Immersion gouvernementale : Julien Yombouno révèle ses constats, parle des activités en cours et des perspectives

Print Friendly, PDF & Email

Le ministre du travail et de la fonction publique a co-animé une conférence de presse avec ses collègues de l’enseignement supérieur et celui de l’enseignement technique pour faire l’état des lieux de l’immersion gouvernementale à l’intérieur du pays.
En ce qui concerne l’administration publique, le constat est alarmant. Julien Yombouno a résumé ses constats dans localités visitées en cinq points.
« Essentiellement, je pourrai résumer les constats en cinq (05) points. Le premier point, c’est qu’il y a pénurie de ressources de tout genre, c’est ce que nous avons pu constater : ressources humaines, ressources matérielles, ressources logistiques.
-Ressources humaines : nous avons constaté que les bureaux, les postes sont quasiment vacants pour plusieurs raisons, soit parce que les gens ont été bel et bien muté et affecté mais ils ont refusé de prendre service ou alors ils ont juste pris service et ils vaquent à leurs affaires ici en Guinée, en Afrique ou ailleurs. Ou alors de toute façon, ils sont là mais ils ne font pas toujours ce que l’on attend d’eux (…).
-Deuxième élément, C’est la paralysie totale de l’administration qui est la conséquence de ce que je viens de dire. ils peuvent avoir la volonté, ils peuvent être présents mais ils vont faire quoi ? Ils vont travailler avec quels moyens ?
-Troisième point, il y a manque de synergie d’actions et défaut de mutualisation des moyens.
-Quatrième point, la pléthore d’agents non qualifiés. Alors là, nous sommes tombés par la tête : bénévoles, contractuels, stagiaires. Il y en a de toute part.
-Cinquième et dernier point, le non respect du code de travail, des normes de travail et des dispositions relatives à la gestion des entreprises privées. Et là, c’est vraiment la catastrophe. On voit des gens qui ne respectent le concept de contenu local. On voit des gens qui ont des relations très tendues, conflictuelles entre les directions des entreprises, les employés et la communauté. Tout cela est dû au non respect de nos textes », a fait constater Julien Yombouno.

Le ministre du travail et de la fonction s’est par ailleurs penché sur les activités en cours et les perspectives de son département pour faire face aux dysfonctionnements constatés.
« les activités en cours et perspectives. Je pense qu’il n’y a pas de miracles à aller chercher. Il suffit simplement de faire un double redéploiement horizontal et vertical de tous les agents de l’État par département ministériel mais ça ne va pas suffire. Il faut redéployer, il faut recruter, il faut former. Il faut aussi assurer le renforcement des capacités et améliorer les compétences des gens pour qu’ils soient capables de réaliser la mission qui leur est assignée. Il y a aussi la réorganisation de notre administration. Nous sommes là dessus depuis avec toute une série de textes (…). Nous faisons beaucoup de réformes. Je pense que nous avons au moins 30 textes que nous avons déjà introduit comme innovation. La revue de tous les textes organiques de l’ensemble des ministères, c’est chez nous. Ça nous pris énormément de temps. C’est un travail qu’on savait avant même qu’on aille sur le terrain. Nous l’avons fait. Et maintenant, nous sommes entrain de passer aux textes casuels. Il va falloir faire la promotion de l’éthique, du genre et de l’équité dans nos services. Enfin, comme autres solutions: contrôler, superviser, remédier et sanctionner », a expliqué Julien Yombouno.
Quant au retard du recrutement à la fonction publique, Julien Yombouno soutient que ce n’est pas une promesse vaine mais qu’il faut d’abord assainir le fichier de la fonction publique avant de pouvoir recruter parce que selon lui, des fonctionnaires non postés continuent de percevoir l’argent de l’État.

Sadjo Bah
625016669

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.