce que je suis chez Cellou Dalein qu’on m’a mis en prison. Qu’on peut négocier pour que je sorte de la prison. Mais qu’il me faut les rejoindre. Je leur ai dit si vous voulez aller dire à nos magistrats et procureurs corrompus, qu’ils n’ont qu’à me condamner 10 ans, je ferai les 10 ans« . Et de souligner: Et Dieu merci, le président ne m’as pas gracié, ce sont mes propres avocats qui se sont battus corps et âme pour que je puisse recouvrer ma liberté. J’avais décidé si jamais, je restais en prison jusqu’au mois de décembre, et que Alpha se dit je vais gracier ce nommé Ibrahima Sory Camara, je serai entré dans l’histoire parce que, j’allais lui dire : ‘’non Daddy, je ne veux pas de ta grâce présidentielle ».

Ibrahima Sory Camara était poursuivi pour ‘’diffamation, injures et outrages à l’encontre du Chef de l’Etat’’.

Elisa Camara

+224 654 95 73 22

 

Continuer la lecture
Cliquer ici pour Commenter

Laisser un commentaire

Suivez-moi sur Facebook

Suivez-moi sur Twitter